Ces arbres étonnants pour leur écorce remarquable

arbre a ecorce decorative coloree

Une fois dépouillés de leurs feuilles, les arbres nous révèlent une nouvelle facette de leur être : la couleur, les craquelures, la douceur ou la rugosité de leur « peau ». Cette fameuse écorce à laquelle on accorde généralement peu d’attention, entre en scène sous la lumière blafarde de l’hiver…

1- Des parures brunes couleur cannelle ou chocolat

Prunus serrula écorce
Prunus serrula

Donnez une note lumineuse à votre jardin d’hiver avec des tons chauds. Les cerisiers d’ornement offrent ainsi de belles écorces laquées ou métallisées marquées de stries horizontales et ponctuées de verrues ocre. Ces dernières sont des lenticelles qui permettent les échanges gazeux du tronc avec l’atmosphère. Prunus serrula arbore ainsi une extraordinaire teinte acajou métallisée tandis que Prunus maackii ‘Amber Beauty’ présente des tons dorés.

Le petit érable à écorce cannelle, Acer griseum ne passe pas non plus inaperçu avec son tronc qui semble couvert de copeaux de chocolat.

Myrte du chili - Luma apiculata
Myrte du chili

Le pin parasol affiche quant à lui un patchwork d’écailles rugueuses grises, rouille et cuivre.

Découvrez des essences plus rares comme l’Arbutus x andrachnoides, cet arbousier dont la teinte caramel apparait lorsque l’on frotte les écailles avec la main.

Le Myrte du Chili (Luma apiculata) présente une « peau de girafe » brun tacheté de blanc.

L’Heptacodium de Chine (Heptacodium miconioides) forme un grand arbuste aux troncs dorés, doté d’une floraison parfumée automnale.

3- Des écorces blanches éclatantes

Betula utilis
Betula utilis

Les écorces blanches renforcent l’ambiance féérique de l’hiver. Elles s’harmonisent aux ciels blafards, renforcent l’aspect givré des rameaux, accrochent la lumière dès qu’un rayon de soleil les effleure.
Les bouleaux en sont les meilleurs représentants avec leurs troncs lisses s’exfoliant en lanières parcheminées.

Betula albosinensis var septentrionalis
Betula albosinensis var septentrionalis

Betula utilis var. jacquemontii avec son écorce immaculée à peine nuancée d’ocre et de beige rosé tranche avec le bouleau à papier (Betula papyrifera) qui modifie totalement son coloris avec l’âge. Ce dernier passe ainsi d’un rouge foncé presque noir à un brun rougeâtre pour finir blanc crème brillant à maturité.

Pensez aussi au bouleau blanc de Chine (Betula albosinensis var. septentrionalis) aux tons vermillon cuivré pâle,  au Betula maximowicziana, gris clair à orangés et au bouleau jaune (Betula alleghaniensis) virant au bronze doré.

Lagerstroemia indica_ecorce
Lagerstroemia indica

Les eucalyptus et platanes, voire le lilas des Indes (Lagerstroemia indica), exhibent également une panoplie d’écorces claires et possèdent le don du travestissement.

Leurs costumes rugueux bariolés de brun, de kaki et de blanc se muent en l’espace de quelques semaines en troncs lisses blancs, crème ou rosés. L’écorce se détache sous forme d’écailles ou de grands lambeaux cartonnés.

3- Les écorces à peau de serpent

Acer capillipes ecorce
Acer capillipes

Un certain nombre d’érables asiatiques conservent une écorce fine bigarrée de vert olive, rouge et blanc faisant penser à une peau de serpent : érable de Hers (Acer davidii subsp grosseri), Acer capillipes, Acer pensylvanicum

Attention, certaines essences perdent cette texture lisse et zébrée avec l’âge en raison de la formation d’une écorce secondaire épaisse (Acer davidii, rufinerve).

Pensez à les mettre en valeur devant un mur brique, parmi des troncs blancs ou entourés de gravillons clairs.

4 – Les écorces couleur de feu

Acer palmatum 'Sangokaku'_ecorce rouge
Acer palmatum ‘Sangokaku’

Les jeunes rameaux rouges, jaunes aux formes graphiques, créent une animation joyeuse au jardin. Le détail de la ramure ressort alors davantage sur fond de haie persistante.

L’érable à écorce corail, Acer palmatum ‘Sangokaku’ est un des plus remarquables. L’intensité des rameaux fins et sinueux rouge vif s’accentue avec le froid.

Même si ce ne sont pas des arbres, ce serait dommage d’occulter les bambous. Ces graminées géantes livrent parfois des chaumes lustrés jaune d’or, parfois striés de bandes vertes. Phyllostachys aurea ‘Holochrysa’

Phyllostachys bambusoides 'Castillonis' - bambou decoratif
Phyllostachys bambusoides ‘Castillonis’

possède des chaumes cuivrés tandis que Bambusa bambusoides ‘Castillonis’ présente des stries vertes sur fond jaune.

>> N’oubliez pas Les cornouillers à écorce colorée

Le saviez-vous  ?

Chez les végétaux ligneux – arbres ou arbustes –, la tige produit une écorce protectrice qui s’épaissit avec l’âge. Elle peut atteindre 30 cm chez de vieux spécimens de séquoias ou de sapin de Douglas ! L’écorce externe est constituée de couches de cellules mortes imperméabilisées par la subérine, substance qui constitue le liège. Elle offre ainsi une protection contre l’eau, le gel, le soleil, l’abroutissement par les animaux… Dans le même temps, elle subit les poussées internes dues au grossissement des tiges, la forçant à se fendre, se craqueler ou se dilater. L’écorce est constituée de différentes matières selon l’essence, liégeuse chez le chêne-liège, fibreuse chez les séquoias, de texture feuilletée chez les bouleaux ou lisse chez le hêtre, etc. Cependant l’écorce n’est pas figée, elle se modifie selon les saisons, avec les années, ne révèle pas la même teinte selon l’exposition, la qualité du sol… Les aléas du temps, de mauvais traitements impriment également leurs cicatrices !

Eva Deuffic

>> Pour aller plus loin : Un jardin d’écorces colorées


©Anghi, ©Eva Deuffic, ©Alphotographic, ©MichelViard,