Connexion
Accueil / Jardinage / Reportage / L’importance du rempotage chez les bonsaïs

L’importance du rempotage chez les bonsaïs

0

Le rempotage d’un bonsaï doit être accompli assez souvent, tous les 1 à 3 ans, afin d’assurer les besoins de l’arbre même si vous utilisez la même terrine.

En effet lorsque le bonsaï est formé, sa taille en hauteur est déterminée, il n’est pas conseillé de rempoter dans une terrine plus grande de manière à respecter une harmonie esthétique entre la taille du pot et celle de l’arbre. En revanche le remplacement du substrat est indispensable.

1- Pourquoi rempoter le bonsaï ?

Les racines de l’arbre finissent par épuiser les réserves de sels minéraux contenues dans le substrat. La fertilisation ne suffit plus à palier ce manque car le substrat se tasse, les racines sont moins oxygénées et s’atrophient. L’arbre finirait par dépérir.

A quelle fréquence ?

  • Les arbres à croissance rapide comme le saule et les bonsaïs en formation sont rempotés chaque année, ainsi que les arbres à fleurs et à fruits (fruitiers, spirée, glycine…)
  • les autres bonsaïs feuillus, tous les 2-3 ans lorsqu’ils sont encore jeunes, puis tous les 3-4 ans,
  • les conifères peuvent attendre 3-4 années lorsqu’ils sont  jeunes, puis tous 5-6 voire 8 ans chez les sujets âgés.

Le conseil malin :

Le moyen simple pour savoir si le rempotage est nécessaire est de sortir la motte du pot : si les racines commencent à tourner et à former un enchevêtrement en surface de la motte, il est temps d’agir !

A quelle période ?

La période idéale se situe au moment où l’arbre bourgeonne, entre mars et mai selon les espèces, exceptionnellement en octobre. On évitera la période hivernale afin que l’arbre puisse émettre de nouvelles racines et se rétablir rapidement ainsi que l’été.

  • Début mars chez le mélèze,
  • Entre mars et mai pour les autres conifères,
  •  en mars-avril chez les arbres à feuilles caduques,
  •  juste après la floraison chez les fruitiers qui fleurissent sur bois nu (Prunus, pommier…),
  •  fin avril chez les bonsaïs de serre froide (olivier, grenadier, agrumes, araucaria, bambous, palmier…)
  •  mai à juin pour les essences tropicales comme le Serissa ou le Ficus.
  • en octobre chez les plantes à floraison printanière précoce comme le cognassier du Japon.

2- La composition du substrat

Il existe des substrats pour bonsaïs à base de terres japonaises : l’akadama, le kanuma (pour végétaux de sol acide) et le kiriu (pour les conifères) que l’on utilise purs ou en mélange. Ces terres deshydratées ont pour qualité d’être stables et d’assurer un bon drainage mais ne contiennent pas d’éléments fertilisants. L’ajout de granulés d’engrais à libération lente est recommandé. On peut aussi les remplacer par d’autres composants plus classiques.
La composition du substrat nécessiterait tout un chapitre, ces formules ne sont qu’indicatives.

Retenez simplement :

  • qu’un conifère a besoin d’un mélange très drainant pour éviter la pourriture des racines et plutôt acide. Par exemple : 60% de sable de rivière, 20% d’akadama et 20% d’écorces compostées ou 75% de terre de jardin et 25% de sable non calcaire.
  • A l’inverse, un feuillu apprécie un sol frais humifère riche en terreau de feuilles. Par exemple : 50 % de terre de jardin, 25 % de sable non calcaire assez fin et 25 % de terreau horticole ou pour un fruitier plus gourmand : 50 % de terre de jardin et 50 % de terreau horticole.
  • Si c’est une azalée, une terre acide et drainante composée de 80% kanuma et de 20% d’akadama est une bonne formule.
  • Un bonsaï d’intérieur apprécie 25 % de terre de jardin et 75 % de terreau horticole.
  • Un bonsaï en formation réclame un substrat humide de grosse granulométrie. Par exemple, pour un feuillu, 60% d’écorce de pin, 20% de sable de rivière et 20% d’akadama.

3- Les étapes du rempotage

  • Étape 1

Suspendez l’arrosage quelques jours avant, afin de retirer la motte facilement en tapotant le fond du pot.
Choisissez une terrine dont la profondeur n’excède pas le diamètre du tronc excepté pour de jeunes bonsaïs en croissance qui demandent un volume de terre plus important.

Rempotage de bonsaï technique periode

  • Étape 2

Laissez tremper le pot de rempotage dans une bassine d’eau pour bien l’humidifier.

Faites tomber la terre à l’aide de baguettes glissées entre les racines et démêlez celles-ci.

  • Étape 3

Enlevez au sécateur ou aux ciseaux au moins ¼ du volume des racines sur les 3 faces.

Supprimez aussi les racines mal formées ou en surnombre en évitant de toucher aux grosses racines.

Rempoter un bonsaï racines secateur

  • Étape 4

Passez éventuellement du fil en cuivre anodisé dans les trous de drainage pour arrimer l’arbre dans son nouveau pot.

Posez le substrat drainant au fond de la terrine , le bonsaï par-dessus.

Comblez l’espace entre les racines avec la terre plus fine en vous aidant d’une baguette.

Nouez les fils de cuivre sur les plus grosses racines.

Recouvrez de terre fine et tassez le dessus avec la main ou un palet de bois .

Billes d'argile - Rempotage de bonsaï

Rempotage de bonsaï _fil de cuivre

  • Étape 5

Plongez le pot dans une bassine d’eau pendant quelques minutes.

Rempotage de bonsaï bassine eau

Ceci devrait aussi vous plaire :


©Eva Deuffic


Écrit par Eva Deuffic | Eva est une passionnée de jardins et de jardinage et c'est avec sa plume qu'elle nous emporte et nous fait rêver.
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *