Gare aux criocères des lis !

Criocere du lis - Lilioceris lilii

Le criocère est un ravageur bien connu de nos jardins qui s’attaque particulièrement aux lis. Il s’agit d’un petit coléoptère au corps allongé de 8 mm aux élytres rouge vif ou rouge orangé selon l’espèce, qui se laisse tomber en émettant un crissement lorsqu’on essaie de le saisir.

Dès le mois de mars l’adulte qui hiverne dans le sol vient se nourrir sur les plantes déjà développées.

1- Comment détecter le criocère ?

Au jardin d’ornement

Les criocères –Lilioceris lilii (à tête noire) et L. merdigera (totalement rouge)– sont capables de commettre de gros dégâts sur le feuillage des Liliacées. Les plantes sensibles sont en particulier  le lis, la fritillaire impériale, le sceau de Salomon (Polygonatum) et le muguet, au point d’anéantir complètement la floraison.

Au potager

Le potager n’est pas non plus épargné, d’autres formes de criocères sont présents sur l’asperge. Ils possèdent aussi un corps rectangulaire mais leurs élytres jaunes sont tachetées ou ponctuées de noir et le thorax est rouge (Crioceris asparagi et C. duodecimpunctata). L’élimination des parties aériennes des asperges à l’automne permet de les combattre.

Les dégâts de criocère

Le lis de la Madone (Lilium candidum) est très souvent victime de ses attaques. En effet son feuillage est développé depuis l’automne et permet à l’insecte adulte de se nourrir dès sa sortie du sol, en mars. Il perfore le limbe des feuilles. Le coléoptère est ensuite capable d’enchaîner 2 à 3 générations dans le courant de l’été qui vont s’attaquer aux lis estivaux. Les dégâts sont décelables d’avril à septembre.

2- Le cycle de reproduction du criocère

Reconnaitre Criocere du lis - Lilioceris lilii - lysChaque femelle est capable de pondre 200 à 300 œufs sur les tiges et la face inférieure des feuilles. Les larves éclosent au bout de 10 jours. Elles ont un corps rond, rose orangé, une tête noire et sont recouvertes de leurs propres excréments. Elles se mettent à dévorer le limbe jusqu’au pétiole puis les boutons floraux. Au bout de 15 jours, elles gagnent le sol pour se nymphoser. Un adulte apparaît 3 semaines plus tard prêt à produire une nouvelle génération ! Lorsque les températures descendent, l’adulte hiverne dans le sol.

3- Comment en venir à bout ?

Une observation attentive

Plus tôt vous décèlerez leur présence, plus il sera facile de vous en débarrasser sans l’aide de traitement. Si vous possédez des bulbes précoces comme la fritillaire impériale ou le lis de la Madone, inspectez le feuillage dès le mois de mars. Les insectes sont facilement repérables avec leurs couleurs vives et s’attrapent aisément. Quand ils sentent un danger, ils ont tendance à se laisser tomber au sol, sur le dos pour ne pas se faire repérer. Il suffit alors de revenir un peu plus tard pour les surprendre.

Une action rapide

Criocere du lis lys degatsLorsque des amas noirs apparaissent sur les feuilles, écrasez les larves ou passez une éponge pour les éliminer. Si l’invasion est bien avancée, traitez le soir avec de l’huile de colza dosée à 2%, mais uniquement sur les œufs et larves. Le traitement est inefficace sur les adultes.

Comment préparer la solution à 2% ?

  • Mélangez 20 ml d’huile de colza dans 1 l d’eau de pluie (non calcaire) et ajoutez 12 ml de produit vaisselle ou de savon noir.
  • Bien agiter avant de pulvériser la solution sur le feuillage dessus et dessous.
  • Recommencez 2 semaines après.

Ce produit agit par contact et n’a donc pas d’action préventive. Surveillez régulièrement la présence d’œufs orangés ou de larves recouvertes d’excréments sur et sous le feuillage.

Les autres moyens de lutte

  • L’infusion de tanaisie à odeur forte serait efficace en pulvérisation sur les feuilles pour décourager les criocères.
  • La plantation à proximité de plantes à odeur forte comme l’armoise ou la rue aurait aussi un effet répulsif.
  • Pensez aussi à désherber la morelle douce-amère qui héberge l’insecte.

©Helga Kattinger, ©Meli1670 , ©PantherMediaSeller