Rosier Princesse de Monaco : la splendeur des jardins

Rosier Princesse de Monaco

Le rosier Princesse de Monaco est un hybride de thé obtenu par Marie-Louise Meilland en 1981, rosiériste française de renom. Sa floraison abondante, composée de grandes fleurs blanc crème à liseré rouge Amarante et au parfum subtil, sont à l’origine de son succès.

Originellement nommé ‘Préférence®’, le rosier est renommé ‘Princesse de Monaco’ en l’honneur de la Princesse Grace qui était tombée sous son charme durant le Bal de la Rose à Monaco. Sain et vigoureux, peu exigeant, ce cultivar issu d’un croisement entre ‘Ambassador’ et ‘Madame Antoine Meilland’, s’est vu plusieurs fois récompensé pour ses qualités. Depuis 2014, il existe également une version grimpante du rosier Princesse de Monaco.

Le rosier Princesse de Monaco® en résumé

Nom latin : Rosa x ‘Princesse de Monaco®’ Meimagarmic
Nom commun : rosier Princesse de Monaco
Famille : Rosaceae

Origine : horticole
Hauteur : 70 à 80 cm (buisson), 2 à 2,5 m (grimpant)
Port : buissonnant ou grimpant
Floraison : juin à octobre

Rosier remontant : oui
Couleur des fleurs : blanc crème à liseré rose carminé

Plantation : octobre à avril
Exposition : ensoleillée
Rusticité : -20°C
Sol : argileux, normal, riche en humus, sableux

Utilisation : bac, balconnière, haie, isolé, massif, grimpant, fleur coupée

Description botanique de ‘Princesse de Monaco’

Le rosier buisson

Rose Princesse de MonacoLe rosier buisson ‘Princesse de Monaco’ atteint entre 70 et 80 cm de hauteur à maturité. Sa végétation dense et équilibrée se compose de belles feuilles vert foncé et brillant. Un très beau feuillage qui bénéficie notamment d’une bonne résistance aux maladies.

De la fin du printemps jusqu’aux gelées automnales, cet hybride de thé produit des roses élégantes et turbinées composées de 30 pétales. De grosses fleurs, d’un diamètre de 13 à 14 cm, qui exhalent un léger parfum discret. La rose Princesse de Monaco prend une teinte blanc crème largement marginée de rose carminé.

Le rosier grimpant

Aussi robuste que vigoureux, le rosier grimpant Princesse de Monaco atteint entre 2 et 2,5 m de hauteur à maturité. Il est capable de couvrir une surface de 8 à 10 m². Là encore, son beau feuillage profite d’une excellente résistance aux maladies.

La floraison de ce rosier grimpant est identique à celle du rosier buisson dont il est issu. La première floraison printanière de Rosa X hybrida Gpt Princesse de Monaco® ‘Meibergami’ s’avère particulièrement spectaculaire. En effet, les longues branches de ce grimpant se couvrent alors intégralement de roses bicolores.

Culture et soin du rosier Princesse de Monaco

Facile de culture, le buisson ‘Princesse de Monaco’ s’utilise au jardin en jolie haie fleurie, en sujet isolé, ou encore en massif. Son faible développement et son caractère peu exigeant lui permettent également d’être conduit en bac. Dans sa version grimpante, cet hybride de thé permet de fleurir les façades, les treillages et les grillages, mais aussi les arceaux et les colonnes de taille moyenne.

Emplacement

Rustique jusqu’à -20°C, le rosier Princesse de Monaco s’installe en situation ensoleillée. Il apprécie les sols au pH neutre et accepte d’être cultivé dans une terre normale, sableuse ou argileuse, de préférence riche en humus. Peu exigent, il est même possible de cultiver cet hybride de thé jusqu’à 1000 m d’altitude.

Plantation

On plante le rosier Princesse de Monaco entre les mois d’octobre et d’avril, hors périodes de gelées.

Pour aller plus loin : Plantation des rosiers : conseils et période

Palissage

Le rosier grimpant doit être palissé pour offrir le meilleur de sa floraison. Pensez donc à palisser ses branches à l’horizontale au sortir de la saison hivernale.

Pour aller plus loin : Tout savoir sur la taille des rosiers grimpants

La rose Princesse de Monaco comme fleurs coupées

Que vous cultiviez le rosier Princesse de Monaco buisson ou grimpant, ne vous privez pas d’en couper quelques fleurs pour composer vos bouquets. Ces roses offrent, en effet, une très bonne tenue une fois coupées. En revanche, leurs courtes tiges les destinent principalement à la composition de centres de table ou de petits bouquets serrés.

Pour aller plus loin : Bouquet de roses : entretien et conservation


Photos : ©Arashiyama et ©T.Kiya


Écrit par Solenne Ricard | Diplômée d'Art et passionnée de botanique, Solenne a choisi d'utiliser sa sensibilité aux questions environnementales pour écrire sur les plantes et le jardinage. Cette amatrice de bonne cuisine cultive son potager en permaculture et utilise ses récoltes pour concocter quotidiennement de petits plats bio et écolos. Rédactrice confirmée, boulimique de littérature et amoureuse du beau, elle dévore tous les livres à sa portée.