Carpocapse

Le carpocapse est communément appelé le « ver des fruits ».

Le carpocapse ( cydia pomonella ) est un papillon dont la larve s’attaque aux pommes, aux poires et aux noix principalement mais aussi et d’autres espèces, pouvant anéantir une récolte.

On le retrouve en effet le plus souvent sur le pommier, mais également dans le poirier, le noyer, le châtaignier ou encore les  prunier.

Carpocapse, le ver des fruits

Quand et comment faut-il lutter contre cet ennemi des pommiers et des poiriers ?

carpocapse ver fruitEliminer le carpocapse, le ver des fruits ?

La lutte n’est pas très aisée, car la période durant laquelle cette chenille se trouve à l’extérieur du fruit est relativement courte et donc difficilement visible.

Il paraît opportun de laisser quelques fruits abîmés sur l’arbre et ainsi de contrôler le développement du nuisible sans chercher nécessairement à l’éliminer totalement.

Cela paraît en effet presque impossible pour les raisons évoquées ci-dessus.

A noter que la carpocapse touche principalement le pommier et le poirier.

Traitement contre le ver des fruits

On peut venir à bout du ver des fruits, la carpocapse, de plusieurs manières. La lutte mécanique et préventive à base de piège est souvent le moyen le plus utilisé par les producteurs de fruits bio qui refusent les traitement chimiques et systémiques.

  • Insecticides contre le carpocapse :
Traitez début mai avec un bactospéïne (insecticide biologique et végétal) qui est un anti-chenille spécifique et renouvelez l’opération une fois, 15 jours plus tard.

On peut aussi procéder à la pulvérisation d’insecticides comme la Carpovirusine (préparation à base de virus du Carpocapse), ce qui permet d’assurer une bonne protection des arbres fruitiers.

  • Bandes de glu :

Il est recommandé, en préventif, d’installer des bandes de glu vendues dans toutes les jardineries afin d’éviter que les larves ne puissent prendre possession du tronc de l’arbre.

Ces bandes s’installent dès la fin du printemps et au tout début de l’été et doivent être maintenus jusqu’à la récolte des fruits.

  • Pièges à phéromones :
Placez au mois de mai des pièges à phérormones sexuelles pour attirer les papillons mâles et donc limiter la fécondation.

Ces pièges vont limiter la prolifération du carpocapse en limitant peur procréation.

A noter que les professionnels en culture biologique utilisent aussi la confusion sexuelle. C’est une technique qui vise à reproduire le parfum hormonal des femelles en utilisant des phéromones synthétique. Il devient difficile pour les mâles de trouver les femelles ce qui limite considérablement le nombre de pontes.

Ramassez les fruits qui tombent avant leur maturité car ils ont souvent été touchés par le carpocapse.
  • Prédateurs du carpocapse :
Installez des  cabanes à insectes et des nichoirs pour attirer les animaux et les oiseaux. Ce sont en effet de bons prédateurs pour ces larves dont il se délectent.
Les meilleurs prédateurs sont aussi les oiseaux les plus courants de nos jardins comme la mésange bleue et la mésange charbonnière mais aussi les chauves-souris qui volent la nuit et se saisissent des papillons.
Il existe aussi des kit de pièges à carpocapse vendus en jardinerie qui sont très efficaces et qui peuvent être utilisées plusieurs années de suite.

Conseil malin à propos du ver des fruits

La pulvérisation d’eau légèrement sucrée (1 à 10 g/100 litres d’eau) a un rôle protecteur contre le carpocapse. Cela réduirait les dégâts liés à ce ver de l’ordre de 40% !


Les autres maladies des fruitiers :

  • La mouche des fruits : Les fruits brunissent puis flétrissent.
  • La rouille : Pustules marron brun ou orangé sur la face intérieure et tâche jaune sur la face extérieure.
  • Le chancre du collet : Aspect décharné du tronc qui brunit.
  • L’oïdium : Feutrage blanc sur les branches puis sur les feuilles.
  • La tavelure : Tâches marron sur les feuilles puis sur les fruits