Inventés dans les années 1930 par un médecin anglais, les élixirs floraux des Fleurs de Bach font de plus en plus d’adeptes qui y trouvent un moyen d’apaiser leurs angoisses.

Médecin et homéopathe, le Dr Edward Bach était persuadé que les plantes pouvaient réguler nos émotions, contribuant à un mieux-être moral et physique. Dans les années 30, il identifie 38 essences de fleurs destinées à traiter différentes formes de mal-être.

Fleurs de Bach

Il définit sept émotions principales : la peur, l’incertitude, le manque d’intérêt pour le présent, la solitude, l’hypersensibilité, le désespoir et le souci excessif pour autrui. Chacune d’entre elles peut s’exprimer de différentes manières (désespoir, apathie, indécision…) et entraîner une somatisation s’exprimant par des maux de tête, des insomnies, des brûlures d’estomac… Autant de maux pouvant être régulés grâce à l’ingestion d’un ou plusieurs élixirs adaptés. Si la méthode n’est pas prouvée scientifiquement, elle a convaincu de nombreux adeptes : peut-être suffit-il d’y croire ?

Mode d’emploi

Les 38 élixirs floraux sont préparés avec des fleurs et des plantes plongées dans l’eau et macérées au soleil auxquelles est ajouté de l’alcool. Ils sont aujourd’hui encore  élaborés près de la maison d’Edward Bach (devenu un centre de formation), dans la campagne anglaise, près d’Oxford. En vente en pharmacie et dans les boutiques bio, ils se prennent sous forme orale, deux gouttes dans un verre d’eau – ou directement dans la bouche – quatre fois par jour.

Il est possible de combiner plusieurs élixirs pour ajuster leurs effets à ses besoins, on peut alors mélanger deux gouttes de chacun dans un verre d’eau. Ainsi, la gamme « Rescue », best-seller des Fleurs de Bach, est un mélange de cinq essences de fleurs (impatience, étoile de Bethléem, prunus, hélianthème, clématite et marronnier blanc). Conçue pour faire face aux épreuves déclenchant un stress important -examen, entretien, etc – elle est vendue en flacon mais aussi sous forme de pilules, spray, pastilles et même… chewing-gums !

Laure Hamann

Il n’existe aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Olivier et laurier en pot : faut-il les bâcher pour l'hiver ?
Posté par goshin le 01 décembre 2017

Plantes grimpantes : possibilité de plantation en terrain bâché ?
Posté par oberline le 07 août 2016

Mini-serres : questions sur les bâches
Posté par Tupayo le 31 juillet 2016

Viburnum ne fleurit pas sur un rejet
Posté par Floris le 21 avril 2018