anxiete separation chien

À chaque fois que vous laissez votre chien seul, c’est le drame !

Que cherche-t-il à vous faire comprendre ? Comment lutter contre l’anxiété de la séparation ?

Explications et conseils.

Pourquoi le chien est-il anxieux ?

Lorsque leur mère ne peut plus les allaiter ou souhaite être seule, elle repousse ses chiots. De cette façon, ils apprennent l’autonomie et le détachement. Lorsqu’ils trouvent un nouveau foyer, ils vont s’attacher à un membre de la famille qu’ils vont considérer comme leur nouvelle mère. Si celui-ci ne poursuit pas le travail commencé en le repoussant aux moments appropriés et en lui apprenant à être seul, le chiot va développer un hyper attachement avec tous les soucis de l’anxiété qui en découlent.

Facteurs risques de l’anxiété chez le chien :

  • La prédisposition de certaines races comme le Jack Russell et le Boxer.
  • Un chiot retiré trop tôt à sa mère.
  • Les chiens qui ont connu plusieurs maîtres.
  • Les changements de situation (déménagement, arrivée d’un enfant, reprise du travail…)
  • Ne pas apprendre le détachement à son chiot lorsqu’il arrive dans votre foyer.
  • Manque de stimulation.

Manifestation de l’anxiété chez le chien

Lorsque l’on s’absente, on culpabilise de laisser son chien alors on le caresse, on le rassure, on lui fait des promesses avec des sourires dans la voix. Votre chien se dit : « Mon maître semble très heureux, mais il me laisse, je ne comprends pas ! » Contrairement à la croyance, un chien ne se venge pas, mais exprime un profond mal-être et cela dans les minutes qui suivent votre départ.

  • Il peut détruire.
  • Aboyer, pleurer, hurler à la mort.
  • Faire ses besoins dans votre intérieur.
  • Se mutiler en se léchant les pattes jusqu’au sang ou en se mordant violemment la queue.
  • Refuser de s’alimenter ou de boire.

Lorsque vous revenez, votre chien vous fait la fête. Vous vous dites : « Il est content de me voir ! ». En réalité, il vous dit « Tu m’as laissé seul, j’espère que tu ne le referas plus ». Si vous le caressez, il pense que vous avez compris.

Aider son chien à surmonter son anxiété

Dès son arrivée dans votre foyer, il faut apprendre le détachement, l’autonomie et la frustration à votre chien.

  • Ne pas lui autoriser toute la maison.
  • Lui trouver un endroit bien à lui, éloigné des portes et duquel il ne passera pas son temps à vous surveiller. Si vous ne disposez pas de suffisamment d’espace, il est possible d’utiliser une barrière de sécurité ou une cage d’intérieur (ponctuellement). Réduire l’espace d’un chien le rassure.
  • Ne pas l’autoriser à vous suivre partout.
  • C’est vous qui devez le solliciter pour les câlins et pour les jeux, pas le contraire.
  • Ne jamais laisser votre chien aboyer pour un oui ou pour un non. Un chien qui aboie veut dominer. Vous devez être ferme et ne jamais lui céder. Dites-lui non ou ignorez-le. Le collier de dressage avec un spray à la citronnelle peut donner de bons résultats sans violence.
  • Simuler de faux départs. Mettre ses chaussures, prendre ses clés, sortir une minute et revenir. Répétez cet exercice plusieurs fois pour que votre chien s’habitue à vous voir disparaître en allongeant progressivement le temps de vos absences.
  • Pour certaines races très anxieuses, optez pour l’acquisition de deux chiens ou habituez votre chiot à cohabiter avec un chat ou un oiseau pour qu’il gère mieux sa solitude.

Avant votre départ :

  • Sortez votre chien. Il sera plus détendu.
  • Quelques minutes avant votre départ, placez-le dans son endroit et ignorez-le. Pas d’au revoir.
  • Laissez-lui la radio.
  • S’aider de phéromones (identiques à ceux dégagés par leur mère) qui se répandent dans l’air grâce à un diffuseur insérer dans une prise de courant (votre vétérinaire peut vous en vendre un).
  • Laissez-lui des jeux à disposition. Faites des roulements pour qu’il soit surpris à chaque fois. Une boule qui distribue des croquettes est une excellente occupation.

À votre retour :

  • Ignorez votre chien.
  • S’il a fait des dégâts, ne le grondez pas. Sortez-le et nettoyez sans qu’il vous voit.

Généralement, l’anxiété de séparation disparaît lorsque votre chien comprend que vos départs sont suivis de vos retours. Il faut lui laisser le temps de s’habituer à ce rituel.

Conseils malins 

  • Consultez un comportementaliste.
  • Dans les cas les plus graves comme la mutilation, votre vétérinaire peut prescrire des antidépresseurs en attendant que la situation s’améliore.
  • Utilisez une collerette pour éviter que votre chien aggrave ses blessures.
  • Apprenez à vous détendre, votre chien ressent toutes vos émotions. Maître zen qui sait prendre les bonnes décisions, chien apaisé et équilibré. Maître soucieux et émotif, chien anxieux qui manque de repères.
  • Si aucune solution ne fonctionne,trouvez une nouvelle famille à votre chien. Les retraités ont souvent le profil parfait, car ils sont disponibles. Bien que douloureuse, cette alternative doit être envisagée.

À méditer : « Un être vous manque et tout est dépeuplé » Lamartine

L.D.


© adogslifephoto