Connexion
Accueil / Jardinage / Agrumes / Connaissez-vous la différence entre clémentine et mandarine ?

Connaissez-vous la différence entre clémentine et mandarine ?

0

Clémentine et mandarine font toutes deux partie des agrumes. Ces fruits se ressemblent notamment beaucoup, ce qui nous amène très souvent à les confondre sur les étals du marché. Pourtant, il s’agit bien là de deux espèces distinctes, qui se différencient par leurs origines, leur aspect, ainsi que leur saveur.

Découvrez les différences entre la clémentine et la mandarine, et apprenez ainsi à les distinguer facilement l’une de l’autre !

La mandarine et la clémentine en botanique

Clémentine

Clémentines

La mandarine et la clémentine sont toutes deux des agrumes. Elles se classent dans le genre Citrus, issu de la famille des Rutaceae qui comprend elle-même plus de 900 espèces. Il s’agit toutefois de fruits qui proviennent de fruitiers différents :

  • la mandarine est le fruit du mandarinier, Citrus reticulata ;
  • la clémentine est le fruit du clémentinier, Citrus clementina.

Par ailleurs, le clémentinier est le résultat d’une hybridation obtenue par le croisement naturel de la fleur de mandarinier et du pollen de l’oranger (Citrus sinensis).

Origines de la clémentine et mandarine

Les différences entre clémentine et mandarineLa mandarine est un agrume originaire d’Asie. Au Vietnam, au Japon et en Chine, elle y est d’ailleurs cultivée depuis 3 000 ans. Ce n’est donc que bien plus tard, au XIXe siècle, qu’elle arrive en Europe où elle est aujourd’hui encore cultivée sur le pourtour méditerranéen.

À l’inverse de la mandarine, la clémentine n’est pas apparue en Asie, mais en Afrique du Nord. En effet, c’est près d’Oran, en Algérie, qu’elle est découverte par le père Clément en 1902. Le professeur Trabut, membre de la société horticole d’Alger, donne ensuite le nom de clémentine à ce nouveau fruit, en l’honneur de celui qui l’a découvert.

Mandarine et clémentine, un aspect différent

Bien qu’elles soient ténues, il existe quelques différences d’aspect entre la clémentine et la mandarine qui vous aideront à les distinguer l’une de l’autre.

  • La mandarine est un fruit légèrement plus gros que la clémentine, et son épiderme est également plus épais que celui de cette dernière. La peau de la mandarine est d’ailleurs plus difficile à retirer, et plus rugueuse au toucher en raison de ses aspérités. De plus, sa chair contient de nombreux pépins.
  • De son côté, la clémentine présente un épiderme plus lisse. Sa peau plus fine s’épluche également plus facilement que celle de la mandarine, et sa chair contient généralement peu de pépins.

À noter : si la clémentine est capable de produire des pépins, elle a en revanche besoin de la proximité d’autres agrumes et de l’aide des abeilles pour que ses fleurs soient pollinisées. Dans le cas contraire, le clémentinier produit des fruits sans aucun pépin.

En photo, une clémentine à gauche et une mandarine à droite

Des périodes de récolte différents

Mandarines

Mandarines

La récolte des mandarines intervient généralement entre les mois de janvier et de février. Ce fruit arrive donc à maturité un mois après son hybride la clémentine. Cette dernière, plus précoce, est en effet récoltée entre les mois de novembre et de décembre.

L’une comme l’autre se dégustent donc durant la saison froide, couvrant ainsi toute la période qui coure de novembre à février.

À noter : les périodes de récolte peuvent être différentes d’une variété à l’autre. Par exemple, les mandarines ‘Satsumas’ sont récoltées dès la seconde moitié du mois de septembre.

Différence de goût entre clémentine et mandarine

Il faut également noter que la mandarine se distingue de la clémentine par sa saveur particulièrement sucrée. Il s’agit même là de l’agrume le moins acide d’entre tous. Aussi, la chair de la clémentine est moins sucrée que celle de la mandarine.

Enfin, d’un point de vue énergétique :

  • la clémentine est composée à 85 % d’eau, et elle possède une valeur énergétique de 40 kcal/100 g ;
  • la mandarine, possède une valeur énergétique plus élevée, de l’ordre de 60 kcal/100 g.

Photos : Anna Armbrust, Forest and Kim Starr, Valentyn_Volkov, Oleksandr Pidvalnyi


Écrit par Solenne Ricard | Diplômée d'Art et passionnée de botanique, Solenne a choisi d'utiliser sa sensibilité aux questions environnementales pour écrire sur les plantes et le jardinage. Cette amatrice de bonne cuisine cultive son potager en permaculture et utilise ses récoltes pour concocter quotidiennement de petits plats bio et écolos. Rédactrice confirmée, boulimique de littérature et amoureuse du beau, elle dévore tous les livres à sa portée.
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *