poirier

Le poirier est l’un des fruitiers les plus courants de nos vergers.

En résumé, ce qu’il faut savoir :

Nom : Pyrus cummunis
Famille : Rosacées
Type : Arbre fruitier

Hauteur
: 5 à 15 m
Sol : Ordinaire
Exposition : Ensoleillée

Feuillage
 : Caduc – Récolte : Automne

La taille, la plantation sont autant de gestes d’entretien qui amélioreront la récolte des poires. (©photocall)

Plantation du poirier

La plantation du poirier est une étape importante car elle conditionne la reprise, l’enracinement et donc la croissance de votre poirier.

Cet arbre fruitier, comme la majorité des arbres, se plante à l’automne afin de favoriser l’enracinement avant l’hiver.

Si vous souhaitez planter au printemps ou en été, prévoyez un arrosage plus régulier, surtout au début.

  • Le poirier aime les terres bien drainées.
  • Il a besoin de soleil pour fructifier.
  • L’apport d’un amendement à la plantation, du type fumier et algues, améliorera la reprise et la croissance de votre poirier.
  • Retrouvez nos conseils plantation.

Taille et entretien du poirier

Une fois en place, l’entretien du poirier est assez facile et seule la lutte contre les champignons réclame des soins particuliers (cf. paragraphe ci-dessous consacré aux maladies).

Mais pour stimuler l’apparition de belles et nombreuses poires, il est important de pratiquer une taille de fructification avant la reprise de la végétation.

Récolte et conservation des poires

Quand récolter les poires ? voici une question fréquente car il est parfois difficile de déterminer le meilleur moment.

Il faut savoir qu’il ne faut pas attendre qu’elles tombent pour les récolter.

Ensuite, lorsque vous effectuez un 1/4 de tour avec la queue et qu’elles viennent sans forcer, alors vous savez que c’est le bon moment pour récolter les poires.

Une fois la cueillette des poires effectuée, il s’agit de les conserver dans les meilleurs conditions pour les garder le plus longtemps possible.

Maladies du poirier

Le poirier, comme la plupart des arbres fruitiers, est sujets à quelques maladies courantes, notamment des champignons.

L’une des maladies du poirier les plus courantes est la tavelure.

Tavelure du poirier :

Si une attaque survient en fin de cycle, les dommages sont souvent restreints et on constate simplement une coloration des poires. La récolte n’est alors nullement compromise mais la conservation des poires est moins bonne.

Si en revanche la tavelure intervient tôt en saison, un traitement est recommandé pour éviter la propagation de la maladie. Une attaque précoce peut limiter la formation des poires et donc la récolte.

  • Un traitement régulier à base de purin d’orties dès la formation des bourgeons permet d’éviter la tavelure.
  • Une pulvérisation à base de bouillie bordelaise permet également de freiner le développement de la tavelure.
  • Il existe des fongicides anti-tavelure efficaces, que ce soit en préventif ou en curatif mais il convient plutôt de les utiliser si la maladie a déjà envahie le poirier.
  • Eviter tout traitement quelques semaines avant la récolte.
  • En fin de saison, ramassez toutes les feuilles et détruisez les pour éviter que la tavelure n’hiberne dans votre jardin.
  • Retrouvez notre fiche dédiée au traitement de la tavelure.

Pourriture des poires, la moniliose :

Autre phénomène fréquent chez le poirier, la pourriture des fruits, du nom de moniliose. Ce champignon peut provoquer des dégâts importants qu’il est préférable d’éviter en préventif.

Insectes et parasites : Pucerons, cochenilles…

Si vous constatez que les feuilles de votre poirier s’enroulent et deviennent collante, il s’agit surement de pucerons ou de cochenilles.

A savoir sur le poirier

poirierLe poirier, réputé pour sa durée de vie très élevée (parfois près de 200 ans), est un arbre originaire d’Europe et d’Asie.
Il est en général de taille moyenne, mais il peut atteindre dans certains cas une quinzaine de mètres.

Le poirier fleurit dès le mois d’avril et donne de superbes petites fleurs blanches parfois rosées qu’affectionnent les abeilles au printemps.

On peut le trouver aussi bien à l’état sauvage, dans nos jardins, ou en culture pour la production de poires.

Conseil malin à propos du poirier

Lors de la plantation, paillez le pied de l’arbre afin de le protéger du gel.

Renouvelez cette opération tous les ans, vous éviterez ainsi la pousse des mauvaises herbes et l’utilisation de produis nocifs pour vos poires…!