Argileux, limoneux, sableux ou calcaire : quelles améliorations apporter ?

ameliorer qualite sol

Vous aimeriez faire un potager ou planter de beaux arbres fruitiers mais vous avez identifié votre terre et elle n’est pas optimale ? Qu’elles soient argileuses, limoneuses, sableuses ou bien encore calcaires, voici un tour d’horizon des terres de nos jardins qui vous permettra d’en tirer le meilleur parti.

Avantages et inconvénients pour chaque type de terre

Sol sableux, le petit pauvre :

  • Terre légère, aérée et facile à travailler.
  • Elle est cependant souvent très pauvre, sans argile et donc sans capacité de rétention d’eau et directement lessivée car le sol ne présente pas de cohésion.

Pour aller plus loin : Améliorer un sol trop sableux

Sol limoneux, fertile mais fragile :

  • Sol fertile qui retient l’eau.
  • Il est fragile car il contient peu ou pas de sable et d’argiles.
  • C’est une terre compacte et sensible à la battance : elle devient imperméable à l’eau une fois piétinée, arrosée violemment ou pendant les fortes pluies. Il va falloir la protéger !

Sol argileux, parfois un peu collant :

  • Terre qui présente une bonne réserve en eau.
  • Elle est cependant très compacte et se réchauffe lentement.
  • Collante sous la pluie, elle devient dure en séchant.
  • Elle est lourde à travailler.
  • Si vous avez encore un doute quant à la nature de votre sol, la présence de boutons d’or, pâquerettes, joncs ou liserons vous permettra de la confirmer.

>> Pour aller plus loin : Alléger un sol trop argileux 

Sol calcaire, de la craie comme à l’école :

  • Grâce à son PH basique, ce type de sol blanchâtre et d’aspect crayeux entretient une bonne activité microbienne. Associé à du compost il peut devenir fertile.
  • Souvent sujet à l’assèchement, il est également pauvre en nutriments.
  • Terre sèche l’été avec de nombreuse craquelures, boueuse l’hiver.
  • La présence de coquelicots sauvages, de trèfles blancs, de bleuets, de renoncules, moutardes et d’achillées vous permettra de la reconnaître.

>> En savoir plus : Plantes pour sols calcaires 

Plantes adaptées : à chacun son sol

Plantes pour sol sableux :

  • Il convient parfaitement à toutes les plantes aromatiques qui aiment les sols bien secs et bien drainés comme la sauge, la lavande, le romarin ou bien encore les vignes. De plus, leurs racines protégeront le sol.

Sol limoneux, tout lui va :

  • Assez neutre, un grand nombre de plantes se plaît dans les sols limoneux. Bonne nouvelle : aucune plante n’est à éviter pour ce type de terre.

Sol argileux, il offre une bonne réserve d’eau :

  • Évitez les plantes méditerranéennes (telles que la lavande, le romarin…) ou bien encore les plantes grasses qui n’aiment pas avoir les pieds dans l’eau car l’argile la retient.
  • Les arbres apprécient ces sols qui leur offrent une bonne réserve vitale en été. Les plantes d’ombre fraîches les apprécient également (fougères, primevères, hostas…)

Sol calcaire, de nombreuses plantes l’adorent :

Améliorations à apporter pour une terre cultivable 

Sol sableux, un poil trop léger :

Ce sol manque d’un liant et ne retient donc pas la matière organique que vous allez apporter. Conséquence : à la moindre pluie tout sera lessivé.

  • Recréez un sol en protégeant la terre : couvrez-la de tous les déchets verts que vous avez à disposition, apportez du compost et semez des engrais verts pour structurer le sol si vous ne plantez pas tout de suite. Vous verrez qu’il s’enrichira.
  • Chaque fin d’hiver des apports d’argile (de la bentonite par exemple) au compost que vous épandrez sur le sol rajouteront de la cohésion au sol. Recouvrez d’un semis d’engrais vert.

Sol limoneux, à fertiliser :

C’est un sol fertile mais qui manque d’argile pour retenir la matière organique. Vous devrez donc le fertiliser tout au long de l’année et protéger vos apports ainsi que le sol (fragile sous les fortes pluies) par du paillage.

  • En fin d’hiver, apportez du compost.
  • Pour protéger et structurer le sol : semez sur les zones libres des engrais verts à l’automne et au printemps.
  • Tout au long de l’année : épandez sur le sol des déchets verts frais (épluchures, tendres feuilles mortes, tontes, restes de cultures) : ils vont nourrir le sol toute l’année et, en le couvrant, vont le protéger des pluies : c’est un sol à enrichir tout au long de l’année car il s’appauvrit au fil du temps si rien n’est fait.

Sol argileux, trop compact :

Du fait de sa compacité, ce sol manque d’air et, pour devenir vraiment fertile, de matière organique.

  • Faites un paillage de matière organique fraîche (épluchures, tontes, feuilles mortes tendres, restes de culture…). Elles amélioreront la texture du sol et son activité microbienne. Pour plus d’esthétisme vous pouvez les recouvrir d’un paillage de paille ou de foin.
  • Apportez du sable pour rendre ce sol plus léger, aéré et drainant.
  • Sur les zones laissées libres : semez des engrais verts pour que leurs racines décompactent le sol.

Sol calcaire, trop alcalin :

Le principal défaut de ce sol c’est son PH.

  • Pour augmenter le PH, faites des apports de matière organique acide comme de la terre de bruyère.
  • Pour améliorer la capacité de rétention d’eau, faites des apports de compost, de fumier ou bien d’engrais universels.
  • Comme le sol limoneux, le sol calcaire perd vite ses réserves : fertilisez-le régulièrement.
  • Ne le travaillez pas trop au risque de faire remonter les cailloux.

©Serezniy