ver de terre

Le poids des vers de terre en France serait vingt fois supérieur à celui de la population française.

Ce chiffre étonnant nous laisse deviner le travail colossal et indispensable que peuvent accomplir ses ouvriers de l’ombre.

Incursion sous terre pour mieux comprendre le rôle crucial du ver de terre au jardin.

Le ver de terre

  • Ils représentent 70 % de la biomasse terrestre.
  • On en dénombre 150 espèces en France et 5000 espèces dans le monde.
  • C’est un invertébré.
  • Il ne possède ni œil ni oreilles.
  • Le ver de terre est pourvu de cinq cœurs.
  • Il est hermaphrodite.

Un corps complexe :

En France, le ver de terre mesure entre 30 et 40 cm. Son corps longiligne est plus complexe qu’il n’y parait.

  • Il est constitué d’anneaux recouverts de poils qui l’aident à se déplacer.
  • Les trous présents sur sa peau lui permettent de respirer, car il n’a pas de poumons. Cette peau est visqueuse et recouverte d’un mucus qui l’empêche de se déshydrater.
  • Àchaque extrémité de son corps se trouve un anneau important. Le plus fin c’est la tête. Le plus gros c’est l’anus.
  • Au milieu de ce corps, on trouve un anneau plus gros, mou et de couleur violacée. Il contient les organes reproducteurs.

Le saviez-vous ?

Si l’on coupe un ver de terre après l’anneau reproducteur du côté de l’anus, il pourra vivre, car tous ses organes vitaux se trouvent de l’anneau reproducteur à la tête. Dans le cas contraire, il mourra.

En aucun cas, un ver de terre coupé en deux ne repousse comme on l’entend parfois.

Rôle et utilité du ver de terre

Leur présence au jardin indique que la qualité du sol est bonne, car le ver de terre ne se plait pas dans un milieu acide, sableux, aride, labouré ou nu.

  • Le ver de terre est un véritable tube digestif. Son anneau le plus fin (équivalent à sa tête) se nourrit de matières organiques, de végétaux en décomposition, de bactéries, de champignons et de protozoaires sans jamais s’attaquer aux cultures.
  • Son anneau le plus gros (anus) rejette cette nourriture sous la forme d’une terre fine appelée

Les turricules :

Les excréments des vers de terre participent à l’enrichissement des sols et à la fertilisation des plantes. Ils sont riches en magnésium, en azote, en phosphore, en calcium et en potassium. On les observe sur les pelouses sous la forme de petits tortillons.

  • On peut utiliser cette terre fine et riche pour le rempotage des plantes.

Un partenaire du jardinier très productif :

On trouve environ deux cents vers de terre au m2 sous une profondeur de deux à quatre mètres.

  • En se nourrissant, ils recyclent les matières organiques.
  • Ils labourent sans relâche, ils fertilisent et structurent les sols, participant activement à la bioturbation
  • En creusant des galeries, ils permettent une meilleure pénétration des eaux de pluie dans les sols.

Attirer les vers de terre au jardin

Certains éléments sont propices à la présence des vers de terre au jardin.

  • Les débris végétaux comme les feuilles mortes.
  • Le fumier fait leur délice.
  • Les sols argileux et frais.
  • Le renouvellement et le changement de variétés dans les plantations.

Le jardin idéal pour les vers de terre doit respecter le cycle des saisons avec ces temps de repos et un entretien réfléchi. Il faut conserver des zones sauvages.

À méditer :

« Les vers de terre s’enfoncent dans le sol pour ne pas tomber amoureux des étoiles ».

Yvan Audouard

L.D.


©Christian Dahlhaus