Connexion
Accueil / Le Jardinage / Reportage / Comment accompagner un arbre dans sa croissance ?

Comment accompagner un arbre dans sa croissance ?

accompagner croissance arbre par la taille
0

Les arbres sont des êtres vivants programmés pour développer une certaine architecture. Conserver la forme naturelle de l’arbre est ce qui demande le moins d’entretien. L’arbre favorise certains rameaux au cours de sa croissance dont certains sont amenés à dépérir tout simplement parce qu’ils ne reçoivent plus suffisamment de lumière, d’élément nutritifs, d’hormones de croissance… La forme libre a donc besoin d’être accompagnée si vous voulez que le sujet réponde à certains critères de sécurité et de morphologie : absence de bois morts, hauteur de la couronne à maturité, rectitude du tronc, aération de la ramure, etc.

1- Les premiers élans de jeunesse

jeune arbre croissance

Silhouette pyramidale d’un jeune magnolia

Un jeune arbre cherche d’abord à croître en hauteur. Il possède une dominance apicale forte qui génère une forme pyramidale avec une ramification plus tardive. Le bourgeon terminal joue un rôle essentiel dans la formation de cette silhouette. Il libère des hormones qui vont inhiber le développement des bourgeons sous-jacents. En coupant la flèche, le centre de commandement est pour ainsi dire détruit. C’est un geste malheureusement souvent pratiqué à la plantation. Ainsi, afin de partir sur de bonnes bases, veillez dès l’achat à ce que l’arbre possède une flèche bien droite et unique.

  • Si elle venait à casser, il est toutefois facile de la reformer chez un arbre encore jeune, en redressant une branche sous-jacente, maintenue par une ligature.
  • Certaines essences ont tendance à fourcher (Acer saccharinum ‘Wierii’, Sophora du Japon et frêne). On peut dans ce cas intervenir en coupant l’un des rameaux pour former un flèche unique.

Attention, chez les arbres greffés en couronne destinés à former une tonnelle comme le murier-platane, les fruitiers conduits en gobelet ou les arbres « boule », la flèche est volontairement supprimée pour induire une ramification basse !

La taille de formation

Il est nécessaire de contrôler durant les premières années de la vie de l’arbre que sa silhouette est régulière et conforme. La taille de formation permet de rectifier le tir sans induire d’importantes plaies. Vous pouvez la réaliser tout l’hiver mais de préférence au printemps avant l’éclosion des bourgeons, ou bien en juin-juillet. Les rameaux coupés seront ainsi toujours de faible diamètre (inférieur à 2 cm) entraînant une cicatrisation très rapide

La taille de formation consiste à :

  1. taille formation arbre

    Suppression d’un jeune rameau

    éliminer les axes poussant de façon trop verticale qui concurrencent la flèche,

  2. ôter les ramifications trop faibles ou en surnombre qui poussent à l’intérieur du houppier,
  3. élaguer les branches basses de façon à remonter le houppier (couronne) progressivement. Conservez des branches au minimum sur 1/3 de la hauteur totale de l’arbre.

2- Chez l’arbre mature

tailler arbre adulte

Ramification montrant que les pousses inférieures sont plus développées que les supérieures

Lorsque l’arbre atteint une certaine maturité, la flèche disparaît et la cime s’arrondit. Les ramifications se poursuivent entraînant une densification des rameaux à l’intérieur du houppier. Vous observerez que les pousses les plus vigoureuses sont issues généralement des bourgeons situés sous les rameaux.

Certaines branches basses trop ombragées diminuent leur croissance et finissent par se dessécher naturellement.

La taille d’entretien

Elle se pratique tous les 5 à 10 ans et peut intervenir tout au long de l’année hormis en périodes de débourrement ou de chutes des feuilles.

La taille d’entretien consiste à :

  1. taille entretien arbre adulte éclaircirôter les bois dépérissants, présentant des blessures ou des chancres,
  2. supprimer un certain nombre de branchages empêchant la pénétration de la lumière, juste au-dessus d’une ramification (la coupe ne doit pas se voir !),
  3. favoriser les branches maîtresses, les plus vigoureuses et les mieux orientées.
  4. éliminer les gourmands qui poussent à la verticale des charpentières.

Conseil malin

Evitez toujours de supprimer plus de 30% du volume initial du houppier afin de ne pas trop perturber l’équilibre de l’arbre. Ce travail peut nécessiter l’intervention d’un grimpeur-élagueur professionnel pratiquant la « taille douce ».

3- Chez l’arbre vieillissant

taille vieil arbre ancien vieux

Pousses vigoureuses sur la face supérieure des rameaux de ce chêne stressé

Chez un arbre vieillissant ou stressé, ce sont les pousses issues des bourgeons supérieurs du rameau qui deviennent les plus vigoureuses.

Si l’arbre n’est pas encore sénescent, de longues pousses bien droites surgissent à la base des charpentières voire directement sur la souche.

La périphérie de la couronne tend à se réduire. C’est la « descente de cime ». Il s’agira d’accompagner ce phénomène avec la taille d’accompagnement.

La taille d’accompagnement

accompagner arbre qui meut doucement

Descente de cime chez un arbre stressé

La taille d’accompagnement consiste donc à :

 

  1. soulager l’arbre en supprimant les branches les moins vigoureuses (celles issues des bourgeons inférieurs).
  2. A terme, laisser « renaître » la souche en sélectionnant quelques repousses qui formeront une cépée de jeunes arbres fléchés.
  3. d’alléger la ramure périphérique qui tend à se dessécher pour limiter la chute de bois morts.
nouvelle pousse rejet souche arbre mort

Rejet issu de la souche d’un tronc mort abattu

Texte et photos : Eva Deuffic


Écrit par Eva Deuffic | Eva est une passionnée de jardins et de jardinage et c'est avec sa plume qu'elle nous emporte et nous fait rêver.
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *