Connexion
Accueil / Les Animaux / Oiseaux du jardin / Chouettes et hiboux : des rapaces à connaître pour mieux les protéger

Chouettes et hiboux : des rapaces à connaître pour mieux les protéger

chouettes et hiboux : différences et espèces
0

De par leurs mœurs nocturnes, les chouettes et les hiboux sont certainement les oiseaux les moins connus par la population. D’autant qu’ils suscitent souvent des légendes, mythes et fantasmes de par leurs caractéristiques physiques. Pourtant, les chouettes et les hiboux sont des rapaces qui jouent un rôle non négligeable dans la chaîne alimentaire…et dans les jardins. C’est pourquoi il est primordial d’apprendre à les connaître et surtout de les protéger, certaines espèces étant menacées.

Pour en savoir plus :

Quelles différences entre chouette et hibou ?

La chouette, le hibou…Dans l’esprit de beaucoup, le hibou serait naturellement le mâle de la chouette. Pas du tout. Ce sont en fait deux espèces différentes de rapaces nocturnes qui appartiennent à la famille des Strigidés. Sauf la chouette effraie qui fait parti de la famille des Tytonidés.

D’emblée, chouettes et hiboux sont assez semblables, car ils sont pourvus des mêmes caractéristiques physiques. Pour autant, un point essentiel permet de les distinguer. Il s’agit des aigrettes que seuls les hiboux arborent sur le haut de leur tête. Ces deux aigrettes sont constituées de petites touffes de plumes qui font penser à une paire de cornes. À part cette particularité, les chouettes et les hiboux bénéficient de nombreux points communs :

hiboux et chouettes

L’hibou petit-duc avec ses aigrettes

  • Une tête ronde qui est capable de se déplacer selon un angle de 270 °C
  • Des yeux bien ronds situés sur l’avant qui leur permettent d’avoir une vision perçante d’une rare précision
  •  Une ouïe tout aussi exceptionnelle que la vue
  • Un bec crochu et des serres d’une grande puissance pour saisir leurs proies
  • Des disques faciaux qui canalisent les sons
  • Un vol silencieux dû aux rémiges de leur plumage
  • Un plumage homotypique qui leur permet de se confondre avec l’environnement où ils évoluent.

Il reste une ressemblance essentielle : leur régime alimentaire. Chouettes et hiboux sont des rapaces carnivores qui se nourrissent de rongeurs et de mammifères (mulots, souris, musaraignes…), d’oiseaux et d’oisillons, mais aussi de batraciens, de reptiles (serpents, lézards) et même de limaces et d’escargots.

Les chouettes répandues sur le territoire

Cinq espèces de chouettes sont assez courantes en France, dont deux localisées :

chouettes et hiboux

Chouette hulotte

  • La chouette hulotte (Strix aluco), autrefois nommée chat-huant, est la connue et la plus répandue des chouettes en France. Reconnaissable à son cri (ouh-houuu), elle arbore un plumage gris ou roux et un corps trapu. Elle se rencontre dans les forêts mixtes peu denses, les parcs et les jardins. L’essentiel étant qu’il y trouve des arbres creux pour nicher. C’est un rapace très sédentaire
  • La chouette effraie (Tyto alba) est très reconnaissable avec son plumage blanc qui lui donne un aspect fantomatique. On la nomme d’ailleurs « dame blanche » ou « effraie des clochers ». Son disque facial prend une forme de cœur. C’est une chouette peu farouche avec l’homme qui vit souvent dans les villages, dans les fermes, les parcs et squares urbains. Elle niche dans un vieux bâtiment, un grenier, dans l’anfractuosité d’un mur
  • La chouette chevêche (Athene noctua) est une petite chouette au plumage brun gris maculé de blanc et aux yeux d’or de par ses iris jaune pâle. On peut souvent l’apercevoir la journée perchée sur un piquet. Elle apprécie les paysages agricoles, les haies, les vergers…et qui niche dans des cavités (vieux arbres, murets…)

    chouettes et hiboux

    Chouette chevêchette d’Europe

  • La chouette chevêchette d’Europe (Glaucidium passerinum) est la plus petite des chouettes au plumage brun tachée de blanc et de gris. Elle vit à une altitude supérieure à 1000 m dans les forêts de conifères. On la rencontre donc essentiellement dans les Alpes, le Jura et les Vosges
  • La chouette de Tengmalm (Aegolius funereus) est une chouette peu répandue. Elle vit dans les forêts de moyenne montagne des mêmes massifs montagneux que la chouette chevêchette auxquels on peut ajouter le Massif Central et les Pyrenées.

Les hiboux les plus communs en France

Quatre espèces de hiboux se rencontrent sur notre territoire, dont une reste exceptionnelle :

chouettes et hiboux

Hibou grand-duc

  • Le grand-duc d’Europe (Bubo bubo) : c’est le plus grand rapace nocturne d’Europe. Il se reconnaît à ses grandes aigrettes dressées, ses yeux jaunes et son plumage fauve. C’est un prédateur très redoutable doté de serres puissantes. Il aime tout particulièrement les zones escarpées et rocheuses et les forêts vallonnées. Il niche dans les anfractuosités de falaises
  • Le moyen-duc (Asio otus) est un hibou de la taille de la chouette hulotte qui se distingue par ses aigrettes érectiles. Il fréquente les bocages, les lisières de bois, les haies épaisses…et niche dans les arbres, souvent dans des nids abandonnés de rapaces ou de corvidés
  • Le petit-duc (Otus scops) : c’est le plus petit des hiboux de la taille d’un merle qu’on entend plus qu’on ne voit. C’est un hibou migrateur qui passe l’hiver dans le Sud. Il fréquente les parcs, les vergers, les bosquets…et niche dans les cavités, les murets ou de vieux arbres
  • Le hibou des marais (Asio flammeus) est peu connu. Également hibou brachyote, il vit surtout sur la façade atlantique dans les plaines alluviales, les dunes, les estuaires. À la différence des autres hiboux et chouettes, il construit son nid dans des hautes herbes ou des roseaux.

Des oiseaux menacés

Les chouettes et les hiboux sont des espèces menacées, essentiellement par les activités humaines. Ainsi, l’abattage des vieux arbres ou des haies fait disparaître ses lieux de nidification. Tandis que l’usage des pesticides éradique les proies dont ils font leur repas. Enfin, la circulation automobile et le développement des réseaux routiers causent de nombreuses pertes. Accessoirement, la fermeture d’édifices supprime également des lieux de repos pour ces rapaces nocturnes.


©John Carnemolla ©ACM1988 ©Andyworks ©Vassiliy Vishnevskiy ©JPPeterson


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *