Les différences entre une pêche et un brugnon

Différence pêche brugnon

Le brugnon et la pêche sont tous deux des fruits stars de l’été, et ils ont les mêmes origines chinoises. En revanche, ils sont issus de variétés de Prunus persica différentes. Aussi, si le pêcher est leur arbre d’origine commun, le brugnon est le résultat de mutations naturelles qui lui donnent ses caractéristiques particulières.

Découvrez les différences entre un brugnon et une pêche afin de ne plus les confondre !

Brugnon et pêche, des origines différentes

Avant tout, il faut souligner que si la pêche pousse sur le pêcher, Prunus persica var. persica, le brugnon est quant à lui le fruit du brugnonier, Prunus persica var. nucipersica.

Aussi, le pêcher est originaire du nord de la Chine, où il apparaît il y a environ 3 000 ans. De son côté, le brugnon n’est apparu que bien plus tard, né de la mutation du pêcher. Une mutation que les chercheurs ne sont toutefois pas encore parvenus à dater exactement, mais que l’on estime autour du XVIème siècle.

À noter : le pêcher a globalement besoin de plus de soleil que le brugnonier. Aussi, on le rencontre surtout dans le sud de la France, ainsi qu’en Espagne, en Italie et en Grèce.

Pêche et brugnon, des caractéristiques différentes

La pêche

Les caractéristiques de la pêche (couleur, taille, forme, saveur…) sont très variables d’une variété à l’autre (pavies, pêches plates, pêche de vigne…) et il en existe de nombreuses.

Deux aspects leur sont toutefois communs :

  • leur épiderme est légèrement duveteux, ce qui les rend très doux au toucher ;
  • leur noyau a tendance à adhérer à la chair, ce qui le rend difficile à séparer du fruit.

Le brugnon

Le brugnon est souvent moins apprécié que la pêche. En effet, on lui reproche généralement sa plus grande fragilité et sa chair trop juteuse. Souvent délaissé au profit de ses cousines, la pêche et la nectarine, sa chair molle le rend difficile à déguster cru, dégoulinant son jus sur les doigts du gourmand.

On le reconnaît spécifiquement :

  • à son épiderme rouge, lisse et brillant, totalement dépourvu de duvet ;
  • à sa chair molle, fragile et très juteuse qui peut être blanche, rouge ou jaune ;
  • à son noyau adhérant qui, comme celui de la pêche, peut être difficile à séparer du fruit.

Quid de la nectarine ?

Si les différences entre la pêche et le brugnon sont relativement évidentes, distinguer ce dernier de la nectarine est autrement plus difficile ! En effet, ils se ressemblent beaucoup de l’extérieur, puisqu’ils sont tous les deux munis d’une peau lisse et brillante. Il faut donc les ouvrir pour les différencier, et même dans ce cas, on se rend compte que leur chair est très similaire. En effet, l’un comme l’autre peuvent offrir une chair de couleur blanche, rouge ou jaune (voire orange). Pour les distinguer, il faut donc aller plus loin, en testant l’adhérence du noyau aux fruits.

En effet, la nectarine est une drupe à noyau libre, ce qui signifie que ce dernier peut très facilement être séparé de la chair. Or, comme nous l’avons vu, le brugnon est pour sa part équipé d’un noyau qui adhère à la chair. De plus, la nectarine est un fruit plus ferme et moins juteux que le brugnon.

À noter : attention, dans certains cas le noyau peut plus ou moins adhérer au fruit selon le degré de maturité de ce dernier.

Brugnon et pêche, une différence de goût

Les différences entre brugnon et pêcheLa saveur des fruits permet également de les différencier. En effet, la pêche est connue pour sa saveur moins acide et plus douce que le brugnon. Elle est aussi plus filandreuse que ce dernier dont la chair est tendre et lisse, avec une acidité plus prononcée.

A découvrir également :


Photos : Boarding2Now, Bru-nO, Mari Loli, Alicja