Compost

Connaître la nature du sol, travailler la terre en douceur, associer les plantes et les protéger sans engrais ni pesticides, permet de garder un jardin en bio et bonne santé.

Nourrir le sol plutôt que la plante

Nourrir le sol, plutôt que la plante : c’est la base du jardinage bio. Pour commencer, il faut faire connaissance avec son sol. Des kits commercialisés dans les jardineries permettent d’en tester le potentiel hydrogène, le fameux pH. Il peut être acide, calcaire ou neutre. La terre présente aussi des caractéristiques différentes. Pauvre, elle contient peu de nutriments. Grasse, elle est fertile et riche en micro-organismes. Argileuse, elle est lourde à travailler mais résiste bien à la sécheresse.

Le jardinier bio s’attache à préserver l’équilibre du sol, sans apport d’engrais chimiques, ni de pesticides. Il s’adapte en travaillant la terre argileuse avant les grands froids puis laisse le gel émietter les mottes.

Il désherbe à la main en utilisant l’eau de cuisson des pommes de terres, du riz, des pâtes ou avec de l’eau bouillante. Il évite le bêchage intensif qui appauvrit le sol en enfouissant la matière organique et préfère l’ameublir avec un outil léger comme la grelinette.

Protection réciproque

Quelle que soit la saison, le sol n’est jamais nu mais recouvert par un paillis ou une association de plantes. Au potager, le mélange de légumes et d’aromatiques leur permet de se défendre mutuellement des attaques ravageuses. Ainsi, l’œillet d’Inde protège les tomates du mildiou et le basilic en éloigne les pucerons.

La carotte a des effets bienfaisants pour le poireau, la laitue, les pois et les radis. Diversifier judicieusement les espèces dans un même carré de jardin a pour effet de les stimuler. Il faut cependant bien s’informer au préalable car certaines sont néfastes pour d’autres. C’est par exemple le cas de la pomme de terre qui ne fait pas bon ménage avec les carottes et les concombres.

Ne pas détruire les petits animaux a aussi un impact favorable sur le jardin. Bien que peu ragoûtant, le ver de terre est indispensable à une bonne aération du sol, alors que la jolie coccinelle dévore les pucerons. Pour éloigner les limaces, il suffit d’étaler du sable ou de la cendre autour de la plante à protéger.

> A lire aussi : attirer les animaux utiles au jardin

Pour fertiliser, rien de tel que le compost fabriqué au fond du jardin avec les déchets organiques (épluchures de légumes, de fruits, marc de café, etc.).

Le purin d’orties fait également merveille et sert également d’insecticide.

Enfin, pour garder une pelouse en pleine forme, il suffit de ne pas la tondre trop souvent, ni trop à ras, et de ne pas ramasser l’herbe coupée en utilisant la position « mulching » de la tondeuse.

Fabienne Lisse

  • segonnes a écrit le 24 février 2016 à 14 h 20 min

    j utilise du compost du fumierje fais des purains orti consoude fougère 6ou7 kg de plante dans65litres d eau de pluie je brasse tout les jours les bulles remontent j arrète lorsqu il n y a plus de bulles es plantes sont au fond du rècipiant la fermentation est terminèe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *