bruyere

L’une fleurit jusqu’à novembre, l’autre prend le relais : les bruyères calluna et erica permettent de se composer un tapis fleuri une bonne partie de l’année.

 A lire aussi :

Calluna, bruyère d’été

bruyere eteFacile, quasi sans entretien, la bruyère commune (calluna vulgaris) fleurit de juillet à novembre selon les espèces. Naturellement présente dans les landes, ses fleurs aux teintes chaleureuses (pourpre, blanc, lilas, toutes les nuances du rose) évoquent la nature écossaise et apportent au jardin un charme sauvage.

Sous forme tapissante, culminant à 20 cm de haut, la calluna fait un excellent couvre-sol. Plantez-la en groupe, en laissant 30 cm d’espace entre chaque pied pour composer un tapis monochrome ou, en alternant les couleurs, un patchwork fleuri qui tiendra plus de deux mois.

Plante de sol acide, la bruyère d’été tolère les terres neutres mais n’aime pas l’humidité stagnante. Installez-la à la mi-ombre dans une terre bien drainée ou en jardinière. L’entretien est quasi inexistant : contentez-vous de couper les parties sèches à ras à la fin de l’hiver.

Erica, bruyère d’hiver

bruyere d'hiver Venue des Alpes, l’erica carnea, une des bruyères d’hiver, est une espèce non gélive qui fleurit de novembre à mai, ses fleurs blanches, roses ou rouges bravant le froid hivernal. Même la neige ne les effraie pas !

Comme sa cousine d’été, elle aime les sols légers et bien drainés, de préférence neutres à acides, mais supporte les terres légèrement calcaires. Apportez alors un peu de terreau ou de tourbe dans le trou de plantation. La première année, recouvrez son pied d’un paillage de végétaux broyés ou de paillettes de lin pour garder les racines au frais. Arrosez en cas de sécheresse.

N’hésitez pas à la planter en jardinière pour fleurir vos fenêtres à la saison froide. Associez-la aux fleurs du cyclamen (à protéger sous une cloche la nuit), aux baies roses du pernettya, aux feuilles vertes du lierre… Si votre eau est calcaire, ajoutez-y un peu de vinaigre ou utilisez de l’eau de pluie pour l’arrosage, afin d’éviter le jaunissement du feuillage.

Laure Hamann

Crédits photos : Truffaut, La plante du mois