Le corylopsis, généreux et insouciant

Corylopsis

Le corylopsis se couvre de grappes de fleurs parfumées et d’un jaune très pâle, à la saison des violettes.

Le genre comprend une trentaine d’espèces d’arbustes et de petits arbres caducs, tous originaires de Chine ou du Japon.

En février et mars, le corylopsis est la consolation du jardinier lorsque l’hiver s’attarde ! Les jolies grappes de fleurs apparaissent avant les feuilles, et se balancent gracieusement le long des branches. Après la floraison, les feuilles s’ouvrent, joliment dessinées et ressemblant aux feuilles de noisetier. À l’automne, le feuillage prendra une jolie teinte dorée.

Facile à vivre le corylopsis

Le corylopsis n’est pas un arbuste exigeant si, dès le départ, vous lui donnez les conditions favorables à son développement. Il aime les sols bien drainés, plutôt acides mais riches (comme l’hydrangea ou le camélia) et les situations un peu ombragées et à l’abri des vents forts. Un bon terreau forestier lui convient bien, de même qu’une terre argilo-siliceuse généreusement amendée en matière organique. La terre de bruyère ne sera ajoutée que pour corriger le pH.

Installez-le contre un mur, orientation sud-est, et ce sera parfait. Vous pouvez même le palisser. Il apprécie les faibles écarts de température et la promiscuité partagée avec d’autres arbustes. Les gelées tardives peuvent provoquer l’avortement des boutons floraux et détruire l’extrémité des jeunes rameaux. Et, en cas d’exposition répétée à des gelées printanières, la plante peut péricliter.

Corylopsis, décor de fin d’hiver

Plantez-le près d’un passage pour profiter de son parfum remarquable et placez-le de préférence sur un fond persistant, afin de faire mieux ressortir sa floraison hivernale. Tous types de conifères à feuillage vert foncé feront l’affaire. Vous pouvez aussi le planter en groupe de 3 à 5 sujets dans un sous-bois ou en haie libre. Dans les petits jardins, un sujet isolé est toujours remarquable. Un tapis de bruyères d’hiver ou de bulbes à floraison précoce comme les crocus, les scilles, les narcisses botaniques créeront un ensemble plein de charme.

La taille n’est pas nécessaire et servira uniquement à harmoniser la silhouette juste après la floraison. Éventuellement, apportez un engrais pour plantes de terre de bruyère au départ de la végétation et, vers la fin de l’hiver, un peu d’engrais « spécial rhododendrons ».

Pour maintenir une certaine fraîcheur au niveau des racines durant toute la période estivale et entretenir l’acidité, paillez le sol avec du compost ou des écorces de pin dans le courant du printemps. Si les feuilles jaunissent, arrosez le sol avec un produit antichlorose.

M.-C. D.

Photo : La Plante du Mois