levrier galgo

Les galgos : une race de chien sacrifiée

Cet article est un coup de gueule, un appel du cœur, un regard sur l’innommable.

Si vous êtes sensibles à la cause animale, n’hésitez pas à partager ces informations pour venir en aide à ces lévriers espagnols martyrisés.

Le Galgo en bref

  • Son poil est court et lisse ou mi-long et dur.
  • Toutes les couleurs de robe sont possibles et admises.
  • Il mesure entre 62 à 70 cm pour le mâle et 60 à 68 cm pour la femelle.
  • Son poids varie entre 25 et 30 kilos.
  • Son regard est très expressif. On y lit réellement sa joie ou sa peine. C’est bouleversant.
  • Il est particulièrement élégant.

Caractère du lévrier galgo

Comme tous les lévriers, il a un caractère formidable.

  • Doux, gentil, calme.
  • Très affectueux sans être envahissant.
  • Extrêmement sensible, légèrement anxieux.
  • N’aboie pas.
  • Peut vivre en appartement avec de grandes promenades pour se défouler.

Lévrier galgo et chasse

Victime d’une tradition ancestrale :

  • Les lévriers galgossont nés pour chasser, car ils sont extrêmement rapides, laissant peu de chance à leur proie.
  • Tous les hivers comme le veut une tradition ancestrale, le chasseur espagnol ou galguero chasse le lièvre sans fusil dans le sud de l’Espagne. Ce sont ses lévriers qui lui servent d’armes en coursant les lièvres.

La barbarie des hommes :

Les lévriers galgos ne sont pas reconnus comme des êtres sensibles qui peuvent avoir faim, soif ou ressentir la peur et les émotions, ils sont considérés comme des outils. Le lévrier doit rendre hommage à son maître en étant performant.

Le martyr des lévriers galgos

Lorsqu’un lévrier galgo n’est plus apte à chasser (vers l’âge de trois ans), l’enfer commence pour lui et le galguero qui doit laver son honneur n’est pas à court d’idées…

  • On lui crève les yeux.
  • On le jette dans un puit.
  • Il est laissé à l’agonie
  • On lui coupe les membres à vif.
  • Certains le traînent accroché à l’arrière d’une voiture.
  • On lui fait avaler de l’eau de javel.
  • Des lévriers galgos ont été brûlé.
  • On l’affame.

C’est insoutenable et pourtant pratiqué en toute impunité devant un pouvoir public qui reste insensible. Il y aurait 10 000 lévriers galgos abandonnés ou suppliciés par ans.

Le saviez-vous ?

Cette pratique de chasse est interdite en France depuis 1844.

Associations galgo : des bénévoles formidables

Heureusement, des bénévoles formidables ont créé des associations pour venir en aide aux lévriers galgos.

  • Comme les galgos ne sont pas reconnus comme des chiens de compagnie en Espagne (donc peu d’adoption), ils sont rapatriés en France, en Suisse ou en Belgique après un séjour dans des refuges espagnols où ils sont remis sur pied.
  • Confiés à des familles d’accueil, on évalue leur profil psychologique pour les proposer ultérieurement à l’adoption à une famille qui leur conviendra.
  • Tous ces bénévoles doivent affronter des situations terribles et faire preuve de patience et d’obstination, car ces lévriers ont parfois des séquelles physiques importantes et des traumatismes qu’il faut combattre.
  • Pourtant, ces chiens font preuve d’une résilience extraordinaire. Doucement, ils refont confiance à l’homme sans chercher à se venger. Ils sont merveilleux.

Adopter un galgo

Si le sort des lévriers vous touche et que vous avez une place pour l’un d’eux (pour adopter ou devenir famille d’accueil), plusieurs associations comme Lévriers sans frontièreou La voix des lévriers proposent de remplir un formulaire en ligne pour adopter l’un d’entre eux avec des photos et un descriptif de son comportement et de son histoire. Les candidatures sont examinées avec beaucoup de soin.

Adopter un galgo impliquera d’être patient, de faire abstraction de son passé pour lui donner un cadre précis sans le surprotéger. Dans le cas contraire, vous entretiendrez sa peur et ses traumatismes passés.

Si vous adoptez un galgo, il vous le rendra au centuple avec toute l’élégance qui le caractérise.         

Àméditer : « C’est parce que les animaux ne causent pas qu’il faut plaider leur cause. »

Szczepan Yamenski

L.D.

©Olga Berrios