Connexion
Accueil / Le Jardinage / Potager et légumes / La pomme de terre ‘Amandine’ : une princesse chez les tubercules

La pomme de terre ‘Amandine’ : une princesse chez les tubercules

pomme de terre amandine
0

la pomme de terre ‘Amandine’ est une variété idéale pour la production de primeurs.

En résumé :

Nom latin : Solanum tuberosum ‘Amandine’
Famille : Solanacées
Type : Légume-racine (tubercule)

Distance de plantation : 30 cm
Exposition : Ensoleillée
Sol : Travaillé en profondeur et riche

Chair : Ferme
Maturité : Précoce

Plantation : Printemps – Récolte : Été, automne

Présentation de la pomme de terre ‘Amandine’

Aussi appelée Princesse Amandine, elle est issue du croisement entre les variétés Charlotte et Mariana. La pomme de terre ‘Amandine’ est inscrite au catalogue français depuis 1994.

Ses tubercules présentent une silhouette oblongue allongée, une peau jaune doré et leur calibre est moyen. Enfin, la chair, jaune pâle, est ferme.

Précoce à très précoce, la récolte peut intervenir 80 à 90 jours après la plantation. D’ailleurs, cette variété se prête bien à la culture de pommes de terre primeurs.

La pomme de terre ‘Amandine’ en cuisine

Grâce à sa chair ferme, l’Amandine a une très bonne tenue à la cuisson. Elle est donc tout indiquée dans la préparation de pommes de terre poêlées, à la vapeur ou en salade.

Plantation de la pomme de terre ‘Amandine’

Comment planter l’‘Amandine’ ?

Comme pour les autres variétés, la plantation de la pomme de terre ‘Amandine’ s’effectue en deux étapes :

Préparer le potager en automne

Les tubercules ayant besoin d’un sol riche, profond et meuble, il est important de bien préparer le terrain avant d’envisager la plantation. Pour cela, il suffit de :

  • Déposer un engrais végétal, voire de la cendre de bois en surface.
  • Travailler la terre en profondeur (au moins 20 cm) à l’aide d’une fourche-bêche ou d’une grelinette. Évitez la bêche qui cause trop de dégâts à la faune du sous-sol.

Planter les tubercules au printemps

Plantation pomme de terre amandineLa plantation peut débuter de la mi-mars jusqu’en mai. La technique est simple et consiste à :

  • Créer une ligne de 5 à 10 cm de profondeur.
  • Déposer un plant de pomme de terre ‘Amandine’ au fond, en prenant soin de placer le germe vers le haut. Espacez chaque tubercule d’au moins 30 cm.
  • Recouvrir le sillon de terre.

Dans le cas où vous créeriez plusieurs rangs de pommes de terre ‘Amandine’, il convient de les espacer d’au moins 60 cm ; ceci afin de limiter les risques d’apparition et de propagation de maladies.

Pour la culture en primeur, plantez vos tubercules sous-abri dès les mois de février-mars.

Culture et entretien

Cultiver pomme de terre amandineAu bout de quelques semaines, lorsque les plants mesurent environ 15 cm, commencez à butter les pieds. Cette opération est importante pour optimiser le rendement, et doit être répétée plusieurs fois.

Ensuite, afin d’éviter une trop forte concurrence des mauvaises herbes, pensez à désherber régulièrement vos rangs de pommes de terre ‘Amandine’.

Enfin, en cas de trop fortes chaleurs, vos cultures auront probablement besoin d’être arrosées. Néanmoins, lors de vos arrosages, évitez au maximum de mouiller le feuillage : le mildiou adore la chaleur et l’humidité.

Maladies et ravageurs

À l’instar des autres variétés, la pomme de terre ‘Amandine’ peut être la cible des doryphores. En revanche, elle résiste plutôt bien aux nématodes.

Qu’il s’agisse des feuilles ou des tubercules, elle se montre assez sensible au mildiou et à certains virus. Cependant, elle semble peu affectée par la galle verruqueuse et la gale commune.

Récolte et conservation de la pomme de terre ‘Amandine’

Récolte conservation pomme de terre amandineLa récolte des tubercules varie en fonction de leur usage. Pour des primeurs, elle intervient 70 jours après la plantation. Le délai passe à 80 ou 90 jours pour une culture plus « classique ».

Le principal inconvénient de la pomme de terre ‘Amandine’ est sa faible capacité de stockage. En effet, ses tubercules sont sensibles aux chocs, ce qui nuit à leur conservation. Il est donc préférable de les consommer au fur et à mesure de leur récolte.

(Re)Découvrez :

Ça peut aussi vous intéresser :


©PicturePartners, ©Nadezhda56, ©Catkin, ©NT Franklin


Écrit par Christophe Dutertre | Diplômé en aménagement paysager et amoureux des jardins, Christophe vous accompagne dans cette passion qui nous réunit. Découvertes, conseils pratiques et écologie sont au programme.
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *