Plante herbacée encore appelée « pas d’âne » ou « pas de cheval » en référence à la forme de sabot de ses feuilles, le tussilage pousse en très grandes colonies sur des pentes abruptes exposées aux glissements de terrain ou aux éboulements, dans les terrains humides et incultes, là où sol a fraîchement été retourné.

En poussant, le tussilage occupe tout l’espace avec ses feuilles qui couvrent le sol en inhibant autour d’elles, le développement d’autres espèces.

Plante vivace à rhizomes, le « pas d’âne » est cultivée en tant que plante alimentaire, ornementale mais aussi, et médicinale.

Au travers des lignes qui suivent, nous aborderons brièvement plusieurs volets relatifs aux vertus et bienfaits de cette plante. Mais, celles qui retiendront particulièrement notre attention seront celles bénéfiques pour la santé. Quelles sont ces vertus ? Quels maux cette plante soigne-t-elle ? Quels sont les usages et posologies préconisés ?

Voici ce qu’il faut savoir …

Tussilage : pour la petite histoire

Etymologiquement, le nom de cette plante vient du latin provient du latin « tussis » qui veut dire « toux » et de « agere » qui signifie « chasser ». En bref, son nom puise ses racines dans le latin « tussilago » traduisant « qui chasse, qui agit sur la toux ».
Cette principale vertu lui vaut les appellations de « chasse-toux » ou encore « herbe à la toux », et témoigne bien de son usage à l’échelle traditionnelle.

Appartenant à la famille des Asteraceae (Composées), le tussilage fait partie des quatre plantes à fleurs les plus préconisées en phytothérapie.

Le développement de cette plante est bien particulier car, différemment des autres plantes, elle présente 2 phases de croissance inversées dont : le développement précoce de la fleur (au printemps), puis, une fois fanée, celui de la feuille.

Depuis 2 millénaires, cette plante est fort préconisée en médecine traditionnelle comme antitussif, sur le continent européen et celui asiatique.

Pendant longtemps, les thérapeutes ont conseillé aux patients souffrant de rhinopharyngite, d’asthme ou rhume, de fumer au même titre que le tabac, des feuilles de tussilage.

Vers la fin du 18e siècle et début du 19e siècle, des praticiens européens estimaient que cette plante aurait des vertus antibiotique et anti-inflammatoire.

En Chine où elle pousse dans les vallées et les montagnes, les fleurs du tussilage – reconnues pour leur effet expectorant et antitussif – étaient mélangées au miel pour traiter la toux.

Mais, de nos jours, qu’en est-il exactement ?

Propriétés médicinales du Tussilage :

tussilage pas d'âneLa fleur de tussilage, cette plante herbacée, contient :

> du zinc,
> de la vitamine C,
> 10% des substances naturelles phénoliques (ou tanins) qui peuvent stimuler la production de protéines,
> des flavonoïdes constituant une source importante d’antioxydants dans notre alimentation,
> environ 8 % de mucilage qui est une substance végétale utilisée comme des additifs alimentaires sous forme de fibres,
> le tussilagone (un ester sesquiterpénique), et d’autres substances connues pour être toxiques en raison de la présence d’alcaloïdes pyrrolizidiniques qui y ont été décelées.

Quant aux feuilles, elles renferment :

– de l’inuline,
– une huile essentielle
– une substance antibiotique
– des sels minéraux (K, Mg, Ca, Si, Fe, P, Na, S)
– de la vitamine C,
– une résine,
– du tanin,
– 6 à 10 % du mucilage,
– du nitrate de potassium,

et pour finir, des substances dites toxiques dont les alcaloïdes pyrrolizidiniques.

Vertus et bienfaits du Tussilage :

> Le Tulissage : une plante à fumer !

Considéré comme un médicament de substitution au tabac, le tussilage peut être fumé. De ce fait, il est conseillé – après les avoir empilé et séché – de laisser fermenter les feuilles de cette plante vivace. Ensuite, à quantités égales, mélangez ces feuilles à celles d’aspérule odorante et de marronnier, puis dans de l’eau sucrée au miel, faites le tout macérer.

Une fois le résultat obtenu, faites-les à nouveau sécher avant de les mélanger à nouveau au tabac et de les fumer. Ce traitement serait recommandé aux asthmatiques et sujets au rhume, catarrhe et, autres affections pulmonaires.

> Autres vertus thérapeutiques

Le recours aux feuilles du tussilage est indiqué dans le cadre du traitement des affections respiratoires dont les rhumes, les bronchites, les trachéites et la toux et crises d’asthmes allergiques.

Véritable émollient, expectorant, antitussif et adoucissant, les feuilles et les fleurs du tussilage sont recommandées sous forme de sirop ou d’infusion pour soulager les maux cités ci-dessus.

Sous forme de teinture mère, les fleurs du tussilage sont également efficaces pour soigner les maladies pectorales et bronchites.

Quant à la teinture mère de feuilles, elle est par contre préconisée par voie interne pour soulager les diarrhées.

Sous forme de cataplasme par voie externe, on a recours aux feuilles de tussilage (macérées toute la nuit dans de l’eau ou fraîches) pour soigner les brûlures, les abcès qui tardent à cicatriser, les tumeurs ou kystes externes et les entorses.

 

> Préparation et posologies

Généralement, pour la préparation d’une infusion à base de Tussilage, il est recommandé de mesurer 1 cuillerée à thé de Tussilage à verser dans une tasse d’eau bouillante. Ensuite, pour un meilleur effet, laissez reposer pendant 10 minutes et, le sucrer avec un peu de miel.

Singulièrement efficace pour soulager (et non soigner) la toux chronique, une tasse d’infusion des feuilles du tussilage est à prendre le matin au réveil (lorsque la toux est forte) puis, une dose identique le soir au coucher.

Pour pouvez prendre jusque 3 ou 4 tasses par jour selon le cas.

Par contre, pour soulager l’hyperhidrose des pieds, il est indiqué de porter à ébullition pendant 10 minutes, 1 poignée de feuilles de tussilage dans 1 L d’eau. Laissez reposer et, une fois refroidie, prenez un bain de pieds.

A noter qu’en France et en Chine, on préfère une infusion à base de fleurs de Tussilage contrairement aux États-Unis, où ils ont fait le choix d’une tisane à base de feuilles de tussilage pour leur richesse en principes actifs.

Les vertus du Tussilage en gastronomie

Les fleurs du Tussilage sont comestibles cuites ou crues (en salade). Quant aux feuilles, on les consomme très jeunes et crues.

Pour ce qui est des cendres (tamisées) des feuilles séchées de Tussilage, elles servent d’épices en cuisine et peuvent se substituer au sel, surtout pour les sujets soumis à un régime sans sel.

Conseils pratiques à propos du tussilage

Il est conseillé de récolter les fleurs de tussilage dès leur éclosion car, une fois ouvertes, « elles murissent leurs fruits au séchage ». Leur séchage doit se faire rapidement dans un endroit sec et aéré.

Plante poussant sur lisières forestières humides, les talus, les rives, les chemins, les champs, et les terrains en jachères, elle enferme la senkirkine (un alcaloïde pyrrolizidinique) à faible dose mais, toxique pour la cellule hépatique.

Selon certains spécialistes, cette quantité serait « sans risques ». Toutefois,   il est préférable d’éviter des traitements excessifs et sur une longue durée.

NB : Le tussilage est déconseillé aux enfants de moins de six ans, aux sujets souffrant de maladie du foie et aux femmes enceintes.

En cas de doute, demandez l’avis de votre médecin ou d’un spécialiste (herboriste).

Il n’existe aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plante envahissante dans le gazon.Comment s'en débarrasser ?
Posté par Floris le 04 août 2018

Mauvaises herbes envahissantes
Posté par Gilles Jardin Potager Bio le 28 janvier 2018