Top 3 des plantes pour arrêter l’alcool

arreter alcool solution naturel plante

Arrêter l’alcool peut sembler facile aux personnes qui ne sont pas concernées par cette dépendance. Et pourtant, il s’agit bien au contraire d’une véritable épreuve, et d’un combat de chaque instant pour celles et ceux qui en sont victimes.

Pour parvenir à sevrer la dépendance à l’alcool, il existe différents produits et méthodes. Et parmi celles-ci, on reconnaît à certaines plantes une action positive et une aide importante dans le processus de sevrage. Découvrez le top 3 des plantes pour arrêter l’alcool.

1. Le kudzu : un remède naturel chinois contre l’alcool

Le kudzu pour arrêter l'alcoolLe kudzu, Pueraria montana, est une plante grimpante originaire d’Asie dont les principaux constituants, des isoflavones, lui confèrent des propriétés relaxantes et apaisantes. Elle contient également des saponosides, des molécules aux vertus hépato-protectrices (qui protègent le foie), ainsi que des phytostérols. En Chine, le kudzu est utilisé depuis le 7e siècle comme remède naturel pour contre l’excès de boissons alcoolisées.

Posologie

Le kudzu est absorbé par voie orale :

  • jusqu’à 500 mg d’extrait normalisé de kudzu en comprimés (8 % d’isoflavones minimum) 3 fois par jour,
  • ou 60 gouttes d’extrait fluide dans un verre d’eau, 3 à 6 fois par jour,
  • ou 3 g de racines de kuzu dans un verre d’eau.

Contre-indications

En cas de cancer du sein, la consommation prolongée de kudzu est à proscrire.

2. La passiflore : une plante pour aider au sevrage alcoolique

La passiflore pour arrêter l'alcoolLa passiflore, Passiflora incarnata, est une plante grimpante qui produit en outre les fameux fruits de la passion. Il s’agit également d’une plante médicinale, notamment connue pour soulager l’anxiété et la nervosité. Mais la passiflore, combinée à un traitement médicamenteux approprié, peut également aider au sevrage alcoolique.

Posologie

Faites infuser 10 à 15 minutes, 2,5 g de parties aériennes séchées de passiflore dans 150 ml d’eau bouillante. Consommez cette infusion 1 à 3 fois par jour.

Contre-indications

Les femmes enceintes et qui allaitent ne doivent pas consommer de passiflore. Ne conduisez pas lorsque vous prenez de la passiflore.

3. Le chardon-Marie : une plante pour soulager le foie

Le chardon-Marie pour protéger le foieLe chardon-Marie, Silybum marianum, est une astéracée originaire du bassin méditerranéen. C’est aussi un puissant détoxifiant pour le foie, organe directement touché par l’addiction à l’alcool puisqu’il se charge d’absorber toutes les matières toxiques et les déchets de l’organisme. Le chardon-Marie est d’ailleurs reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme « traitement complémentaire des hépatites aiguës et chroniques provoquées par l’abus d’alcool”. Cette plante permet notamment de freiner le développement de la cirrhose. En effet, le chardon-Marie contient de la silymarine, une substance très efficace pour protéger le foie. Ainsi, la plante n’est pas utilisée pour aider au sevrage de l’alcool, mais pour aider à soigner les dégâts provoqués par celui-ci sur l’organisme.

Attention : le traitement d’une maladie du foie nécessite impérativement un suivi médical par un professionnel de santé. Un diagnostic préalable doit être posé sur ses troubles avant d’entamer un traitement, que celui-ci soit médicamenteux ou naturel.

Posologie

En cas de troubles du foie, et sur avis médical, il est préconisé de prendre de 140 mg à 210 mg d’extrait normalisé de chardon-Marie (70 % à 80 % de silymarine) 3 fois par jour.

Contre-indications

En raison de l’absence d’études toxicologiques complètes, le chardon-Marie est contre-indiqué aux femmes enceintes et qui allaitent. Le chardon-Marie peut entraîner une réaction chez les personnes allergiques aux plantes de la même famille (marguerites, asters, camomille…)

Précautions particulières

Les plantes contiennent des principes actifs qui, s’ils sont efficaces, peuvent également être dangereux. Un traitement naturel n’est donc pas exempt de risques !

Veillez donc à :

  • toujours bien respecter les quantités prescrites ;
  • n’utiliser que des plantes certifiées et bio ;
  • demander l’avis de votre médecin ou de votre pharmacien avant de les utiliser, afin d’éviter tout risque d’interactions avec vos éventuels traitements médicaux ;
  • toujours demander un avis médical si vous avez une santé fragile.

Photos : Tyke Jones, mariastone, Jacques GAIMARD, Otto Prukner