Connexion
Accueil / Le Jardinage / Reportage / Hivernage du bananier : comment le protéger en hiver ?

Hivernage du bananier : comment le protéger en hiver ?

0

Plante tropicale par excellence, le bananier apporte une note d’exotisme au jardin. Pour qu’il forme de nouvelles feuilles amples au printemps, il faut offrir un bon hivernage au bananier.

Découvrez comment le protéger du froid !

Pour aller plus loin : 

Le bananier n’est pas un arbre

Malgré sa grande taille, le bananier n’est autre qu’une herbacée. Il est composé d’un stipe et de longues feuilles lui conférant ce style tropical que l’on affectionne tant. Cette plante vivace n’est pas aussi rustique que le palmier avec lequel il est souvent associé. Le travail des variétés amène toutefois le bananier à plus de rusticité. L’un des plus plantés est le Musa basjoo, mais vous pouvez aussi compter sur le Musa sikkimensis, le Musella lasiocarpa (bananier nain) ou encore le Musa velutina.

 

Pourquoi protéger le bananier en hiver ?

Ce bananier ayant subit de fortes gelées n’a pas résisté à l’hiver.

Le bananier étant une vivace, il n’est pas ligneux, c’est-à-dire que ses tiges ne sont pas faites de bois. Gorgées d’eau, elles ne résistent pas au froid.

Le bananier est une plante caduque dont les feuilles repartent à chaque printemps. Le bananier du Japon, Musa basjoo, est le plus rustique des bananiers et résiste aux gelées jusqu’à -12°.

C’est donc le stipe que l’on protège du froid à l’arrivée de l’hiver.

 

Comment protéger le bananier du froid ?

  • La première étape consiste à couper les tiges au ras du stipe.
  • Enroulez une couche de papier bulle autour du stipe et fixez-le avec du scotch.
  • Bananier protection hiverEntourez ensuite le stipe d’un grillage en laissant au moins 10cm entre les deux. Choisissez un grillage assez haut pour arriver au sommet du bananier.
  • Remplissez l’espace entre le stipe et le grillage de paille qui servira d’isolant. On peut aussi utiliser des feuilles mortes.
  • Si vous craignez de fortes gelées, couvrez le grillage d’un voile d’hivernage que vous fixez. Penser à le percer çà et là pour garder un minimum d’aération.
  • Recouvrez le sommet d’une bâche imperméable, afin d’éviter que l’eau ne rentre et ne fasse pourrir les racines. Ne la serrez pas trop car la pointe va commencer à pousser avant que vous ne retiriez la bâche au début du printemps.
  • Ajoutez une bonne couche de paillage au niveau du pied, afin de protéger la souche.

 

Hivernage du bananier en pot

bananier en pot en hiverSi vous cultivez le bananier en pot, vous pouvez alors le rentrer en hiver. Même en intérieur, le Musa entre en repos végétatif entre octobre et mars. Il convient alors de le placer dans une pièce plutôt fraîche comme une véranda non chauffée. L’apport d’engrais est stoppé et les arrosages sont ralentis. Concrètement, il s’agit de laisser sécher le terreau entre deux apports d’eau. En revanche, n’hésitez pas à placer un lit de billes d’argile dans la soucoupe, que vous imbibées d’eau. En s’évaporant, l’eau va créer une atmosphère humide tant appréciée par cette plante tropicale.

 

À lire → 9 plantes résistant au froid et au gel

 

Au printemps, ça repart

Quand enlever la protection hivernale ?

Une fois que les gelées ne sont plus à craindre, il est temps d’enlever le voile, le grillage et la paille. Au nord de la Loire, ce moment correspond à la mi-mai, un peu plus tôt pour les régions du sud.

Comment entretenir le bananier ?

entretien bananier hiverDès la mi-mai, on reprend les bonnes habitudes avec un arrosage régulier. En pot, vous laisserez la terre sécher seulement en surface avant d’arroser à nouveau. En pleine terre, faites en fonction des précipitations pour maintenir un sol frais. En été, les apports d’eau se font environ tous les deux jours. En ce qui concerne les engrais, privilégiez un engrais pour plantes vertes à donner tous les quinze jours. N’hésitez pas à lui vaporiser de l’eau quotidiennement pour recréer l’atmosphère humide de son environnement naturel.


©Skasti, ©Maja Dumat, ©Leonora (Ellie) Enking, ©emer1940, ©Shasti


Écrit par Audrey Chéritel
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *