Grand classique de la pâtisserie, le far aux pruneaux est un dessert gourmand, facile et rapide à réaliser.

Voici la délicieuse recette.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 2 sachets de thé
  • 400 g de pruneaux dénoyautés
  • 25 g de beurre demi-sel
  • 4 œufs
  • 110 g de sucre de canne
  • 1 l de lait demi-écrémé
  • 250 g de farine

Far aux pruneaux

– Préparer du thé chaud avec les 2 sachets de thé. Y faire gonfler les
pruneaux 30 minutes.
– Préchauffer le four à 180°C (th.6).
– Beurrer un plat.
– Dans un saladier, disposer les œufs, battre en omelette en versant le sucre
au fur et à mesure.
– Verser le lait et ajouter la farine tamisée tout en remuant.
– Bien égoutter les pruneaux, les disposer dans le plat de cuisson et verser
la préparation dessus.
– Enfourner et cuire 50 minutes à 1 heure.
Servir tiède ou froid.

En savoir plus sur le lait :

Dans le commerce, les différents types de lait sont facilement identifiables par leur couleur d’emballage ou par leur bouchon de bouteille : rouge pour le lait entier, bleu pour le lait demi-écrémé, et vert pour le lait écrémé. Ses emballages mentionnent obligatoirement la nature du traitement subi par le lait (pasteurisé, stérilisé…) ainsi que la date limite de vente. Particulièrement sensible, le lait cru se consomme dans les 24 h après l’ouverture de l’emballage, il est estampillé « lait cru » de manière apparente.

En savoir plus sur le pruneau :

Originaire de Chine, le prunier s’est largement répandu dans le bassin méditerranéen durant l’Antiquité.

C’est à cette époque que les hommes ont acquis la parfaite maîtrise du séchage de ces fruits. Ainsi ils pouvaient les conserver durablement et bénéficier de leur apport énergétique à leur guise, deux qualités résultant de l’importante teneur en sucre.

Pour accompagner le far aux pruneaux :

Si chaque famille bretonne possède sa propre recette, contenant plus ou moins de beurre, de Lambic, voire de Rhum dans les zones côtières, la texture du far, moelleuse, lisse, caressante, bien que légèrement pâteuse, à laquelle les pruneaux apportent arôme et acidité communs à toutes ces variations, a séduit les gourmands bien au delà des frontières régionales.

Pour rester local, deux alliances se dessinent, soit de contraste avec un cidre fermier que l’on choisira demi-sec et qui apportera relief et fraîcheur au gâteau, soit de renforcement avec un pommeaux dont la douceur et les notes aromatiques iront dans le sens du far pour la plus grande satisfaction des amateurs de ce dessert.

Idée de prix :
– Cidre fermier ½ sec 2 à 5 €
– Pommeaux 6 à 12 €
Maurice Chassin

Recette : A. Beauvais, Photo : A. Roche

Il n’existe aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Confiture rhubarbe pruneaux : recherche d'une recette
Posté par Maxou40 le 06 octobre 2017

Le ver de la prune. Partage d'expérience
Posté par looping62620 le 31 mai 2017