Connexion
Accueil / Jardinage / Fleurs du jardin / L’Amsonia : une jolie fleur bleue

L’Amsonia : une jolie fleur bleue

Amsonia fleur
0

L’Amsonia est une vivace facile à vivre, idéale dans un jardin naturel. Peu exigeante en eau et en engrais, elle compose des massifs faciles à entretenir.

Elle forme un buisson touffu, duquel émergent des fleurs bleues en forme d’étoile en fin de printemps, début d’été. Selon les variétés, l’Amsonia mesure entre 0,15m et 1,20m de haut. Les feuilles vert-doré, sont fines et allongées. Caduques, elles prennent des teintes jaunes et cuivrées à l’automne. Les fleurs déclinent différentes nuances de bleus : du bleu intense au bleu porcelaine.

Plantation, entretien, taille, bouture… Découvrez comment cultiver l’amsonie.

Trois variétés incontournables

  • Amsonia ‘Blue Ice’ : Cette variété offre un port compact et des fleurs en panicules d’un bleu intense. Ses fleurs sont plus grosses que les autres variétés d’amsonie et son feuillage évoque celui des saules. La variété ‘Blue Ice’ fleurit entre mai et juillet et pousse jusqu’à 35cm de haut.
  • Amsonia hubrichtii : cette espèce se distingue par un feuillage très fin donnant une allure aérienne à la plante. À l’automne, il se pare d’une teinte dorée flamboyante. Ses petites fleurs en panicule dévoilent un bleu très clair entre mai et juillet. Cette espèce culmine jusqu’à 80cm de haut !
  • Amsonia ciliata : les feuilles lancéolées de cette espèce ont un aspect duveteux. Mesurant jusqu’à 75cm de haut, elle dévoile une multitude de petites fleurs bleutées en juin.

Amsonia

Où et quand planter l’Amsonia ?

Cette jolie vivace a l’avantage d’être rustique et de supporter la sécheresse. Vous pouvez tout aussi bien la placer au soleil qu’à la mi-ombre. Elle trouve sa place au sein d’un massif naturel, le long d’un cours d’eau ou en bordure d’allée. Elle se plaît dans tout type de sol, mais apprécie particulièrement un substrat riche, frais et drainé. La plantation a lieu au printemps ou à l’automne, hors périodes de gelées.

 

Comment planter l’amsonie ?

Étant donné que l’Amsonia pousse assez lentement, prévoyez un espacement de 25-30cm entre chaque godet. Vous obtiendrez ainsi un résultat dense assez rapidement.

  • Mettez les mottes à tremper dans une bassine d’eau
  • Pendant ce temps, creusez un trou de deux fois la volume de la motte
  • Si votre terre est lourde, coupez-la avec du sable
  • Si votre terre est pauvre, ajoutez-y du compost
  • Placez la motte dans le trou de plantation, de manière à ce que le collet arrive au niveau du sol
  • Rebouchez, tassez et arrosez copieusement

 

À lire → Céanothe : une floraison bleue spectaculaire

 

Entretien et soins

L’Amsonia a besoin d’apport d’eau réguliers après la plantation et pendant le premier été. Ensuite, les précipitations suffisent à son développement, hors sécheresse prolongée. Une fois plantée, elle prend du temps à s’installer, il arrive qu’elle n’offre des fleurs qu’au bout de 3-4 ans. Il faut simplement être patient et ne pas chercher à diviser la touffe pour la multiplier, elle n’apprécierait pas.

Comment tailler l’Amsonia ?

Côté taille, il suffit de rabattre la touffe en fin d’hiver, début de printemps. Comme la plupart des vivaces, la végétation va alors reprendre de plus belle.

Multiplier l’Amsonia

La meilleure technique pour multiplier cette vivace est de la bouturer à l’étouffée.

  • Procédez au début de l’été en coupant une tige sur environ 15cm de long.
  • Retirez les tiges et les feuilles sur la moitié inférieure.
  • Remplissez un godet d’un mélange de terreau et de sable, ou d’un terreau spécial boutures.
  • Trempez la base de votre bouture dans de l’hormone de bouturage, puis placez-la dans le godet. Humidifiez le substrat et creusez un petit trou à l’aide d’un crayon de papier.
  • Glissez votre bouture dans le trou et tassez autour.
  • Recouvrez la bouture d’une cloche ou d’une bouteille en plastique retournée.
  • Placez ensuite l’ensemble dans une pièce lumineuse mais sans soleil direct. Repiquez en pleine terre à l’automne suivant, en évitant les périodes de gelées.

©nahhan


Écrit par Audrey Chéritel
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *