pilon de poulet epice sauce fromage blanc

Découvrez la recette des pilons de poulet épicés, sauce au fromage blanc cuits au four.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 1 kg d’ailes et de hauts de cuisses de poulet
  • 3 cuil. à soupe de sirop d’agave
  • 2 cuil. à soupe de concentré de tomate
  • 1/2 cuil. à café de paprika
  • 1 cuil. à café de curcuma
  • 1/2 cuil. à café de piment d’Espelette en poudre
  • 50 g de beurre demi-sel
  • 200 g de fromage blanc
  • 2 gousses d’ail
  • 2 cuil. à soupe de vinaigre de cidre
  • Fleur de sel, sel, poivre du moulin

Pilons de poulet épicés, sauce au fromage blanc

– La veille, disposer dans un plat les pilons et les hauts de cuisses de poulet, 2 cuil. à soupe de sirop d’agave, le concentré de tomate et les épices (paprika, curcuma et piment d’Espelette). Bien mélanger l’ensemble et recouvrir d’un film alimentaire. Laisser reposer toute une nuit au frais.

Préchauffer le four à 230 °C (th.8).

– Faire fondre le beurre demi-sel. Placer les morceaux de poulet marinés sur une plaque de four ou un grand plat. Verser le beurre fondu. Les assaisonner de fleur de sel et enfourner.

– Cuire pendant 15 minutes à 230°C (th.8), puis faire redescendre la température à 210 °C (th.7) et poursuivre la cuisson 35 à 45 minutes selon la grosseur des morceaux de poulet.

– Pendant la cuisson, retourner le poulet toutes les 15 minutes.

– Pendant ce temps, préparer la sauce au fromage blanc : dans un saladier, verser le fromage blanc, l’ail haché, le vinaigre de cidre, 1 cuil. à soupe de sirop d’agave rase, du sel et du poivre. Rectifier l’assaisonnement et servir avec le poulet épicé.

B.A.ba du chef

Servir accompagné d’un riz gluant ou de semoule de blé complet.

Côté cave, vin pour accompagner les pilons de poulet

La chair du pilon offre dans le poulet la texture particulière propre aux muscles du bas des jambes comme le jarret, c’est à dire un moelleux et un gélatineux liés à leur richesse en collagène. La cuisson lente que nécessitent ces morceaux apporte de plus un fondant très apprécié des amateurs. Ici, l’aromatisation épicée et caramélisée ainsi que l’opposition entre le sucré du sirop et le brûlant du piment font de cette préparation un mets riche en sensations qui appellera des vins ayant une forte personnalité.

En rouge, il faudra éviter les vins à la dimension tannique trop affirmée, car celle-ci risquerait de se trouver renforcée à la fois par la douceur et le brûlant du plant. En revanche, les vins dont la puissance s’appuie plus sur la chaleur de l’alcool, tel une côte de

Provence aux senteurs d’épices et de garrigue, pourront faire face au plat sans devenir agressifs. En blanc, on privilégiera les vins tout en rondeur et aux arômes mûrs comme un Costières de Nîmes.

M. Chassin

Recette : A. Beauvais, Photo : C. Herlédan