Orange : bienfaits et vertus

L'orange, délicieux fruit de l'oranger, offre de nombreuses vertus et bienfaits pour la santé grace à ses propriétés et ses utilisations en cuisine depuis longtemps.

Recevez tous les conseils en jardinage directement dans votre boîte mail


Vous avez aimé Jardiner Malin, partagez avec vos amis

L’oranger, citrus aurantium (amer) ou sinensis (doux) est un arbre à port sphérique qui appartient à la famille des Rutacées.

L’oranger ne dépasse pas 8 à 10 m de haut et représente l’agrume le plus cultivé au monde.

À titre de référence, les Français, s’ils cultivent peu l’oranger, consomment 17 kg d’oranges par an et par personne !



L’oranger : pour la petite histoire

L’oranger doux est sans doute une mutation du bigaradier (oranger amer), survenue il y a 2000 ans environ. En Chine et en Inde, on cultivait déjà le bigaradier il y a 3000 ans. Le pied de l’Himalaya, autour du Bangladesh, est sans doute le lieu d’origine de cet agrume.

Grecs, Romains… Personne ne connaissait l’oranger doux. Ce sont les Arabes qui l’introduisirent en Égypte et en Palestine, où les croisés le découvrirent. Les Portugais firent connaître un grand succès à l’oranger, en le rapportant de Chine ou de Ceylan (Sri Lanka), vers 1500.

L’orange et ses bienfaits sur la santé

Les bienfaits de l’orange amer :

  • On utilise les feuilles du brigadier (oranger amer) pour ses propriétés sédatives : elles apaisent les spasmes des personnes nerveuses et leur permettent de s’endormir. On recommande également la feuille d’oranger amer contre les toux quinteuses, les crampes d’estomac d’origine nerveuse, les palpitations, la céphalalgie (maux de tête). On l’utilise aussi parfois comme fébrifuge et sudorifique (qui augmente la transpiration) en cas de rhume. L’huile essentielle extrait de l’oranger amer se prénomme « l’huile de petit-grain ».
  • On peut utiliser la fleur de l’oranger pour les mêmes usages mais en général elle entre dans la préparation de « l’eau de fleur d’oranger », très parfumée et utilisée en pharmacie et dans l’alimentation. Elle jouit d’ailleurs de vertus calmantes elle aussi.
  • L’huile essentielle qui accompagne l’hydrolat au cours de la distillation est « l’huile de néroli », base des eaux de Cologne de qualité. On la connaît pour sa rareté, son caractère tonifiant et destressant.
  • L’orange a des vertus carminatives (favorise l’expulsion des gaz intestinaux) et digestives. L’infusion d’orange fait baisser la fièvre et soulage les maux de tête. On utilise le zeste d’orange pour faire des sirops, une teinture ou des alcoolats. L’orange ouvre l’appétit, c’est un excellent tonique de l’estomac et de la digestion. En pressant le fruit, on extrait « l’essence d’orange amère ».

Les bienfaits de l’orange

  • L’oranger doux fait partie des fruits les plus cultivés au monde. Si aujourd’hui on peut tous se régaler d’un bon jus d’orange au petit déjeuner, jusqu’à la fin du XIXe siècle, ce fruit était un luxe.
  • Avec l’orange douce, on confectionne des sirops rafraîchissants et acidulés ainsi qu’une limonade : l’orangeade. Sirops et orangeades sont tous deux recommandés pour leurs bienfaits en cas de fièvre.
  • On exprime l’essence de Portugal des zestes d’orange pour les parfumeurs.
  • Fleurs et feuilles d’oranger doux : elles disposent des mêmes vertus que celles des orangers amers.
  • Le zeste,est conseillé en cas de problèmes liés à la fragilité des petits vaisseaux sanguins, telles les ecchymoses.
  • Les personnes alitées ou opérées ont souvent mal aux talons. Dans ce cas, on recommande de couper une orange en deux, de vider chaque moitié et d’y emboîter les talons.

____________________
Le saviez-vous ?

  • Utilisation interne :

Infusion d’oranger : 20 g de fleurs ou de feuilles par litre d’eau. Laisser infuser 10 minutes. Consommer 2 à 3 tasses par jour dont 1 au moment du coucher pour faciliter l’endormissement. Pour accentuer le parfum et l’effet, n’hésitez pas à ajouter quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger.

Décoction de feuilles d’oranger : 120 à 150 feuilles par litre. On l’utilisait autrefois contre l’épilepsie et en cas de graves perturbations nerveuses.

Sirop d’écorce d’orange amère : ce sirop est tonique et stomachique. Préparation : 100 g de zestes secs coupés en morceaux qu’on laisse macérer 12 heures avec 100 g d’alcool à 60 % vol. Passer et ajouter un sirop préparé avec 350 g de sucre dans 1 l d’eau. Favorise la digestion.

Vin d’orange apéritif et tonique : faire macérer 100 g de zestes d’orange amère dans 1 l de vin blanc avec quelques fleurs de camomille.

  • Utilisation externe :

Infusion de fleurs et feuilles d’oranger : calme et adoucit la peau. 

Cultiver l’orange pour ses bienfaits

Pour cultiver l’oranger, un sol au pH neutre sera idéal. Choisissez une terre argileuse, qui retient l’eau et les engrais mais pas le surplus d’humidité. En ce qui concerne l’exposition…

Le tronc peut supporter – 9 °C, son feuillage s’abîme à partir de – 3 °C. Entre 0 et 10 °C, l’oranger est à l’état végétatif. Pour fleurir et donner des fruits, il doit pousser dans des régions où la température moyenne annuelle dépasse 13 °C.

Attention, l’oranger n’apprécie pas non plus les grosses chaleurs. Au-dessus de 35 °C, il entre à nouveau en repos végétatif. Dernier conseil : évitez les endroits exposés aux vents forts, les branches – surtout quand elles sont chargées de fruits – casseraient.

____________________
Astuce :

Que vous choisissiez de le cultiver en pot ou en pleine terre, ne griffez pas le sol sur plus de 5 cm de profondeur quand vous désherbez, afin de ne pas abîmer les racines superficielles. Elles sont fragiles et chaque blessure peut ouvrir la porte à une maladie…

L’oranger en pot ? Oui, c’est possible. Sachez cependant que seules une véranda ou une serre froide permettent de le conserver l’hiver sans problème. Dans des bacs, ils constituent des plantes très décoratives.

____________________
Gare aux petites bêtes !

Quand les orangers tombent malades, c’est la plupart du temps parce qu’ils sont cultivés dans de mauvaises conditions.

  • Les cochenilles envahissent souvent les agrumes (on les élimine par un traitement aux huiles blanches, qui les asphyxient). Les acariens déforment les feuilles et les jeunes pousses, leur donnant un aspect plombé.
  • Les chenilles de la teigne agressent les étamines et empêchent la formation des fruits.
  • La chlorose se traduit par le jaunissement des feuilles.
  • Plusieurs viroses entraînent le dépérissement des orangers. Pour les cultures sous abri, prenez garde aux mouches blanches.
  1. Jardinage : bien cultiver l’oranger

Espèces et variétés d’oranges

On différencie trois groupes d’oranges : les blondes, les navels et les sanguines.

Parmi les oranges blondes, on distingue les variétés communes des variétés fines.

Les variétés communes poussent facilement dans les jardins de la Côte d’Azur et donnent des fruits petits, de piètre qualité gustative.

Les variétés fines, de meilleure qualité, arrivent à maturité entre novembre et mars. Parmi elles :

  1. « Valencialate » : tardive, juteuse, sucrée.
  2. « Maltaise » : une des meilleures, elle mûrit plutôt bien dans le Sud de la France.
  3. « Jaffa » : à gros fruits, chair parfumée.
  4. « Salustiana » : à gros fruits, assez rustique.

Les navels : elles parviennent à maturité en novembre. On les reconnaît à leur ombilic et à l’embryon de fruit qui se forme à l’intérieur même de l’orange. Elles sont sucrées, se découpent aisément en morceaux.

  1. « Washington Navel », « Navelina » et « Navelate » : les plus cultivées.

Les oranges sanguines : elles arrivent à maturité en février.

  1. « Moro », « Sanguinelli » : ce sont les variétés préférées des connaisseurs. Cependant, elles produisent seulement peu de temps et demandent beaucoup de chaleur pour mûrir.

Il existe aussi des oranges demi-sanguines.

  1. « Maltaise demi-sanguine », « Double fine améliorée » : elles donnent des fruits en mars-avril.

L’orange en cuisine pour ses bienfaits

Vous pouvez déguster l’orange fraîche, nature ou pressée, en confiture, en marmelade ou en sorbet. L’orange peut être ajoutée aux sauces ou confite. En infusion (20 g/l), les feuilles stimulent l’appétit. Quant à la fleur d’oranger, elle est sédative (on la retrouve dans de nombreuses tisanes).

  1. Cuisine : recettes à base d’orange

 

____________________
Apports nutritionnels :

45 kcal/100 g. Une orange couvre la majeure partie des besoins journaliers d’un adulte en vitamine C (80 à 110 mg/jour). L’orange est également riche en oligoéléments et en acides organiques, qui se combinent aux substances alcalines de notre organisme, produisant des carbonates et bicarbonates, dont les bienfaits sont reconnus en cas d’aigreurs d’estomac et d’arthrite.

____________________
Idée gourmande :

C’est le moment de vous laisser tenter par un carpaccio d’oranges. Rapide, facile, cette recette est inratable ! Dans votre liste de courses : des oranges, quelques feuilles de menthes, un peu de cannelle et le tour est joué !

Quelques synonymes du mot « orange » pour briller en société.

Le mot « orange » vient du sanskrit. On le retrouve dans les mots naranja en Espagne, laranja au Portugal, naranza à Venise, naranj dans le monde arabe. On surnomme aussi l’oranger amer « bigaradier » ou « oranger de Séville ».

Blandine Merlin

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire dans cet article. Soyez le premier!

Écrire un commentaire sur cet article

Une question ? utilisez notre forum

    Besoin d'autres
    informations ?

    Recherchez d’autres articles sur Jardiner Malin


    Ajouter un nouvel évènement :