bouillon blanc

Plante bisannuelle originaire d’Asie et d’Europe, le bouillon-blanc se caractérise par une tige, droite et cotonneuse dont la taille varie entre 1 et 2 mètres ; une racine pivotante et, se grandes feuilles dentelées de forme ovale recouvertes de poils blanchâtres et laineux.

Quant à ses fleurs, de couleur jaune doré, elles sont grandes et composées de 5 pétales dressées en groupes et en cymes le long de la tige.

Cette plante possédant des feuilles pouvant atteindre cinquante centimètres de long, pousse sur les talus et, dans les prés.

Outre ces caractéristiques témoignant de la beauté de ce végétal, quels sont ses bienfaits et vertus tant vantés en médecine ? Que soigne-t-il ? Comment s’y prendre pour en tirer le meilleur profit thérapeutique ?

Tour d’horizon …

Bouillon blanc : pour la petite histoire

bouillon blancAppartenant à la famille des Scrophulariaceae, le bouillon blanc ou Bouillon- blanc est un nom vernaculaire qui puise son étymologie du mot gaulois « bugillo ».

Encore appelée fleur de grand chandelier, molène bouillon-blanc, oreille de Saint-Cloud, cierge de Notre-Dame, queue de loup, molène, ou encore herbe saint Fiacre, cette plante était considérée comme « magique » car, depuis l’Antiquité, on y avait recourt pour conjurer le mauvais sort.

Puis, ses vertus médicinales ont été mises à la lumière par Dioscoride (botaniste grec) grâce à ses racines exploitées pour soigner les maladies pulmonaires.

Un peu plus tard, au 11e siècle, les fleurs et les feuilles du cierge de Notre-Dame ont été exploités par sainte Hildegarde dans le cadre du traitement de l’altération de la voix due à une infection virale.
Au Moyen Age, c’est l’extraction des sucs du bouillon blanc pour soigner les hémorroïdes et la goutte qui furent à nouveau à l’ordre du jour.

Beaucoup plus tard, c’est-à-dire au 18e siècle, on a vu apparaître dans le Dictionnaire de Trévoux, le mot « bouillon-blanc » dont les vertus thérapeutiques étaient mentionnées pour soigner les maux de ventre maladies du fondement, celles de la poitrine et même la dysenterie.

Encore récemment, des chercheurs et scientifiques ont prouvé que, la fleur de grand chandelier contenant certains composants dont de l’acide glycyrrhizine et, des propriétés anti-inflammatoires, qui auraient un effet antibactérien et surtout anti tumoral.

En Amérique du Nord par exemple, les autochtones fumaient les feuilles du bouillon blanc pour soigner les affections pulmonaires.

 

Bouillon blanc : propriétés et principes actifs

En phytothérapie, ce sont les feuilles et les fleurs de la queue de loup qui sont utilisées.

Fragiles, les fleurs de l’herbe saint Fiacre doivent être récoltées à la main.

> Propriétés médicinales du bouillon blanc :

Bien que n’ayant pas fait l’objet de recherches approfondies, on retiendra que les propriétés du bouillon-blanc   sont multiples et font de lui, remède très respecté en phytothérapie.
Véritable anti-inflammatoire, antispasmodique, analgésique, cicatrisant, antitussif, antibactérien et apaisant pour les tissus respiratoires irrités, le bouillon-blanc est une plante médicinale gainante et expectorante.

Cette plante s’utilise par voie interne et par voie externe.

> Principes actifs du bouillon blanc :

Comme principes actifs le bouillon-blanc contient des iridoïdes, des glycosides flavoniques, des mucilages, de l’huile essentielle, des harpagosides et des saponosides.

Bouillon blanc : usages, vertus et bienfaits pour la santé

Les substances végétales (ou mucilages) du bouillon blanc sont des émollients et adoucissants naturels dont la spécificité est de « transformer les sucres en une sorte de gel protecteur ». Quant aux saponines qu’il contient, ils sont connus pour être des expectorants. Ces 2 principes actifs cumulés font de cette plante vertueuse, un remède très efficace contre certaines affections des voies respiratoires à savoir, les trachéites les laryngites et, la toux.

En effet, l’herbe saint Fiacre favorise l’expectoration tout en protégeant les muqueuses.

Quant aux iridoïdes et ses propriétés analgésiques, antispasmodiques et anti-inflammatoires, cette plante médicinale est recommandée pour soigner les irritations cutanées, les maux de ventre et, les crises hémorroïdaires.

Bref, en usage interne, le bouillon blanc est un :

– expectorant : il limite la formation des mucosités et, favorise leur évacuation. De ce fait, celle plante médicinale atténue les symptômes de certaines affections des voies respiratoires citées plus tôt, y compris, les bronchites et l’extinction de voix.

émollient : il réduit les spasmes et les inflammations causés par les diarrhées douloureuses et les entérites.

antitussif : il soulage la toux sèche.

En usage externe, on retiendra que le bouillon-blanc est un :

cicatrisant dans le cadre du traitement des hémorroïdes et des otites. Pour ce faire, après macération des fleurs dans de l’huile d’olive, la molène devient un excellent remède contre ces maux.

apaisant : sous forme d’application locale, la décoction de bouillon-blanc apaise les démangeaisons de la bouche, celles cutanées et même les lésions anales.

Usuellement, la fleur de grand chandelier fait partie de la célèbre « tisane des quatre fleurs ».
En effet, pour soulager la toux, cette tisane se compose avec le gnaphale, le coquelicot, la guimauve, le tussilage, la violette et la mauve.

Son effet émollient soulage les patients souffrant de colites, de maux de ventre et même de diarrhées douloureuses.

Dans d’autres cas, le recours au bouillon-blanc est utile grâce à ses propriétés:

diurétiques qui facilitent l’élimination des liquides

– légèrement sédatives qui favorisent l’endormissement.

A cela, s’ajoute sa capacité à diminuer les douleurs de cystites aiguës.

Quant à son l’huile essentielle, elle est indiquée pour lutter contre l’eczéma, les engelures et les catarrhes.

 

Posologies, mode d’emploi du bouillon blanc

Pour vous soulager, la prise du bouillon-blanc se fait comme suit :

– sous forme de tisane expectorante : portez 25 cld’eau à ébullition.

Pendant ce temps, dans un récipient adapté, versez : 2 cuillères à soupe de fleurs de bouillon blanc séchées, 3 cuillères à soupe de graines de fenouil, 2 cuillères à soupe de feuilles de menthe poivrée (séchée dans un récipient à couvercle hermétique). Mélangez bien le tout !

Prenez ensuite 1 cuillère à soupe de ce mélange puis, versez-la dans l’eau bouillante. Laissez reposer durant une dizaine de minutes maximum. Ajoutez ensuite du miel et buvez-en.

Vous pouvez également préparer une tisane essentiellement à base de fleurs séchées de bouillon-blanc : 1,5 à 2 g (soit 3 à 4 cuillères à café) de ses fleurs infusées pendant ¼ d’heure suffisent. Buvez-en 3 ou 4 tasses au cours de la journée.

– en Teinture: prenez 1 à 4 ml, matin, midi et soir. Si besoin, suivez les indications du fabricant.

– en infusion : portez 1/4 l d’eau à ébullition. Versez sur 1 cuillère à soupe de feuilles et de fleurs séchées de bouillon blanc. Filtrez puis, buvez 1 tasse (soit 1/4 l), 2 à 4 fois par jour.

– en décoction pour une application locale, faites bouillir 10 grammes de fleurs séchées dans 300 ml d’eau.

– sous forme de cataplasme pour soulager les l’eczéma, les hémorroïdes ou les engelures, faites bouillir des feuilles séchées dans du lait, pendant 5 mn.

– en gélules : 1 à 1,5 grammes de poudre sèche micronisée (3 gélules) avant les repas, est la posologie indiquée pour un traitement au quotidien.

> Conseils/astuces pratiques à propos du bouillon blanc

En usage interne, l’infusion ou la décoction de bouillon-blanc exige une filtration avec beaucoup de soins et de précautions du fait que, ses fleurs et étamines contiennent des poils pouvant irriter la gorge.

Bon à savoir à propos du bouillon blanc

A ce jour, aucun effet indésirable, interactions avec des plantes médicinales ni interactions avec des médicaments ne sont connus.

Toutefois, l’Agence européenne des médicaments contre-indique son utilisation pour :

– les enfants âgés de moins de douze ans

– une durée supérieure à 7 jours.

-les femmes enceintes et celles qui allaitent.

Par précaution, il est recommandé de vous procurer les fleurs de bouillon-blanc séchées en parapharmacie ou chez un herboriste car, certaines graines peuvent se révéler toxiques.

Même si le reste de la plante est bien toléré et ne présente pas de dangers particuliers, les graines de bouillon blanc doivent être exclues des extraits, des gélules et des infusions.

En cas de doute ou alors, si les symptômes persistent ou s’aggravent, il est impératif de consulter votre médecin.

  • Wiart Solange a écrit le 26 juin 2018 à 9 h 29 min

    Bonjour, j’habite les Pyrènées 31 et j’ai chez moi quatre magnifiques  »pieds » de bouillon blanc en pleine fleurs magnifiques !! Je ne sais comment ils sont arrivés là!!

  • aznar michel a écrit le 24 janvier 2017 à 21 h 53 min

    bonsoir, ou se procurer les pétales de bouillon blanc ?
    pour l’utiliser en: teinture,infusion,décoction,cataplasme, gélules. Merci de me répondre par mail…Je suis dans le département 31

    • cluzel a écrit le 5 février 2018 à 16 h 19 min

      Herboristerie sur internet il en existe de sérieuses
      mex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

molènethapsus ou bouillon blanc
Posté par hortensia le 21 février 2011