La courge de Siam : une cucurbitacée aux allures de pastèque

courge de siam - Cucurbita ficifolia

La courge de Siam en résumé :

Nom latin : Cucurbita ficifolia
Nom commun : Courge de Siam
Famille : Cucurbitacées
Type : Légume‑fruit

Taille : 10 à 15 m
Distance de plantation : 1,50 à 2 m
Exposition : Ensoleillée
Sol : Humifère et meuble

Plantation : Avril
Récolte : Octobre

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, la courge de Siam n’est pas originaire de Thaïlande, mais du Mexique. Très cultivée en Asie, elle est apparue en Europe au début du XIXe siècle. Cette plante annuelle rampante donne des fruits qui peuvent évoquer la pastèque avec leur forme ovoïde et leur peau verte, marbrée de blanc. Très simple à cultiver, elle est également très prolifique et ses fruits peuvent se conserver jusqu’à 2 ans ! La courge de Siam mérite donc toute votre attention pour agrémenter votre potager.

Plantation de la courge de Siam

Comme pour beaucoup de plantes dites « exotiques », la courge de Siam réclame quelques attentions si vous souhaitez qu’elle soit productive.

Préparation du sol :

Avant de songer à la plantation, vous devez vous assurer d’avoir un endroit ensoleillé où installer votre pied de courge de Siam. Lorsque vous l’avez trouvé, analysez le sol de votre potager afin de vérifier sa richesse en matière organique. Si cette dernière n’est pas suffisante, vous devrez alors réaliser une fumure. Pour ce faire, l’automne précédent la plantation, travaillez la terre de la manière suivante :

  1. Épandez du fumier bien décomposé ou du compost en surface.
  2. Si vous en possédez, vous pouvez rajouter de la cendre de bois qui permettra d’alléger le sol.
  3. Retournez la terre à l’aide d’une fourche‑bêche. N’utilisez pas de bêche afin de nuire le moins possible aux vers de terre et à la faune souterraine.
  4. Le printemps suivant, juste avant le repiquage de vos plants, travaillez de nouveau la terre pour bien l’ameublir.

Réalisation du semis et plantation :

À la mi‑avril, semez vos graines de courge de Siam dans des godets remplis d’un mélange de terreau et de sable. Par la suite, installez‑les à la lumière et surtout à l’abri du froid. Lorsque les dernières gelées sont passées (c’est-à-dire vers fin mai), vous pouvez repiquer les plants les plus vigoureux. Ensuite, deux options s’offrent à vous :

  • soit vous laissez courir les tiges sur le sol comme pour la majorité des courges ;
  • soit vous installez un support solide (treillis ou tuteur) pour que la plante puisse y grimper.

Il ne vous reste plus qu’à réaliser un arrosage abondant pour finaliser la plantation et faciliter la reprise.

Culture et entretien de la courge de Siam

courge de siam cultureLa culture de la courge de Siam est très simple et à la portée de tous les jardiniers. La seule exigence de cette plante exotique est de recevoir suffisamment d’eau (notamment en cas de sécheresse). Vous devrez donc être attentif à l’arrosage de vos pieds.

Maladies et ravageurs :

La courge de Siam étant particulièrement résistante, elle n’est pas la cible des ravageurs et parasites et se montre peu sensible à la maladie. Elle peut néanmoins subir quelques attaques d’oïdium :

  • Si elles interviennent au printemps, vous devrez effectuer un traitement pour ne pas compromettre le développement des fruits.
  • Si l’attaque à lieu à la fin de l’été ou au début de l’automne, il ne sera pas utile d’intervenir, car les fruits ne seront pas affectés.

Récolte et conservation

La récolte s’effectue à la fin du mois d’octobre, avant que les premières gelées n’apparaissent. Si certains fruits ne sont pas mûrs, ne vous inquiétez pas ! Vous pourrez les consommer malgré tout.

La conservation de la courge de Siam est exceptionnelle. En effet, si les fruits ne sont pas abîmés et bien mûrs, ils peuvent être conservés jusqu’à 2 ans ! Pour cela, vous devez les stocker dans un endroit aéré, lumineux et pas trop frais.

La courge de Siam en cuisine

La chair blanche de la courge de Siam peut se cuisiner de multiples façons :

  • Pour les fruits mûrs, vous pouvez l’utiliser pour confectionner une choucroute ou un gratin. Il est même possible de réaliser une confiture appelée « confiture de cheveux d’ange », en référence aux filaments tendres et charnus qui constituent la chair.
  • Les fruits récoltés qui ne seront pas arrivés à maturité peuvent se consommer en les préparant de la même façon que les courgettes.

Pour vous inspirer :