bouleau

Quelles sont les vertus thérapeutiques du bouleau ? Quels sont ses bienfaits sur la santé ? Quels usagesen faire pour en tirer le meilleur profit ?

Encore appelé «bouleau blanc », «bouleau à canot» ou « arbre de la sagesse », le bouleauest un arbre qui pousse dans les zones tempérées et les endroits dévastés par les feux de forêts. Les diverses espèces qui existent présentent une écorce qui rappelle le papier.

Son nom botanique d’origine celtique est «Betula », et l’espèce la plus connue est « le bouleau à papier », dont le nom botanique est «Papyfera ».

Le bouleau se différencie des autres arbres par sa couleur argentée. C’est un arbre au tronc élancé et aux feuilles caduques, dentées, qui pousse principalement en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Son rôle écologique n’est plus à démontrer, puisqu’il procure de l’ombre aux espèces d’arbres ou de plantes avoisinantes, et empêche indéniablement l’érosion du sol par les intempéries.

Toujours considéré comme un arbre médicinal, la particularité du bouleau se trouve dans l’utilisation de toutes ses parties : feuilles, écorce, sève, et bourgeons.

(Photo :©Cora Müller Fotolia)

Bouleau : pour la petite histoire

Arbre culte, arbre fétiche, le bouleau a d’innombrables vertus. Il a contribué non seulement au développement de la culture des peuples d’Amérique du Nord et du Canada, mais a également rendu de remarquables services aux peuples de Russie, d’Asie Centrale et de Sibérie.

Longtemps utilisé par les Amérindiens pour protéger leurs aliments en mettant ces derniers en contact avec son écorce, le bouleau, a d’autres propriétés inestimables.

Arbre inflammable et imputrescible, il était indispensable pour allumer un feu après les pluies, et servait de doublure dans les chaussures pour protéger contre le froid.

En Europe, le bouleau était un arbre sacré qui symbolisait le printemps et les jeunes filles. Ses branches fabriquées en forme de torches nuptiales étaient brûlées le jour des noces : il était supposé attirer le bonheur sur les mariés.

De plus, ses vertus diurétiques et épuratives étaient déjà appréciées au Moyen-Âge. En cas de rétention d’eau et de douleurs articulaires, le bouleau était indiqué pour soulager les malades grâce à ses vertus drainantes.

Outre le bouleau blanc européen (B.pendula), il existe d’autres espèces de bouleau dont : le bouleau jaune (B. alleghaniensis), le « merisier rouge » (B. lenta),…etc.

Bouleau : bienfaits et vertus thérapeutiques

L’écorce, les feuilles, la sève et les bourgeons du bouleau possèdent des vertus thérapeutiques. Il suffit de les connaître, de respecter les dosages lors de leur utilisation pour en apprécier les bienfaits.

Explorons chacune de ces parties…

  • Les feuilles

Utilisées à des fins thérapeutiques, les feuilles de bouleau contiennent des flavonoïdes qui servent à soigner toutes les formes d’insuffisance urinaire. Que ce soit contre l’hydropisie, ou tout autre type d’infection urinaire, les feuilles en infusion sont un excellent remède.

Grâce à ces mêmes propriétés, les feuilles de bouleau facilitent l’élimination de l’acide urique et le drainage en cas d’œdème et de goutte. Elles permettent aussi de soulager les crises rhumatismales et l’arthrite.

L’une de leurs vertus thérapeutiques est également la prévention des calculs urinaires.  Les personnes obèses, celles désireuses d’atténuer leur cellulite peuvent aussi en consommer.

En cosmétique, le recours aux feuilles de bouleau pour rincer les cheveux, l limiterait les chutes capillaires et la formation de pellicules. Les minces feuilles de bouleau, quant à elles,  sont un remarquable pansement antiseptique pour les plaies.

  • La sève

Récoltée au printemps après avoir entaillé l’écorce du bouleau, la sève est utilisée comme dépuratif et diurétique. En raison des quantités limitées lors du prélèvement (1 à 3 litres maximum par jour), sa consommation est également contrôlée. Il désintoxique l’organisme par un drainage profond.

Considérée comme tonique printanier par certains peuples d’Amérique du Nord, la sève fraîche du bouleau a fait ses preuves sur d’autres continents dans le traitement du rhume.

Parallèlement, ses vertus dépuratives étaient appréciées en médecine contre les éruptions cutanées et diverses autres maladies de la peau. Mélangée aux feuilles, écorce et bourgeons, la sève serait également un excellent antiseptique.

Elle est souvent recommandée dans le traitement d’arthroses, d’arthrites, et en lotion en cas de maladies chroniques de la peau (eczémas, …etc).

  • L’écorce

Cette partie du bouleau fait ses preuves dans le traitement des fièvres intermittentes.

Réduite en poudre, l’écorce sert aussi à fabriquer un onguent très efficace contre les blessures mineures.

  • Les bourgeons

En médecine, on a pu soigner l’engorgement des ganglions lymphatiques grâce aux bourgeons du bouleau.

Utilisation du bouleau pour ses bienfaits

1/ Feuilles :

  • Préparer une décoction de feuilles en mettant dans 1 litre d’eau chaude, 40g de feuilles. Laisser infuser pendant 10 minutes, puis ajouter 1g de bicarbonate de soude. Filtrer et en boire 3 tasses par jour.
  • Pour un usage externe, les feuilles fraîches sont utilisées en application sur la peau. Lors des crises rhumatismales, disposer un lit à base de feuilles fraîches chauffées au four, puis étalées sur votre lit. Recouvrir le tout d’un drap de coton avant de s’y allonger : c’est un relaxant sans pareil !

2/ Sève

  • Prendre un petit verre de la sève de bouleau avant chaque repas, vous permet de soulager vos arthroses, arthrite, goutte, et œdème. Vous apprécierez les résultats de cette véritable curede désintoxication.

La décoction de sève de bouleau peut aussi être consommée à jeûn pendant deux ou trois semaines pour soulager vos maux : 1 verre le matin suffit.

  • Appliquer la sève en lotion sur eczémas, cuir chevelu, pour soulager les démangeaisons et traiter les maladies dermiques.

3/ Bourgeons

  • Pour préparer la décoction de bourgeons, jeter 150g de bourgeons dans un litre d’eau et porter le tout à ébullition jusqu’à réduction de moitié. Passer au filtre et laisser refroidir. Ajouter ensiite, 1g de bicarbonate de soude. Boire 2 à 3 tasses par jour.

4/ Ecorce

  • Pour usage à voie interne de l’écorce, prendre soin de réduire au préalable l’écorce en poudre. Mesurer 1 cuillère à thé par tasse d’eau et porter le tout à ébullition pendant une dizaine de minutes.

Pour un usage à voie externe, mettre 40g à 50g d’écorce dans un litre d’eau et faire bouillir le tout.

Pour plus d’informations, demandez conseils à votre médecin.

Il n’existe aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *