collier dressage

Que faut-il penser du collier de dressage dont l’usage est controversé ?

Il ne nous appartient pas de donner un avis, mais uniquement de vous parler d’un outil qui, bien utilisé, peut répondre aux besoins de certains maîtres dépassés par le comportement de leur chien.

Le collier de dressage

  • Il se présente sous la forme d’un petit boîtier léger, étanche et discret qui ne gêne pas l’animal,
  • Il est accompagné d’une sangle d’une longueur suffisante pour s’adapter à tout type de race,
  • D’une télécommande (elle peut commander simultanément plusieurs colliers),
  • De deux paires d’électrodes (l’une pour les chiens à poil court, l’autre pour les chiens à poil long),
  • D’un dispositif pour tester le collier,
  • D’un chargeur (ou de piles).
  • Portée entre 100 et 1000 mètres.
  • Coût selon la portée, les options et l’autonomie. On peut trouver un modèle de base de qualité correcte à partir de 80 euros.

Colliers de dressage et fonctionnalités

  • Le collier qui émet un son : Il convient aux personnes qui ont du temps à consacrer à l’éducation de leur chien et peut s’apparenter à la technique du clicker. Pour renforcer le comportement positif, on fait biper le collier et l’on offre une friandise à son animal à chaque bonne action. Il permet aussi de détourner l’attention. Vous ne voulez pas que votre chien saute, vous bipez et ainsi de suite…
  • Le collier qui émet un son et des vibrations : Équiper d’une fonction supplémentaire, c’est un intermédiaire si vous avez un chien docile qui ne se montre pas réceptif à la technique du clicker. Les vibrations bien que gênantes ne sont pas douloureuses.
  • Le collier qui émet un son, des vibrations et une décharge électrique : Celui-ci doit être utilisé avec précaution, car la décharge électrique bien que sécurisée (plusieurs niveaux d’intensité sur une très courte durée) n’est pas indolore. Il est d’une efficacité redoutable pour les chiens qui ont du caractère et dont les différentes méthodes d’éducation ont échoué. Très vite, le chien va associer ses comportements indésirables à la décharge électrique et ne plus les reproduire. La fonction « son » deviendra rapidement suffisante.

En complément :

  • Le collier anti-aboiement : Il se déclenche automatiquement et devient pratique si vous êtes absents.
  • Le collier anti-fugue : Le principe consiste à délimiter une zone dans laquelle votre chien pourra évoluer librement avec un fil enterré à quelques centimètres sous terre. Celui-ci émet un signal radio en cas de tentative de fugue et le transmet au récepteur du collier que porte votre animal.
  • Le collier à la citronnelle : Ni bip, ni vibrations, ni décharge électrique pour ce modèle, mais un réservoir que l’on remplit de citronnelle. À chaque aboiement, le chien reçoit un jet de citronnelle, odeur que nos amis n’apprécient pas. Il est rechargeable.

Bien utiliser le collier de dressage

Par souci d’éthique et pour ne pas créer de confusion dans la tête de votre chien, le collier doit servir uniquement pour corriger une mauvaise attitude.

Progressivement, il convient de passer de la décharge électrique au simple bip.

Nettoyez les électrodes avec un antiseptique et vérifiez régulièrement le cou de votre animal, car l’usage abusif du dispositif peut occasionner des irritations.

En cas de brûlure, rincez avec du savon de Marseille et appliquez de la Bétadine.

Alternatives au collier de dressage

Les chasseurs équipent bien souvent leur compagnon d’un collier GPS pour chien afin de les retrouver facilement.

Si vous voulez remplacer petit à petit le collier de dressage, vous pouvez choisir le pet corrector (spray sous pression qui expulse un gaz inerte produisant un bruit très puissant), le sifflet à ultrasons, le clicker (petit boîtier en plastique avec à l’intérieur une languette métallique qui émet un clic lorsqu’on appuie dessus) ou un jouet sonore. L’essentiel est de surprendre son chien pour qu’il arrête une mauvaise action.

À méditer : « Les bois les plus durs, quelques tordus qu’ils soient peuvent être redressés »

Citation de Sénèque dramaturge romain

L.D.


©Grejak