Mesurer son pH avec les plantes bio-indicatrices

plante bio indicatrice du ph

Les plantes bio-indicatrices nous aident à comprendre la santé de notre sol et son évolution. Mais saviez-vous qu’en matière de pH, elles sont beaucoup plus fiables que les kits d’analyse ?

A lire aussi :

Le pH, qu’est-ce que c’est ?

Le pH, c’est le potentiel Hydrogène : il mesure l’activité chimique des ions hydrogènes. Déterminer le pH d’une solution permet de savoir si celle-ci est acide ou basique.

Bon à savoir : le meilleur pH pour les plantes et la vie du sol est de 6.5.

Le pH, une mesure qui fluctue

baisse-du-pH-pendant-les-saisons-froides-hiverLe pH n’est pas une valeur immuable. En effet, il peut fluctuer et ce, dans une même journée (il monte le jour et descend la nuit) ou bien en fonction des saisons : plus le sol est chaud plus son pH monte. À l’inverse, plus le sol est froid plus le pH descend et le sol s’acidifie.

Pourquoi mesurer son pH ?

La mesure du pH est utile pour orienter le choix de nos plantations. Elle nous indique ce que l’on peut et ce que l’on ne peut pas cultiver dans notre jardin.

interet-de-connaitre-le-pH pour les plantes

N’oublions pas que la fertilité de notre sol reste plus importante que le pH. On cherche souvent à gommer l’acidité de notre sol alors qu’il est souvent plus fertile qu’un sol trop alcalin. De plus, les moyens employés pour faire monter le pH peuvent faire beaucoup de dégâts dans la vie microbienne aérobie (les bactéries du sol qui ont besoin d’air pour vivre) et, sans bactérie dans notre sol, qui va décomposer nos apports en compost… ?).

La mesure du pH reste pertinente pour cultiver des espèces très exigeantes comme les vraies calcicoles (le chêne pubescent, l’epipactis à petites feuilles ou bien encore la germandrée petit chêne), les acidophiles (les bruyères, les rhododendrons par exemple) ou calcifuges (l’actinidia ne pousse pas en sol calcaire, ni les plantes acidophiles).

À lire aussi :

Les plantes, expertes en indication de pH

Le sol présente un pH qui fluctue fortement c’est pourquoi les plantes bio-indicatrices indiquent plus spécifiquement une tendance du sol.

Les plantes indicatrices d’un sol acide

plantes-qui-indiquent-un-sol-acideOn reconnaît un sol acide à sa végétation acidophile. Sur ces terres, on trouve spontanément de la bruyère (Erica spp. ; Calluna spp.), des fougères (Filicophyta spp.), des renoncules rampantes (Ranuncula repens), des châtaigniers (Castanea sativa), des pins (Pinus spp.), des myrtilles (Vaccinium spp.), ainsi que des orties (Urtica spp.) et de l’oseille des prés (Rumex acetosa).

À lire aussi :

Les plantes indicatrices d’un sol neutre, riche

plantes-qui-indiquent-une-baisse-de-pHCe sont des sols très riches en crucifères et en légumineuses.

On y trouve des coquelicots (Papaver rhoeas), des bleuets (Centaurea cyanus), des bourses à pasteur (Capsella bursa-pastoris), de la luzerne d’Arabie (Medicago arabica), du radis ravenelle (Raphanus raphanistrum)…

Les plantes indicatrices d’un sol basique, calcaire

Il s’agit des picrides et notamment la picride fausse vipérine (Picris echioides et Picris spp.), le plantain moyen (Plantago media) et la moutarde des champs (Sinapis arvensis). Les plantes qui témoignent d’un sol en cours de décalcification sont les pâquerettes (Bellis perennis) et les sauges des prés (Salvia pratensis).

Le pH et la fertilité des sols

Avoir un pH très acide ou complètement basique ne signifie pas pour autant que l’activité de votre sol est déficiente ! Cependant, si vous voulez cultiver des espèces ayant des exigences de pH particulières ou si vous constatez un manque d’activité biologique (donc de fertilité) dans votre sol, voici quelques astuces pour diminuer ou augmenter votre pH.

Les remèdes

  • engrais-vert-moutarde-favorise-la-vie-du-sol-en-pH-eleveEn cas de sol acide. Épandez des sables fins issus de carrière calcaire. C’est
    l’amendement calcique idéal car il a un effet durable et n’est pas perturbant pour la vie microbienne du sol. D’une manière générale, préférez des amendements calciques avec un broyage grossier. Ils seront plus lentement assimilés par le sol et ne viendront pas perturber sa vie microbienne.
  • En cas de sol calcaire, basique (pH supérieur à 7). Les bactéries aérobies sont déficientes et le but du jardinier sera de les favoriser en apportant des engrais verts de moutarde ou de luzerne.

Modifier son pH ?

La question n’est pas d’avoir obligatoirement un pH aux alentours de 7 (qui, comme nous l’avons vu, peut fluctuer d’une heure sur l’autre) mais de savoir si notre sol est fertile pour que nos plantes y trouvent les conditions idéales pour pousser. Il faut s’assurer :

  • d’une vie microbienne aérobie ;
  • d’un bon taux d’argile et d’humus ;
  • d’une bonne structure et d’une bonne aération de son sol : avoir un sol dit « grumeleux » ;
  • d’un bon équilibre carbone/azote.

Si la majeure partie de ces critères est réuni alors, inutile de modifier le pH de votre sol.

Ouvrez l’œil et n’hésitez pas à recenser les plantes sauvages de votre jardin, elles vous donneront une bonne indication sur le pH et la capacité nutritive de votre sol.

Pour aller plus loin :

Pauline Sutter


Crédits : NickyPe, Diabolo, KarstenBergmann, freeephotocc, Natfot, Jamie92,