Lors de vos balades dans les bois et les prés, redécouvrez les plaisirs de la cueillette de plantes sauvages comestibles !

La cueillette a le vent en poupe. On la pratique dans son jardin bien sûr, mais aussi sur les chemins de campagne en redécouvrant les nombreuses plantes sauvages comestibles qui poussent au bord des chemins, dans les prés, les haies et les bois. Feuilles, fleurs, baies : selon la plante, une ou plusieurs parties se consomment, apportant goût, vitamines et une touche d’originalité à vos plats.

Mais attention, pour être bon cueilleur, vous devez respecter plusieurs règles. Identifier précisément la plante d’abord – grâce à un guide botanique par exemple. Prélever juste la partie qui vous intéresse en la coupant, sans arracher toute la plante, ensuite. Et enfin, cueillir dans des lieux non pollués, éloignés des champs cultivés.

Si vous avez besoin de conseils, sachez que de nombreuses associations nature proposent des initiations à la cueillette de plantes sauvages.

Feuilles, fleurs, baies…

Parmi les plantes les plus faciles à identifier, on trouve les « mauvaises herbes » comme le pissenlit, l’ortie ou le plantain, aux multiples usages culinaires. Vous n’aurez peut-être pas à vous éloigner de votre jardin pour en ramasser !

Les jeunes feuilles du pissenlit, qui rappellent la roquette, se consomment en salade, tout comme ses boutons floraux. Les feuilles d’ortie hachées – riches en minéraux – remplacent facilement les épinards dans une omelette, une tarte, une soupe… Idem pour les feuilles de plantain.

Dans les haies champêtres, récoltez les fleurs de sureau, délicieuses en beignets et sirop, puis en automne, les baies, pour faire de la confiture. Même chose pour les cynorrhodons, les fruits de l’églantier.

A lire aussi : bienfaits et vertus des baies d’églantier

Dans les sous-bois, récoltez l’ail des ours pour parfumer vos plats. Vous trouverez aussi des violettes, parfaites pour colorer une salade de fruits ou aromatiser du sucre.

Le long des chemins de campagne, cueillez les fleurs des pâquerettes et des coquelicots. Les premières se consomment en beignets, les deuxièmes en salade, dans les cakes, en confit ou en sirop.

Retrouvez conseils et recettes dans le livre d’Isabelle Hunault, « Plantes sauvages comestibles », publié chez Ulmer.

L. H.

Visuel : Salade de feuilles de pissenlit

Il n’existe aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chèvrefeuille comestible
Posté par prunebleue le 05 décembre 2017

Ananas Corona : fruit de petit calibre . Est-il comestible ?
Posté par Tupayo le 24 octobre 2017