Sceau de Salomon : bien cultiver le Polygonatum odoratum

Sceau de salomon - Polygonatum odoratum

Laissez-vous séduire par le parfum du sceau de Salomon, et agrémentez votre jardin grâce à la silhouette graphique de ses feuilles et de ses fleurs.

Le sceau de Salomon en résumé :

Nom latin : Polygonatum odoratum
Famille : Liliacées, Convallariacées
Type
 : Plante vivace

Hauteur : 40 à 60 cm
Densité de plantation : 6 à 8 pieds par m2
Exposition : Ombre à mi-ombre
Sol : Tous types, humifère, bien drainé

Floraison : Fin de printemps, début d’été – Feuillage : Caduc

Présentation du sceau de Salomon

Polygonatum odoratum est une plante vivace aux rhizomes vigoureux. Ses tiges arquées et anguleuses lui valent également les noms de muguet anguleux ou encore sceau de Salomon angulaire.

Ses feuilles vert clair, à la silhouette ovale, peuvent également faire penser à celles du muguet.

Le principal atout du sceau de Salomon est l’incroyable parfum dégagé par les fleurs de la plante. Après tout, il n’a pas été appelé odoratum sans raison ! La floraison se déroule vers la fin du printemps et peut s’étaler jusqu’au début de l’été. Les fleurs sont de couleur blanche, avec une pointe de vert clair en bout de pétale. Elles sont disposées à l’extrémité des tiges, soit seules, soit regroupées par deux. Elles sont suivies en automne par des fruits se présentant sous la forme de baies bleu noirâtre.

Si vous êtes parent ou propriétaire d’animaux, soyez vigilant, car le sceau de Salomon, bien qu’utilisé en médecine, est une plante toxique.

Synonymes : Polygonatum vulgare, Polygonatum japonicum, Polygonatum officinale, Convallaria polygonatum

Plantation du Polygonatum odoratum

Le sceau de Salomon est une plante facile à cultiver. Elle se plaît dans tous les types de sol, mais apprécie, malgré tout, les terrains chauds. La terre doit, de préférence, être fertile et bien drainée.
Plantation du Sceau de salomon - Polygonatum odoratumEn ce qui concerne l’exposition, le Polygonatum odoratum aime la mi-ombre, même s’il peut s’adapter à l’ombre, voire au soleil.

  • La plantation doit avoir lieu de préférence en automne. En effet, la vivace peut se montrer sensible au manque d’eau lors des premiers mois de croissance.
  • Si vous optez pour une plantation printanière, vous devrez alors être attentif sur les apports en eau.

Afin de faciliter la reprise du pied et obtenir une plante vigoureuse, n’hésitez pas à apporter du terreau ou du compost bien décomposé dans le trou de plantation.

Conseil malin : conservez la fraîcheur du sol en déposant une épaisse couche de paillis naturel au pied de votre sceau de Salomon.

Entretien du sceau de Salomon

Entretien du Sceau de salomon - Polygonatum odoratumEn début de croissance, vous devrez être vigilant sur les arrosages (en particulier si la plantation a eu lieu au printemps). Par la suite, lorsque le sceau de Salomon est bien installé, il peut même supporter la sécheresse estivale.

Afin de conserver un joli pied, vous pouvez alimenter le sol en matière organique en effectuant un surfaçage à la fin de l’automne. Il s’agit simplement de déposer à la surface du sol du terreau ou du compost pour alimenter la terre.

Au retour du printemps, pensez également à compléter le paillage pour compenser sa décomposition.

Taille :

L’opération a lieu en fin d’automne. Il suffit de couper la plante à la base, pour éliminer les tiges et les feuilles fanées.

Multiplication du sceau de Salomon :

L’obtention de nouveaux pieds de Polygonatum odoratum se fait soit par division au tout début du printemps, soit par le semis des baies en automne.

Maladies et ravageurs :

Si les maladies épargnent la plante, les limaces et les tenthrèdes peuvent, en revanche, s’attaquer au jeune feuillage.

Emplois et associations

Utilisation du Sceau de salomon - Polygonatum odoratumLe sceau de Salomon peut être utilisé comme plante de sous-bois, ou pour garnir un massif (qu’il soit arbustif ou composé de plantes vivaces).

Accompagnez-le de plantes couvre-sol comme le lamier, la renouée de l’Himalaya, ou encore d’autres vivaces comme la fougère, l’hosta, la bergénia, etc.


@sinat, ©Hans Braxmeier, ©gsibergerin, ©Jarmila