Technique permaculturelle : le paillage

Paillage permaculture

En permaculture, la nature est source d’inspiration : avez-vous déjà remarqué un sol nu en forêt ?

L’épais paillis de feuilles mortes y est toujours présent et la terre est alimentée par l’humus créé par la décomposition des feuilles.

Le paillage ne présente que des avantages et aucun inconvénient ! Pourquoi ne le voit-on que très rarement dans les jardins ?

Le paillage en permaculture, c’est quoi exactement ?

C’est une méthode qui consiste à prendre des végétaux secs (comme de la paille, du foin, du BRF (bois raméal fragmenté), des feuilles mortes, du chanvre, etc.) ou humides (déchets de cuisine, tonte…) et de les poser au pied de vos cultures.

Pour aller plus loin :

Actions du paillage sur votre sol :

  • Limite les adventices. Celles qui réussissent à pousser au travers du paillis sont très faciles à déraciner, finie la corvée de désherbage.
  • Améliore le sol en entretenant sa vie biologique (nourriture et abri pour les auxiliaires). Le paillage se décompose sous l’action des bactéries du sol et se transforme peu à peu en humus dont les plantes viendront se nourrir. La structure du sol est améliorée, les bactéries l’aèrent : on obtient une structure grumeleuse.
  • Limite l’échauffement du sol en été et son gel en hiver. S’il fait trop froid ou trop chaud la faune du sol se met au repos.
  • Filtre l’eau lors des fortes pluies. Le paillage permet une meilleure infiltration donc une meilleure assimilation de l’eau par les plantes. Sur les terres argileuses, la protection du paillis va éviter la création d’une croûte de terre imperméable appelée « battance ».
  • Limite l’évaporation de l’eau en été et empêche la terre de trop chauffer. Si un binage vaut deux arrosages, un paillage en vaut 5 !
  • Limite le gel en hiver et entretient la vie des micro-organismes du sol.

A lire aussi :

Quel paillage en permaculture ? Les avantages :

Déchets bruns (feuilles mortes, BRF, fumier de cheval) :

ils constituent un amendement. Riches en matières carbonées, ces végétaux se décomposent lentement grâce aux champignons qui jouent un rôle fondamental dans l’élaboration de l’humus du sol. Apportez ces éléments bien humidifiés.

Déchets verts (tonte, déchets de cuisine) :

ils stimulent les bactéries du sol, sont riches en eau et en azote et se décomposent rapidement.

  • Résidu de tonte :

À appliquer en très fine couche si le gazon vient d’être récolté et qu’il n’est pas encore sec. Sinon il crée des mottes qui pourrissent, produisent de la chaleur et qui sont inadaptées à la faune du sol.

À lire : Utiliser les déchets de tonte dans le compost

  • Déchets de cuisine :

À appliquer sur une seule couche et à recouvrir par un autre paillage pour éviter que ces déchets azotés ne sèchent en été et pour l’esthétisme.

Paille et foin :

  • Avantage paillage plantePaille : très riche en carbone elle présente donc un temps très long de décomposition. Utilisez-la pour couvrir durablement le sol (en été ou en hiver par exemple) en y glissant dessous des déchets de cuisines qui eux, seront vite décomposés !
  • Foin : constitué à 50% d’azote et 50% de carbone. Le foin est donc très équilibré et protège durablement le sol tout en l’enrichissant en azote.

À lire aussi :

 Comment utiliser le paillage en permaculture ?

N’enfouissez pas les plantes sous le paillage et laissez le collet bien dégagé.

L’épaisseur du paillage dépend de sa vitesse de décomposition et de la durée de sa présence :

  • utilisation paillage permaculture quand commentPour les plantes pérennes :

Prévoyez des déchets bruns en bonne épaisseur à leurs pieds (afin qu’il dure une bonne année). Installez le paillage en automne quand la terre est bien abreuvée par les pluies.

  • Pour les cultures annuelles :

Prévoyez une fine épaisseur en fonction de la taille de la plante. Vous repaillerez au besoin au cours de la saison.

À lire aussi :

Pauline Sutter


©pakhomava, ©dcwcreations, ©nykkytok