Connexion
Accueil / Les Animaux / La faune de nos jardins / La musaraigne, une alliée de (petit) poids au potager

La musaraigne, une alliée de (petit) poids au potager

musaraigne alliée au jardin
0

Si les souris et mulots ne sont pas les bienvenus au jardin, la musaraigne l’est grandement. Car ce petit mammifère passe ses nuits (et ses jours !) à croquer tous les insectes nuisibles qui lui passent sous la dent.

La musaraigne, un tout petit mammifère insectivore

Si d’emblée, vous avez envie de classer la musaraigne dans la catégorie des rongeurs, vous vous trompez ! La musaraigne est en effet un petit mammifère insectivore. Alors que les souris et mulots sont des rongeurs.

Une autre caractéristique de la musaraigne réside dans sa taille. La demoiselle mesure à peine 10 cm et ne pèse qu’une dizaine de grammes. Revêtue de poils soyeux gris à bruns, elle est dotée de longues moustaches, d’un museau pointu qui fouille le sol et de petites oreilles. Chacune de ses pattes porte 5 doigts.

Continuellement active, la musaraigne passe ses journées et ses nuits à se nourrir. Là réside d’ailleurs son activité principale. Elle engloutit presque l’équivalent de son poids chaque jour. C’est d’ailleurs vital pour elle, au point qu’il lui arrive de manger ses excréments les jours de disette.

En revanche, nullement grégaire, la musaraigne fait sa petite vie toute seule. Sauf pour s’accoupler ! De 2 à 8 bébés naîtront de cette union fugace. Sachant qu’une femelle peut faire jusqu’à 5 portées par an. Mais la mortalité infantile reste élevée chez les musaraignes !

Différences entre musaraigne, souris, mulot et compagnie

musaraigne long museau

La musaraigne est dotée d’un long museau

  • La musaraigne appartient à la famille des Soricidés, la souris, le mulot et le campagnol à celles des Muridés

    souris différente musaraigne

    La souris a un museau plus court

  • Une musaraigne est insectivore, la souris omnivore. Quant aux mulots et campagnols, ils sont herbivores et se nourrissent de graines, bulbes, légumes et céréales.
  • Les dents des rongeurs poussent tout au long de leur vie (d’où leur propension à ronger tout ce qui tombe sous leurs dents !), pas celles de la musaraigne.
  • La queue des souris est longue, celle de la musaraigne courte
  • Le museau de la musaraigne, mobile, ressemble à une sorte de trompe, celui de la souris ou du mulot est court. Le nez de la musaraigne est en outre recouvert de vibrisses, de petits poils sensoriels qui lui permettent de se déplacer et de détecter de potentiels ennemis.

La musaraigne, une aide efficace au jardin

La principale différence entre la musaraigne et les autres rongeurs est avant tout son utilité pour le jardinier. Et, si vous avez des raisons de craindre les souris, mulots et autres petits lérots pour leurs compétences dévastatrices, accueillez sans peur la musaraigne !

Ce petit mammifère tout mignon est en effet un insatiable mangeur d’insectes, de larves, de chenilles, de limaces et d’escargots, de vers, de criquets, de mille-pattes, d’araignées, de punaises et de tiques. D’où sa grande utilité au jardin ou au potager. Certes, elle risque de se mettre sous la dent certains insectes auxiliaires comme les coccinelles, les carabes ou les chrysopes,  ou encore les détritivores cloportes. Mais, en proportion, elle peut vous débarrasser surtout de tous ceux qui dévorent vos jeunes plants. Jeunes plants que la musaraigne va totalement dédaigner (ce qui n’est pas le cas du mulot !).

Dotée d’une musculature impressionnante, la musaraigne est capable de soulever des pierres si elle a repéré une proie. Quant à sa salive, elle est venimeuse et lui permet de paralyser ces proies qui feront son repas quotidien.

Comment l’accueillir au mieux ?

musaraigne bénéfique au jardin À présent que leur utilité est prouvée, voyons comment les accueillir. Tout simplement en leur aménageant un petit tas de branchages, de feuilles mortes ou de pierres près du compost, véritable garde-manger pour elles.

Sachant que la musaraigne entre en torpeur en hiver, elle pourra aussi s’y réfugier dès qu’il fera froid. Et pourquoi pas y élever sa progéniture lorsque le moment sera venu d’être maman. De même, n’hésitez pas à laisser une zone enherbée ou semer une prairie fleurie où elle pourra trouver sa nourriture.

Les principaux prédateurs de la musaraigne

Aussi mignonne soit-elle, la musaraigne compte quelques ennemis. À commencer par nos chats. Pour autant, nos minous aiment les chasser mais ne les mangent pas car, en cas d’attaque, elles dégagent une odeur nauséabonde.musaraigne chat ennemi

Les autres ennemis jurés de la musaraigne sont les rapaces comme les hiboux, les buses, les chouettes… qui ne semblent pas craindre l’odeur qu’elle dégage.

Enfin, le principal ennemi de la musaraigne est l’homme. Même si elle le fuit ! En effet, il est assez rare de voir une musaraigne qui prend la poudre d’escampette à la moindre alerte. Si par malheur, une musaraigne parvient à rentrer à l’intérieur, appâtez-la, dans un piège non destructeur, avec quelques graines (si elle a très faim, elle peut les manger) ou un petit bout de charcuterie et relâchez-la dans le jardin. Sinon, elle ne survivra pas à une incursion dans votre maison.

Et surtout, ne prêtez pas l’oreille à de vieilles croyances qui affirment que les musaraignes sont dangereuses pour l’homme. Même si le terme « musaraigne » est issu de mus areneus qui signifie « souris-araignée ». Le venin de la musaraigne (comme celui d’une araignée) paralyse bien ses proies mais il s’agit d’insectes, pas de l’homme !

Ceci devrait aussi vous plaire :


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *