Des succulentes aux couleurs éclatantes

succulente coloré

Les plantes succulentes sont reconnaissables aux « rondeurs » que l’on observe au niveau des tiges ou des feuilles. Ces dernières  leur permettent de résister aux pires conditions de sécheresse sous un soleil de plomb. Ces réserves constituent en effet un suc épais qui circule lentement dans les tissus et évite la surchauffe ! Beaucoup de succulentes ont une floraison vive qui dure plusieurs mois à la belle saison. Elles conviennent à merveille pour fleurir les poteries en terre cuite ou les rocailles.

1- Les couvre-sols

  • Delosperma
    Delosperma

    Les Delosperma sont des plantes vivaces tapissantes, dotées de petites feuilles cylindriques vert grisâtre ou glauques. Leur végétation permet de couvrir une surface d’environ 30 cm de côté. L’espèce D. cooperi offre de grandes fleurs rayonnantes magenta au cœur blanc fleurissant de juin à octobre. Elle est un peu moins rustique que D. nubigenum (-7 à -12°C), à port plus ramassé, et fleurit dans les tons jaunes à vermillon. Les Delosperma se plaisent parfaitement en pot, en bord de mer, baignés par les rayons brûlants du soleil.

  • Carpobrotus acinaciformis
    Carpobrotus acinaciformis pousse même sur les plages

    La griffe de sorcière (Carpobrotus acinaciformis) est souvent utilisée dan le Sud pour fixer les dunes de bord de mer au détriment parfois de la flore locale. Cependant dans les jardins, elle devient rarement envahissante. Ses larges fleurs roses, jaunes ou blanches colonisent rapidement un talus, même très pauvre en nutriments.

2- Des potées délicates

Lewisia cotyledon-hybrides
Lewisia cotyledon-hybrides offre une superbe floraison pour potée

Le Lewisia cotyledon-hybrides est une espèce montagnarde très délicate avec sa rosette de feuilles persistantes charnues, aux bords crénelés. Du centre s’élève une couronne d’inflorescences (rose, saumon, jaune ou blanc) de 20 à 30 cm de haut, en mai-juin, qui se renouvelle quelquefois à l’automne. L’espèce est très rustique à condition ne pas avoir d’humidité stagnante au niveau du collet.

3- Des formes généreuses

Aloe saponaria
Aloe saponaria

Il existe plus de 300 espèces d’Aloe aux formes variées, souvent confondues avec les agaves. En réalité bien des traits les distinguent. Leurs feuilles charnues, molles et cassantes en forme de glaive sont disposées en spirale autour d’une tige. Chez les agaves, les feuilles fibreuses apparaissent enroulées les unes dans les autres et se terminent par une aiguillon. La floraison des Aloe est souvent orangée, étalée entre janvier et juin, et se renouvelle chaque année contrairement à celle de l’agave qui entraîne la mort de la plante après s’être élevée à quelques mètres de hauteur.

Plantez l’Aloe dans un grand volume de terre bien drainant et acide comportant une bonne proportion de sable grossier ou de pouzzolane. Conservez le pot à l’intérieur hors gel avec très peu d’arrosage.

4- Comment conserver les plantes grasses ?

On associe souvent les plantes grasses aux pays chauds alors qu’elles peuplent également des déserts d’altitude où les températures descendent très bas. La seule condition pour les conserver chez nous pendant la période hivernale est alors de maintenir leurs racines au sec. Vous avez ainsi plusieurs possibilités :

  • plantez-les au pied d’un mur peu arrosé ;
  • entreposez-les dans un garage ou un abri de jardin éclairés, sans arrosage ;
  • placez-les dans la maison ou conservez seulement des boutures.

Conseil malin

Il est en effet très facile de bouturer les plantes qui ramifient pour en conserver un exemplaire moins encombrant au sec ! Il suffit de sectionner une extrémité de tige, de la laisser cicatriser à l’air pendant quelques jours. Plantez-la ensuite dans un terreau sableux légèrement humidifié.


©boggy22, ©Claudia Felbermayer,  ©Alkan32, ©Nikolett Emmert, ©Wirestock