Connexion
Accueil / Les Animaux / Oiseaux du jardin / Le troglodyte mignon, un petit oiseau bruyant mais discret

Le troglodyte mignon, un petit oiseau bruyant mais discret

troglodyte mignon
0

Difficile à observer, le troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) est pourtant un passereau très présent dans nos campagnes. Hyper actif, il se déplace en sautillant. Ou alors il entonne son chant strident à la cime des arbres, caché des regards. En hiver, il fréquente souvent nos jardins en quête de graines.

Pour aller plus loin : tous nos articles sur les oiseaux des jardins

Le troglodyte mignon, le plus petit passereau d’Europe

Le troglodyte mignon est un passereau de la famille des Troglodytés, de toute petite taille. Il pèse entre 8 et 12 g et mesure moins de 10 cm de long ! C’est d’ailleurs l’un des plus petits oiseaux d’Europe.

Son plumage est brun, panaché de roux, largement strié de marron sur les ailes et la queue. On le reconnaît à sa queue dressée. Son bec est fin, mince et long, légèrement recourbé. Il possède aussi de longues pattes assez puissantes qui lui permettent de continuellement sautiller.

Puissant, strident, perçant…tels sont les qualificatifs pour décrire son chant. Surtout de la part d’un oiseau de cette taille !

Mode de vie du troglodyte mignon

Le troglodyte mignon fréquente différentes zones de vie, les parcs, les jardins, les forêts et les milieux boisés, mais aussi les falaises sur les littoraux ou les berges des cours d’eau. Il affectionne les zones broussailleuses ou encore la végétation bocagère. C’est un oiseau sédentaire et relativement territorial.

Il reste assez difficile à observer, d’une part, de par sa vivacité et, d’autre part, parce qu’il chante souvent tout en haut des arbres ou des arbustes. Relativement solitaire, il peut se montrer querelleur avec quiconque pénètre sur son territoire.

troglodyte mignonAu moment de la reproduction, le mâle édifie plusieurs nids en mousse dans des interstices de mur, dans un tas de bois, dans une souche d’arbre, dans une crevasse…Le troglodyte étant monogame ou polygame suivant les circonstances, la femelle (ou les femelles) choisit son nid et achève sa construction avec des plumes et des poils. Pendant que Monsieur défend son territoire.

4 à 7 œufs y sont pondus. Les oisillons quittent le nid après 3 semaines. Le troglodyte mignon peut avoir deux couvées par an.

Quel est le régime alimentaire du troglodyte mignon ?

Le troglodyte se nourrit au sol, comme le rouge-gorge, qu’il arpente sans interruption. Il se déplace entre les buissons, la queue en l’air à la recherche d’invertébrés, insectes (pucerons, larves de chenilles, diptères, forficules, coléoptères, tipules…) et araignées, ou encore de vertébrés sur les rives des cours d’eau (têtards et petits poissons).Il lui arrive aussi de chercher sa nourriture dans les tas de bois ou les crevasses des écorces d’arbres.

En hiver, son mode de chasse l’handicape. C’est pourquoi il se rabat sur des graines et des baies tout en continuant à chercher des insectes. En revanche, il ne fréquente pas les mangeoires.

Comment l’attirer dans son jardin ?

troglodyte mignon Comme les mangeoires ne l’intéressent pas, il faut au troglodyte mignon une source de nourriture pour qu’il fréquente votre jardin. Une zone laissée à l’abandon et non tondue dans une zone du jardin lui convient, tout comme des haies touffues ou épineuses, un tas de bois ou de feuilles mortes…Évidemment, il faut absolument bannir les insecticides. Vous pouvez aussi installer des hôtels à insectes. Le troglodyte mignon se plaît aussi à fouiller les tas de compost.

Il pourra aussi établir son nid dans une anfractuosité de mur (que vous ne boucherez pas), un vieil arbre ou une souche.

Pour aller plus loi :


©MriyaWildlife ©Stefan Rotter


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *