L’asiminier, un arbre fruitier rare mais facile à cultiver

asiminier

Également appelé Paw Paw, l’asiminier est un arbre fruitier d’origine tropicale mais parfaitement rustique. Il produit de gros fruits savoureux après 3 ou 6 ans de culture.

En résumé

Nom latin : Asimina triloba
Famille : Annonnacées

Type : Arbre fruitier
Hauteur : Jusqu’à 5 à 6 mètres
Exposition : Soleil, mi-ombre
Sol : Neutre, acide, frais, drainé

Rusticité : Jusqu’à – 25 °C – Feuillage : Caduc

Croissance : lente – Floraison : printemps – Récolte : fin d’été à mi-octobre

Plantation de Asiminia triloba

asiminier cultureRustique jusqu’à – 25 °C, l’asiminier peut être planté dans tous les jardins et vergers du territoire. À part dans le Sud de la France où il ne supportera pas la chaleur et la sécheresse. En effet, l’asiminier n’aime guère le soleil brûlant. C’est pourquoi, un emplacement ensoleillé mais doté d’une ombre légère lui convient bien, qui plus est à l’abri des courants d’air. Dans sa zone naturelle d’implantation, les forêts des États-Unis et du Canada, il pousse souvent à l’abri des chênes !

Quant au sol, il doit être à tendance acide ou neutre, profond (car sa racine est pivotante), frais et parfaitement drainé.

La plupart des nouvelles variétés sont autofertiles. Pour autant, il est recommandé de planter au moins deux sujets, éloignés l’un de l’autre d’au moins 3 mètres.

Quand planter ?

L’asiminier se plante à deux périodes distinctes : soit en février-mars, juste avant le redémarrage végétatif, soit entre septembre et novembre. La plantation se fait toujours en période hors gel.

Comment planter ?

asiminier culture

  • Creusez un trou d’au moins 80 cm de profondeur pour 50 cm de large
  • Ameublissez la terre du fond du trou
  • Jetez des graviers pour assurer un parfait drainage
  • Installez l’asiminier en faisant très attention à la racine
  • Comblez le trou avec un mélange de la terre de jardin extraite additionnée de terre de bruyère et de compost
  • Tassez très légèrement
  • Arrosez abondamment.

La culture de l’asiminier en pot n’est pas envisageable de par la spécificité de sa racine pivotante.

Entretien de l’asiminier

Très facile de culture, l’asiminier ne demande que peu de soin au regard des autres arbres fruitiers.

L’arrosage

L’asiminier aime les sols qui restent frais. C’est pourquoi il est important de l’arroser régulièrement les trois années qui suivent sa plantation. Ensuite, une fois bien enraciné, il ira chercher profondément l’eau dont il a besoin. Pour limiter les arrosages, le paillage est recommandé.

La taille

asiminier culture

  • Dès que vous voyez l’asiminier drageonner, supprimez les rejets.
  • Avant la reprise de la végétation, en janvier ou février, procédez à une taille légère pour éliminer les rameaux qui poussent vers le centre
  • Taillez également en biseau les branches à leur extrémité pour faciliter la cueillettes des fruits.

La multiplication

Possible, la multiplication des asiminiers demande de la patience. Vous pouvez opérer par semis des graines qui auront subi une stratification ou par greffe qui exige des connaissances.

Récolte des asimines

asiminier récolteLes asimines poussent par grappes de 3 à 6 fruits, à la manière des régimes de bananes. Elles ressemblent à s’y méprendre à des mangues, longues de 10 à 20 cm pour un poids de 400 g. À maturité, la peau verte se teinte de jaune et les fruits n’offrent pas de résistance sous les doigts.

La pulpe à la texture crémeuse, également jaune, bénéficie d’une saveur tout à la fois acidulée et sucrée, évoquant celles de la mangue, de la banane et de l’ananas. Les graines noires disséminées dans le fruit sont toxiques.

La récolte des asimines intervient de la fin août au milieu du mois d’octobre. Il suffit de tirer légèrement sur les fruits qui se détachent seuls. Elles se consomment fraîches, réduites en purée ou en jus, ou encore incorporées à des smoothies.

En savoir plus sur l’arbre Paw Paw

Nom commun : Asiminier trilobé, Arbre « Paw Paw »

asiminier fleurAssez peu connu en France, l’asiminier gagne pourtant à rejoindre nos jardins et vergers pour sa rusticité extrême, sa facilité de culture et la richesse en vitamines, acides aminés et oligo-éléments de ses fruits. De plus, le feuillage et l’écorce de l’asiminier contiennent des substances qui repoussent les ravageurs.

Arbre fruitier considéré comme exotique, il est doté d’un port dressé en pyramide. Sous nos contrées, il dépasse rarement 5 à 6 mètres.

La floraison fait aussi tout le charme de l’Asimina triloba : les fleurs, ressemblant à celles des camélias, éclosent en mars-avril avant l’apparition du feuillage. Elles arborent une couleur plutôt rare, un rouge très profond tirant sur le brun et le chocolat. Leur seul défaut est leur odeur de viande en décomposition (uniquement perceptible lorsqu’on approche le nez des fleurs !). En revanche, les insectes pollinisateurs, et en particulier les mouches, apprécient ces effluves !

Le feuillage est caduc et prend une jolie couleur dorée avant de tomber.

La floraison se poursuit pendant six semaines, avant de laisser place aux fruits. La mise à fruits n’intervient qu’au bout de 3 à 6 ans.

Ceci devrait aussi vous intéresser :


©Gajus ©Marina Denisenko ©Igaguri_1


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...