Connexion
Accueil / Jardinage / Reportage / Voile d’hivernage : son action réelle et comment l’installer

Voile d’hivernage : son action réelle et comment l’installer

Voile d'hivernage
0

Dans la panoplie du jardinier attentif à l’entretien de son potager et de son jardin d’agrément, il y a forcément un voile d’hivernage. Dès l’apparition des premiers froids, ce voile permet de protéger les plantes les plus frileuses. Mais le voile d’hivernage peut avoir d’autres utilités.

Pour en savoir plus :

Un voile d’hivernage, c’est quoi exactement ?

Au premier abord, le voile d’hivernage fait penser à un tissu de par sa légèreté et sa souplesse. Pourtant, il s’agit de polypropylène non tissé qui se présente le plus souvent en rouleaux. De couleur blanche, ce voile est perméable à l’air et à l’eau. Par conséquent, il laisse respirer les plantes et pénétrer les intempéries jusqu’à cœur des végétaux.

Il existe différents types de voile d’hivernage qui se déclinent en différents grammages, c’est-à-dire épaisseurs. Plus le grammage est important, plus la protection thermique est efficace :

  • Le voile de 17 g/m2 est très fin, donc insuffisamment efficace dans les régions les plus froides. On peut à la rigueur l’utiliser dans le sud du territoire pour protéger les végétaux des très légères gelées
  • Le voile de 30 gm2/m2 est certainement le plus couramment utilisé dans tous les jardins de l’hexagone. Il s’utilise au potager, mais aussi sur les plantes et arbustes gélifs, ou encore en plein champ
  • Les voiles de 60 g et 90 g/m2 sont utilisés dans les régions où le froid est très intense sur une longue période.

À titre d’exemple, un voile de 30g/m permet d’augmenter la température du sol ou de la terre dans un pot de 2 à 4 degrés. En revanche, il ne protège en aucun cas certaines plantes très gélives (agrumes, plantes exotiques…) qui devront être rentrées à l’intérieur, idéalement dans une véranda ou un jardin d’hiver.

Pour aller plus loin :

Les avantages du voile d’hivernage

Voile d'hivernage action utilitéLogiquement, le premier avantage du voile d’hivernage réside dans la protection des plantes les moins rustiques. Ces plantes (lauriers-roses, palmiers, escallonia, oliviers…) peuvent toutefois passer l’hiver dehors, cultivées en pot ou en pleine terre, sans souffrir du manque d’air ou d’eau. En effet, de par sa perméabilité, le voile d’hivernage permet aux plantes de respirer. De même, les pluies continuent à assurer leur rôle en humidifiant le substrat. De même, le voile d’hivernage ne plonge pas les plantes dans l’obscurité.

Le voile d’hivernage peut aussi se transformer en voile de forçage lorsqu’il est simplement posé sur les semis au potager au printemps. Ainsi, la germination des graines est accélérée et favorisée par la douceur apportée par le voile d’hivernage.

Accessoirement, les voiles d’hivernage les plus fins peuvent servir de filets contre les attaques d’insectes précoces comme les noctuelles, les aleurodes…ou de protection contre les oiseaux qui fondent sur les semis.

Quand installer un voile d’hivernage ?

Par définition, le voile d’hivernage se pose pendant l’hiver ! Un hiver qui commence réellement avec l’apparition des premières gelées nocturnes ou simplement matinales. Dans certaines régions, ces gelées commencent souvent dès octobre, voire en septembre, et se poursuivent durant tout l’hiver.

quand installer voile d'hivernage periodeLe voile d’hivernage se pose aussi au début du printemps lorsque les arbres fruitiers (nains) et les plantes dotées d’une précoce floraison printanière (camélia, magnolia, exochorda…) peuvent être endommagés par des gelées tardives en mars, voire en avril ou en mai (jusqu’aux fameux Saints de Glace !).

Utilisé comme voile de forçage, le voile d’hivernage se pose sur les semis de printemps et d’automne.

Nos conseils pour le poser correctement

  • Le voile d’hivernage peut permettre d’entourer un pot pour protéger le système racinaire. Il suffit de faire plusieurs tours autour du contenant
  • comment poser un voile d'hivernagePosé sur un végétal, un voile d’hivernage ne doit pas le toucher pour éviter, entre autres, les points de condensation qui seront une entrée de froid. On laisse ainsi un sas de respiration entre le voile et la plante. Il suffit de planter trois ou quatre piquets ou tuteurs et de poser le voile d’hivernage sur ces piquets pour entourer la plante. Ensuite, on ferme avec des ficelles ou des pinces à linge
  • Utilisé comme voile de forçage, il est simplement déposé sur le sol le temps que dure la germination, maintenu par des cailloux. On peut aussi créer un tunnel avec du grillage.

A lire également :

 


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *