La mûre cultivée (Morus Nigra) est le fruit du mûrier, noir, blanc ou rouge. Elle appartient à la famille des Moracées.

L’été on peut la retrouver aussi, à l’état sauvage ( Rubus Fruticosus), fruit de la ronce. Elle appartient à la famille de Rocasées, comme la framboise.

La mûre sauvage serait originaire d’Asie Mineure. Alors que la mûre cultivée serait quant à elle européenne. Elles sont pourtant toutes les deux très similaires.

Sur nos étales on retrouve la «  Black Diamond », « la Jambo »  ou encore la « Perle noire ».

On apprécie les mûres pour le plaisir d’aller à la cueillette, de les cuisiner pour les plus gourmands, mais aussi pour ses bienfaits sur notre santé et ses vertus en cosmétologie.

Mûre : pour la petite histoire :

Depuis longtemps la mûre est utilisée pour ses vertus médicinales.

En effet, les Indiens d’Amériques utilisaient les racines de ronce (mûre sauvage) pour soulager l’asthénie des femmes, après leur grossesse. Et les américains s’en servaient comme remède contre la diarrhée.

Durant l’Antiquité, elle servait déjà de traitement contre les maux de gorge des grecs.

D’après la mythologie grecque, la mûre proviendrait du sang des Titans, lors de la guerre contre les Dieux.

En Europe la mûre est cultivée depuis déjà  plus de 2 000 ans.

La mûre et ses bienfaits pour la santé :

La mûre est gorgée d’eau (85%), c’est un diurétique. Elle hydrate, rafraîchie et soigne les infections urinaires, la goutte et les cystites.

Au niveau digestif, la mûre est un laxatif. Elle contient des fibres (17 g/100g)  qui régulent le transit, suppriment les parasites, réduisent les inflammations et les brûlures de l’estomac et des intestins .

C’est aussi un très bon anti-inflammatoire. Elle réduit les inflammations des gencives, du pharynx (pharyngites), du larynx (laryngites).

Elle est très efficace en cas d’angine, de mal de gorge, aphtes et d’hémorroïdes.

La mûre détient des propriétés antipyrétiques, son jus diminue la fièvre.

C’est également un très bon anti-oxydant. Elle renferme de la vitamine C ( 32 mg/100g), de la vitamine E, qui ralentissent le vieillissement précoce et protègent l’organisme des agressions en contribuant au fonctionnement du système immunitaire.

C’est aussi un anti-cancérigène, ses anti-oxydants limitent la prolifération anarchique des cellules cancéreuses.

Parallèlement, les flavonoïdes sont des pigments qui protègent le système cardio-vasculaires en réduisant le taux de mauvais cholestérol. Ainsi la mûre prévient l’apparition des maladies cardio-vasculaires et du diabète de type 2.

Sa teneur en vitamines C, fait de la mûre un antiscorbutique.

Elle contient du fer (2,3 mg/100 g). On la recommande en cas d’anémie.
Les feuilles du mûrier sont astringentes. Elles accélèrent le processus de la cicatrisation, grâce à leurs propriétés antiseptiques et antimicrobiennes.  On utilise ses feuilles en cas de légères blessures.

> Utilisation interne :

Le sirop de mûres : pour les maux de gorge ou éliminer les parasites intestinaux.

Faire cuire 1 Kg de mûres dans 20 cl d’eau. Passer au chinois pour filtrer les pépin. Avec le jus obtenu, ajouter 1 fois et demi son poids en sucre. Faire cuire quelques minutes. Éteindre avant que le sirop n’ait bouilli.

Le jus de mûres : en cas de fièvre.

Tisane de feuilles de mûres : faire bouillir de l’eau avec une bonne poignée de feuilles de mûrier. Filtrer et boire tout au long de la journée. Indications : angines, les irritations de la gorge, aphtes, les pharyngites, les laryngites et les infections urinaires.

> Utilisation externe :

En cataplasme : Les feuilles du mûrier sauvage, sont utiles pour traiter les légères blessures.

Contre-indications : Son indice glycémique étant faible, la mûre n’est pas contre-indiquée aux personnes diabétiques.

La mûre en cuisine :

Les apports nutritionnels de la mûre :

La mûre est peu calorique 43 kcal/100g.

La mûre apporte de nombreuses vitamines (C, B, E et A), des minéraux (potassium, calcium, magnésium, phosphore) et oligoéléments (fer, cuivre, zinc)  essentiels.

En dessert, on aime mange les mûres crues ou cuites, natures, avec du fromage blanc, en tarte, en crumble, en muffins, en coulis, en gelée ou confiture.

Pour se rafraîchir on peut la manger en sorbet, en smoothie.

 > A découvrir :  la confiture de mûres

Idées gourmandes:

Le coulis de mûres se marie très bien avec des toasts au chèvre chaud (pour vos salades, ou apéritifs).

Elle peut aussi s’inviter dans les sauces de vos viandes.

La mûre, en cosmétique :

On utilise aussi la mûre pour ses bienfaits en cosmétique. Hydratante, elle prend soin de vos cheveux secs et de votre peau.

L’huile essentielle de pépins de mûres est un très bon anti-rides. Les anti-oxydants de la mûre limitent le vieillissement de la peau. De plus elle nourrit la peau, l’hydrate.

Conseil malin à propos des mûres :

Pour la cueillette : évitez les mûres au ras du sol, préférez celles en hauteur.

Comment enlever les tâches de mûres sur votre linge ? Frotter, de façon circulaire la tâche avec un demi-citron, avant de le passer à la machine.

Conserver vos mûres : Fragile, la mûre ne se conserve pas très bien. Privilégiez en endroit frais ou le réfrigérateur.

  • tricomi a écrit le 30 mai 2018 à 21 h 48 min

    quelle est la toxicité de pépins dans une préparation mixées.réponse urgente

  • Boumediene Khlifa a écrit le 17 mai 2018 à 5 h 49 min

    Vous avez donné à propos des mûres une explication exhaustive, complète pour montrer les bienfaits des mûres. Merci.

  • Bernard Cordiez a écrit le 12 septembre 2016 à 23 h 02 min

    Bonsoir, merci pour vôtre explication, c’est très enrichissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mûres sans épines au potager : quels conseils de culture ?
Posté par percéflore le 04 janvier 2018