Comment lutter contre la chlorose ferrique ?

Chlorose ferrique

Azote, phosphore, calcium, fer… Les plantes ont besoin de nutriments pour se développer. Si leurs feuilles jaunissent, c’est peut-être à cause d’une carence !

Découvrez comment éviter la chlorose ferrique et les traitements naturels pour lutter contre.

À lire aussi :

Qu’est-ce que la chlorose ferrique ?

Une chlorose signifie une carence pour une plante. À ce titre, il existe différentes chloroses qui touchent de multiples végétaux. La chlorose ferrique correspond à un manque de fer. Soit, il s’agit d’un manque réel de fer dans le sol. Soit, la plante, pour diverses raisons, ne peut pas assimiler le fer présent dans le sol. Si l’on parle souvent de l’azote, du phosphore et du potassium, comme étant les trois éléments essentiels au développement des plantes, il ne faut pas oublier le fer ! En effet, ce micro nutriment entre dans la composition du pigment vert nécessaire à la chlorophylle. Les plantes en ont besoin en très petite quantité, mais il reste indispensable.

Quelles plantes sont touchées par la chlorose ferrique ?

La vigne, le pêcher, le poirier, le rosier, le groseillier et les agrumes sont sensibles à cette carence. C’est également le cas des plantes terre de bruyère qui ont l’habitude de pousser dans un sol acide. Si elles sont cultivées dans un sol trop basique, le fer ne pourra pas être correctement absorbé.

Quels sont les symptômes ?

  • Les feuilles s’éclaircissent et jaunissent mais les nervures restent vertes
  • La plante est flétrie, elle ne se développe pas bien
  • Certaines feuilles se nécrosent et tombent

Prévenir l’apparition de la chlorose ferrique

Tout d’abord, il convient de bien comprendre l’origine du problème. Cette carence survient à cause de :

  • Un sol trop humide ou trop sec qui empêche l’assimilation du fer
  • Une terre calcaire
  • Un sol naturellement pauvre en fer

Si votre terrain est lourd est gorgé d’eau, il faudra travailler votre terre pour l’alléger, notamment avec des apports de sable. Un sol trop sec en revanche gagnera à être paillé et enrichi. Pour les rosiers et les arbres fruitiers, utilisez un porte-greffe qui pousse en sol calcaire. Si votre terrain est calcaire, choisissez des plantes adaptées, elles n’en seront que plus belles. Vous adorez les  plantes terre de bruyère ? Privilégiez une plantation en pot. Concernant les plantes en pot, pensez à leur faire des apports d’engrais naturels réguliers. En effet, si vous ne leur apportez les nutriments présents dans le terreau ne se renouvellent pas comme dans le sol, il faut alors le faire soi-même. Si votre sol est naturellement pauvre en fer, il faudra alors l’enrichir à travers des traitements naturels. On oublie le sulfate de fer qui n’est pas autorisé en agriculture biologique. De plus, il est irritant pour les voies respiratoires, les yeux et la peau.

Des traitements naturels

Le purin d’ortie :

Le purin d’ortie est un cocktail explosif de nutriments. Il enrichit le sol en azote mais aussi en fer ! Prenez ainsi l’habitude de l’utiliser en arrosage une à deux fois par mois, au pied des plantes sujettes à la chlorose. Diluez-le à 10-20% dans de l’eau de pluie, il va également favoriser la croissance de vos plantes. Cet anti-chlorose naturel a aussi l’avantage d’éloigner les insectes nuisibles, si on le pulvérise sur les plantes.traitement chlorose ferrique

Les chélates de fer :

Ces molécules emprisonnent le fer et le rendent assimilable par les plantes. Ce traitement fonctionne comme un apport de fer qui va rapidement faire reverdir les feuilles. Il est efficace mais toutefois assez éphémère. Il peut permettre de sauver une plante en carence, mais il faudra songer à trouver l’origine du problème pour pouvoir le traiter à la source.