Coryza chez le chat : symptômes et traitements

coryza du chat

Nez qui coule, larmoiements et ulcères dans la bouche sont des manifestations que vous observez depuis peu chez votre chat… Et si votre matou avait contracté le coryza ?

Maladie contagieuse, parfois mortelle, la vaccination reste la seule barrière pour prévenir et minimiser les conséquences du coryza. P

ourtant, le dispositif reste insuffisant ne protégeant le chat que de certaines souches virales et bactériennes de la maladie.

De la transmission à la guérison de votre compagnon, voici tout ce que vous devez savoir sur le coryza.

Le coryza du chat, c’est quoi ?

Le coryza ou rhinotrachéite est une infection respiratoire qui touche toute la zone ORL de votre animal. Grave pour nos félins, elle ne se transmet pas à l’homme.

Causes :

Trois virus sont responsables du développement de la maladie, entraînant chacun leurs symptômes :

  • L’herpès virus félin FHV-1 (infection du nez et des voies respiratoires).
  • Le calicivirus FCV (attaque des voies respiratoires et des yeux, ulcères sur la langue et les gencives).
  • Le réovirus (larmoiements).

Àces trois virus viennent s’ajouter bactéries et agents pathogènes comme la chlamydophila félis(écoulement nasal, pus dans les yeux) et des mycoplasmes (Pasteurella et Bordetella bronchiseptica) qui augmentent les complications.

Transmission :

Très contagieux, le coryza se contracte par les contacts entre chats :

  • Collectivité (pension, refuge, au jardin, dans un foyer avec plusieurs chats).
  • Sécrétions corporelles.
  • Léchage.
  • Partage d’un objet (gamelle, panier, etc.)
  • Si un propriétaire touche un chat contaminé et caresse son chat.

Symptômes du Coryza

L’incubation de la maladie est de 2 à 5 jours selon la gravité, l’âge et l’état de santé de votre chat. Certains signes cliniques et variables alertent.

  • Toux, éternuements.
  • Nez qui coule.
  • Paupières gonflées, yeux purulents.
  • Perte d’appétit.
  • Mauvaise haleine, hyper salivation.
  • Fatigue, prostration, fièvre.
  • Taches rouges dans la bouche.

Bien que certains chats très résistants voient leur coryza disparaître naturellement, il reste mortel pour la plupart d’entre eux en l’absence de traitement. Contactez votre vétérinaire auplus vite pour le bien-être de votre minet.

Conseils malins :

Proposez de la nourriture appétente (sachet, etc.) légèrement réchauffée au micro-ondes pour stimuler l’appétit de votre chat.

Traiter la maladie

Aucun traitement ne permet d’éliminer définitivement le coryza.Pour éviter les complications et soulager votre chat, le vétérinaire vous propose différentes solutions en fonction des symptômes observés :

  • Antibiotiques oraux ou par perfusion pour la contamination bactérienne.
  • Aérosols à base d’antibiotiques pour fluidifier les voies nasales.
  • Collyres et pommades pour les yeux.
  • Antiviraux dans les cas les plus graves.
  • Antiinflammatoires et des antihistaminiques pour les douleurs.
  • Hospitalisation en cas de déshydratation ou de dénutrition.
  • Goute à goutte et oxygène pour les complications respiratoires.

En cas de doute sur le diagnostic, un prélèvement par écouvillons conjonctivaux ou buccaux est fait et analysé en laboratoire.

Ànoter qu’il est impératif de faire vacciner votre chaton à partir de 8 semaines en deux injections espacées de 3 ou 4 semaines avec un rappel tous les ans. C’est le seul moyen de prévenir les formes les plus graves du coryza.

Les solutions naturelles, une autre alternative

Aux premiers signes de coryzaou en cas de récidive, compléments alimentaires et homéopathie apportent aide et confort à votre chat. Attention ! ils ne remplacent pas un traitement vétérinaire !

Les compléments alimentaires :

  • Complément alimentaire riche en Lysine pour lutter contre l’infection virale.
  • Complément alimentaire contenant de la vitamine E, C, de la taurine ou de la lutine pour booster le système immunitaire de votre matou.

L’homéopathie :

Donnez 2 granules d’homéopathie matin et soir la première semaine, puis une fois par jour jusqu’à disparition des symptômes. Les glisser dans la nourriture ou les laisser fondre dans l’eau, puis administrer avec une seringue.

  • Allium 5CH (éternuements ou rhinite).
  • Euphrasia officinalis 5 CH pour les yeux qui coulent (1 goutte 2 à 6 fois par jour).
  • Apis melifica 7CH (rhinite).
  • Belladonna 9CH (fièvre).

Conseils malins :

Pour aider votre chat à mieux respirer, disposez dans une coupelle (à laquelle il n’a pas accès) quelques gouttes d’huiles essentielles d’eucalyptus et d’alcool de menthe.

Un chat guéri reste-t-il contagieux ?

Bien que soigné, le chat est porteur du virus toute sa vie.

  • Asymptomatique, votre animal reste contagieux pour les autres chats.
  • La maladie peut revenir en cas de stress, de mise bas ou de maladie, le système immunitaire étant fortement sollicité.

L.D.