Connexion
Accueil / Le Jardinage / Fruitiers / Prunus avium : tout savoir sur le merisier

Prunus avium : tout savoir sur le merisier

Prunus avium
0

Plus connu sous les noms de merisier ou de cerisier sauvage, le Prunus avium est l’arbre à l’origine des nombreuses variétés de cerises que nous connaissons.

En résumé :

Nom latin : Prunus avium
Famille : Rosacées
Type : Arbre

Port : Colonnaire
Hauteur : Jusqu’à 20 m
Exposition : Soleil
Sol : Tout type, bien drainé
Rusticité : Très rustique (-15 °C)

Floraison
 : Printemps – Feuillage : Caduc – Récolte : Début d’été

Présentation du Prunus avium

Noms communs : Merisier, Cerisier sauvage, Merisier des oiseaux

Le merisier est un arbre caduc originaire d’Europe et d’Asie orientale. Autrement appelé cerisier sauvage, il produit des fruits brillants, rouges à noirs, légèrement acides : les merises. Ces dernières sont précédées à la fin du printemps par des grappes de fleurs blanches.

Les feuilles du Prunus avium sont assez grandes (15 cm de long, pour 6 de large). Finement dentées sur les bords, elles sont plutôt ovées et se terminent par une petite pointe. Le pétiole, la tige qui relie la feuille à la branche, a la particularité de posséder deux glandes situées à la base arrondie de la feuille.

Enfin, côté couleurs, le feuillage arbore une teinte bronzée au stade juvénile. Celle-ci se transforme peu à peu en vert foncé. À l’arrivée de l’automne, les feuilles deviennent orange et rouges, avant de tomber.

Plantation du merisier

Le Prunus avium n’est pas difficile quant à la nature du sol où il sera planté. Cependant, le terrain ne doit pas retenir l’eau et être un minimum fertile.

Pour l’exposition, comme de nombreux arbres à feuillage caduc, le merisier préfère être installé au soleil.

Quand le planter ?

Afin de laisser le temps à l’arbre fruitier de développer son système racinaire, il est préférable de le planter en milieu d’automne.

Comment planter un Prunus avium ?

Tout commence par la création d’une fosse de plantation, large d’au moins 40 cm et profonde de 50 cm minimum. Ensuite, il faut :

  • Prunus avium plantationDéposer une couche de drainage (si votre terre a tendance à retenir l’eau).
  • Effectuer un apport de terreau et le mélanger à la terre, afin d’améliorer la fertilité du sol.
  • Si votre arbre est en racines-nues :
    • Vérifier leur bonne santé, et couper celles qui sont abîmées.
    • Tremper le système racinaire dans du pralin.
  • Pour un sujet en motte ou en pot :
    • Ôter le conteneur.
    • Libérer quelques racines pour faciliter leur développement.
  • Installer le Prunus avium dans le trou et disposer un tuteur à proximité (attention aux racines).
  • Reboucher la fosse de plantation en tassant bien la terre.
  • Relier le tronc à son support à l’aide d’une ceinture de tuteurage disposée en « 8 ».
  • Effectuer un premier arrosage abondant.

Entretien du cerisier sauvage

Prunus avium entretienL’arrosage est très important lors des premières années suivant la plantation. Dès les premiers signes de sécheresse, veillez à effectuer des apports en eau réguliers.

Geste simple, mais très efficace, le binage permet à l’eau de mieux pénétrer en terre.

La taille n’est pas indispensable. Elle peut être réalisée pour structurer le Prunus avium lors de ses premières années de croissance. Ensuite, il faut principalement éclaircir le milieu de l’arbre, en évitant de toucher aux grosses branches.

Multiplication du Prunus avium

Le merisier peut être propagé par :

  • semis des noyaux ;
  • greffage ou bouturage sur bois tendre en été ;
  • marcottage (mais plus compliqué).

Maladies et ravageurs

Nombreux sont les parasites à vouloir se délecter du Prunus avium. Parmi eux, les plus fréquents sont les pucerons, les chenilles et les mouches mineuses.

Sans être nuisibles, les oiseaux (et notamment le bouvreuil), vous feront de la concurrence sur la récolte des merises.

Côté pathologies, en plus d’une grande sensibilité à la bactérie Xylella fastidiosa, le Prunus avium peut être attaqué par la maladie du plomb (Chondrostereum purpureum) et le chancre bactérien.

Pour aller plus loin :


©Bubushonok, ©stevanovicigor


Écrit par Christophe Dutertre | Diplômé en aménagement paysager et amoureux des jardins, Christophe vous accompagne dans cette passion qui nous réunit. Découvertes, conseils pratiques et écologie sont au programme.
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *