Connexion
Accueil / Le Jardinage / Reportage / Bouturage à l’étouffée : période, technique et avantages

Bouturage à l’étouffée : période, technique et avantages

bouturage a l'étouffée
0

Le bouturage est une technique de multiplication d’une plante. À la différence du semis, le bouturage permet d’obtenir une plante identique à partir d’une tige, d’une feuille ou d’un fragment de racine. Pour mettre toutes les chances de son côté, on peut pratiquer le bouturage à l’étouffée.

Facile à mettre en œuvre, le bouturage permet de créer artificiellement des conditions idéales pour la plante.

Le bouturage : rappel du calendrier

Pour bouturer une plante, (qui revient à créer un clone identique à la plante mère), on peut utiliser différentes parties de la plante, à savoir une tige, herbacée ou semi-ligneuse, une feuille ou des tronçons de racines.

À chaque type de bouture correspond une période adéquate :

  • Le bouturage de tige herbacée, c’est-à-dire une tige verte de l’année, se fait au printemps, et plus particulièrement en mai ou en juin. Il concerne des plantes comme les géraniums vivaces, les clématites, les sauges
  • Le bouturage de tige semi-ligneuse, c’est-à-dire des tiges de l’année qui ont commencé à se lignifier, ce qui signifie faire du bois, intervient en juillet ou en août. Il est idéal pour les arbustes comme les hortensias, les photinias, les buddleias
  • Le bouturage de feuille se pratique au printemps et en début d’été. C’est la technique de bouturage recommandée pour les plantes succulentes comme les sedums ou certaines plantes d’intérieur telles que le saint-paulia
  • Le bouturage de racines consiste à prélever un morceau de racines dans le sol. Pour ne pas gêner la plante, il est préférable d’intervenir pendant sa période de dormance en début d’hiver. Ce bouturage s’applique aux plantes comme le phlox, le lilas, les framboisiers…

Pour en savoir plus :

Le bouturage à l’étouffée, c’est quoi ?

comment faire bouture etouffeeUne fois que vos feuilles, tiges ou racines ont été mises en terre, le bouturage à l’étouffée consiste à recouvrir le pot d’un matériau transparent comme un sac plastique maintenu par un élastique ou du raphia, une bouteille en plastique coupée en deux dans le sens de la largeur, ou une cloche en verre. Si vous utilisez un sac en plastique, il est recommandé de poser un petit système d’arceaux en fil de fer pour que la bouture ne soit pas en contact avec le sac. Si vous utilisez une bouteille en plastique (au diamètre légèrement inférieur à celui du pot), prenez la partie du haut et conservez le bouchon.

Cette technique permet de créer un micro-climat saturé en humidité très favorable au développement de la bouture. Ainsi, la bouture a moins de risque de sécher, surtout si vous oubliez de l’arroser !

Avantages du bouturage à l’étouffée

Les avantages sont nombreux, surtout pour les têtes en l’air. Quoique le bouturage à l’étouffée demande aussi un peu d’entretien :

  • L’atmosphère affiche un taux d’humidité optimal proche de 100 %, un peu à l’image du terrarium végétal
  • Le substrat sèche nettement moins vite ce qui permet une meilleure prise de la bouture
  • La bouture bénéficie d’une chaleur constante et n’est pas soumise à aucuns potentiels courants d’air

Précautions à prendre pour réussir ses boutures

Si le bouturage à l’étouffée permet de récréer des conditions culturales idéales, il faut tout de même prendre quelques précautions :

  • bouturage a l'étouffée principeAérer régulièrement vos boutures pour éviter la condensation, souvent synonyme de pourrissement. Il suffit de retirer le « couvercle » tous les deux à trois jours pendant une heure. Pour éliminer tout risque de pourrissement, il est également possible d’ajouter un peu de charbon de bois réduit en poussière au terreau
  • Placer votre bouture dans une pièce lumineuse, bénéficiant d’une bonne chaleur, mais jamais au soleil direct. Le soleil pourrait brûler vos boutures en créant un effet de serre
  • Installer votre matériau transparent de telle sorte qu’il ne soit jamais en contact direct avec la feuille ou la tige
  • Enlever votre cloche dès que les premiers signes de reprise sont visibles.

Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *