Connexion
Accueil / Jardinage / Maladies et parasites / Hyponomeute, une chenille défoliatrice à surveiller sur les fruitiers

Hyponomeute, une chenille défoliatrice à surveiller sur les fruitiers

Hyponomeute
0

Un grand cocon, tissé de soie et abritant des chenilles jaunâtres, a envahi pratiquement tout le feuillage de votre pommier ou de votre prunier ? Impressionnant au premier abord, cette invasion que l’on doit à l’hyponomeute, un papillon blanc ponctué de points noirs, n’est pas aussi grave qu’elle paraît. À condition d’agir vite.

L’hyponomeute, c’est quoi exactement ?

Hyponomeute papillonL’hyponomeute (Yponomeuta ou Hyponomeuta) est un papillon gris-blanc aux ailes antérieures ponctuées de points noirs. Ce genre regroupe des milliers d’espèces, dont une dizaine se rencontre en Europe. Avec une envergure d’environ 20 mm et ses ailes repliées le long de l’abdomen, l’hyponomeute évoque une mite. Ce papillon qui s’observe d’avril à juillet-août a un vol paresseux.

La chenille de l’hyponomeute, longue de 15 à 20 mm, passe du gris bleu au jaunâtre. Son corps est également tacheté de points noirs. Les hyponomeutes vivent en colonies, dans des cocons, jusqu’à la nymphose.

Le cycle de vie des hyponomeutes

  • De mai-juin à août, les papillons effectuent leurs vols nuptiaux au crépuscule
  • La femelle pond de 20 à 80 œufs directement sur les petites branches de la plante hôte. De couleur claire au début puis brun rouge, ces œufs s’imbriquent à la manière des tuiles sur un toit. Ils sont recouverts d’une sécrétion pour être protégés
  • Hyponomeute chenilleAprès 4 semaines, les chenilles éclosent et hivernent sous cette couche protectrice
  • À partir d’avril-mai, les chenilles émergent de leur torpeur hivernale et se mettent à littéralement dévorer les bourgeons puis les feuilles de la plante hôte. En parallèle, toujours pour se protéger des prédateurs et des intempéries, elles tissent des nids soyeux
  • En été, intervient la nymphose dans des cocons blancs dressés verticalement et serrés les uns contre les autres, pour donner naissance à de nouveaux hyponomeutes adultes qui vont se reproduire très rapidement.

Les arbres touchés par l’hyponomeute

L’hyponomeute compte différentes espèces qui s’attaquent à plusieurs espèces d’arbres, d’arbustes ou de fruitiers. À commencer par les pommiers, les pruniers, les cognassiers, les poiriersou encore les cerisiers . L’hyponomeute peut aussi se régaler des feuilles d’arbustes indigènes comme les aubépines et les sorbiers des oiseleurs.

Il a également un faible pour le feuillage des fusains, des merisiers, des peupliers, des saules mais les invasions sont beaucoup moins fréquentes.

De par la voracité des chenilles, une grande partie du feuillage peut disparaître. De même, les nids gâchent l’esthétique des arbres et arbustes.

Comment se débarrasser de l’Hyponomeute ?

Si les chenilles sont déjà bien installées au sein de leur cocon, différents moyens de lutte naturels existent :

  • Comment se débarrasser de l Hyponomeute ? La destruction des cocons avec un jet d’eau bien chaude
  • Les nids de toile peuvent être détruits avec du savon noir ou de l’alcool à brûler, mélangés à de l’eau bien chaude
  • Le Bacillus Thuringiensis, un insecticide totalement naturel, utilisé en agriculture biologique, est également efficace contre les chenilles

Pour être efficaces, ces traitements naturels doivent être pulvérisés sur le nid de chenilles qu’il faut entrouvrir en vous munissant de gants. Même si ces chenilles ne sont ni dangereuses ni urticantes comme les chenilles processionnaires du pin.

Les mesures préventives contre l’hyponomeute

Et surtout favoriser la biodiversité en accueillant des oiseaux insectivores dans votre jardin, comme le chardonneret élégant ou la sittelle torchepot. Vous pouvez ainsi installer des mangeoires de novembre à mars, des nichoirs adaptés en automne. Le fait de cultiver des espèces de végétaux indigènes ou de créer des haies libres gourmandes avec des arbustes à baies permet également d’attirer ces oiseaux du jardin si utiles au maintien des écosystèmes.

Ceci va aussi vous plaire :


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *