Connexion
Accueil / Le Jardinage / Gazon, pelouse / Fétuque rouge (Festuca rubra) : la graminée des gazons d’ornement

Fétuque rouge (Festuca rubra) : la graminée des gazons d’ornement

Festuca rubra - fetuque rouge
0

La fétuque rouge (Festuca rubra) est une des graminées les plus présentes dans les mélanges de semences pour gazon. Cela s’explique notamment par un plus grand nombre de variétés et de bonnes facultés d’adaptation.

La fétuque rouge en résumé :

Nom latin : Festuca rubra
Nom commun : Fétuque rouge

Famille : Poacées
Type : Graminée

Hauteur : 30 à 80 cm
Exposition : Ensoleillée à mi‑ombragée
Sol : Tout type, bien drainé

Floraison : Fin de printemps, début d’été – Feuillage : Persistant

 

Caractéristiques de la fétuque rouge

Festuca rubra est une graminée vivace, au port touffu et au feuillage persistant. Elle apprécie les terres légères et profondes, mais peut s’adapter à tous les types de sol, même les plus pauvres. Sa seule exigence est d’être plantée en terrain drainant, car elle déteste les excès d’humidité (comme de nombreuses fétuques).

Si certaines variétés s’adaptent à l’ombre, la fétuque rouge se développe mieux dans les jardins ensoleillés voire mi‑ombragés. En revanche, toutes sont rustiques et résistent aux très faibles températures.

Particularités des différentes variétés de la fétuque rouge

Fétuque rouge gazonnante :

Grâce à son feuillage très fin et dense, Festuca rubra commutata est particulièrement esthétique. Elle s’installe rapidement, mais pousse lentement : parfaite pour un jardin sans entretien.

La fétuque rouge gazonnante s’adapte bien à l’ombre et tolère les tontes très rases (0,5 cm). En revanche, elle supporte mal la sécheresse et le piétinement.

Fétuque rouge traçante :

La Festuca rubra rubra est peut être la moins jolie : port dressé, feuillage creux et grossier. De plus, elle est assez sensible au piétinement et a tendance à repousser vite ; augmentant ainsi la fréquence des tontes. En contrepartie, elle permet de recoloniser rapidement une pelouse dégarnie.

Malgré tout, cette fétuque rouge est « passe‑partout » :

  • elle s’installe facilement ;
  • c’est l’une des variétés les plus tolérantes à l’ombre ;
  • la sécheresse ne l’incommode pas ;
  • enfin, elle convient parfaitement à l’engazonnement des sols maritimes salés.

Fétuque rouge demi‑traçante :

Festuca rubra trychophylla est probablement la plus polyvalente :

  • elle est gracieuse, avec son feuillage très fin et dense ;
  • sa repousse est lente, malgré un excellent pouvoir de regarnissage ;
  • que ce soit en hiver ou en été, son comportement est bon (pas de jaunissement des feuilles ou de mortalité excessive) ;
  • elle supporte les tontes rases et fréquentes.

Le seul inconvénient de cette variété de fétuque rouge est sa sensibilité à la maladie (fil rouge et helminthosporiose).

Maladies et ravageurs de la fétuque rouge

Les ravageurs de pelouses sont communs à de nombreuses espèces d’herbes. La plupart du temps, il s’agit de larves qui s’attaquent aux racines : taupins, hannetons, tipules, vers gris, etc.

Côté maladies, les plus fréquentes chez la fétuque rouge sont :

  • le fil rouge (excroissances rouges à rosâtres sur le feuillage, notamment au printemps, en été et à l’automne) ;
  • l’helminthosporiose (dépérissement rouge‑brun et petites taches brunes et linéaires sur les feuilles) ;
  • la rouille (pustules jaune orangé qui apparaissent notamment par temps chaud et humide, sur les gazons mal fertilisés).

Emploi

La fétuque rouge est particulièrement polyvalente. En utilisant un mélange de semences de gazon contenant une bonne proportion de ses différentes variétés, vous pouvez obtenir un magnifique gazon d’ornement.

Ceci devrait aussi vous plaire :


©vvoe


Écrit par Christophe Dutertre | Diplômé en aménagement paysager et amoureux des jardins, Christophe vous accompagne dans cette passion qui nous réunit. Découvertes, conseils pratiques et écologie sont au programme.
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vos réactions
  • Patrick a écrit le 14 février 2023 à 7 h 42 min

    super intéressant merci