Connexion
Accueil / Jardinage / Reportage / Atouts et faiblesses du néflier du Japon

Atouts et faiblesses du néflier du Japon

Néflier du Japon
1

Le Néflier du Japon est un petit arbre aux grandes feuilles luisantes persistantes qui possède une incroyable adaptabilité. Il pousse en effet aussi bien sous climat tropical que sous nos climats tempérés même si la fructification n’est pas toujours au rendez-vous. Nous allons voir pourquoi !

1- Un petit arbre de grand intérêt

Un fruitier très apprécié au Japon

Originaire d’Extrême-Orient dans la province du Henan, l‘Eriobotrya japonica fait l’objet d’une culture fruitière au Japon depuis fort longtemps. Chez nous, il est surtout présent dans les jardins du sud de la France bien qu’il puisse pousser sans encombre au nord de la Loire. Son nom scientifique Eriobotrya signifiant « grappe de laine » fait référence au fin duvet qui recouvre les fleurs, la face inférieure des feuilles ainsi que les jeunes pousses. Il appartient à la famille des Rosacées à l’instar de nombreux fruitiers comme les pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers

Un petit arbre d’ombrage

Eriobotrya japonica - néflier du japon ombreSa large cime arrondie, constituée de grandes feuilles épaisses et brillantes, fortement nervurées, lui donne une belle allure exotique. Il est cependant capable de tolérer des gels à -15°C sans avoir de dégâts sur les feuilles. Il atteint rapidement 6 m puis sa cime se densifie jusqu‘à former un élégant parasol, parfait pour l’ombrage. Attention, son feuillage dense et sombre persiste réellement tout l’hiver. Sa plantation devant une fenêtre peut ainsi occulter la lumière de la pièce.

Il existe une autre espèce Eriobothrya deflexa appréciée pour son feuillage couleur bronze.

2- Une floraison fragile

Appréciez le parfum !

Les extrémités des rameaux présentent des bouquets de fleurs crème, au parfum suave et enivrant d’amande amère. La floraison se situe à l’automne, mais aussi par intermittence de novembre à avril après un été particulièrement chaud. Survenant à une période critique, cette floraison peut être anéantie en l’espace de quelques heures par des gels de -3 à -5°C. Si l’arbre ne bénéficie pas de la protection d’un mur, la fructification demeure alors assez aléatoire.

Un fruit du sud

Les fruits de la taille d’une prune, appelés bibaces, sont vendus au printemps presque exclusivement dans leur zone de production à savoir le pourtour méditerranéen. Leur peau fine orangée supporte en effet difficilement les manipulations. C’est bien dommage car leur chair rafraîchissante est délicieuse et très peu calorique.

3- Une culture facile

Une germination aisée

Vous aurez plaisir à faire germer un pépin de nèfle du fait de sa croissance rapide et de la grande longévité de l’arbre.

Les graines, toxiques, groupées par 2 ou 3 dans le fruit, ont la taille d’une noisette et présentent une surface couleur bronze. Elles germent très facilement à condition d’être fraîchement extraites du fruit au printemps.

Différentes variétés de néfliers existent mais sont rarement proposées en jardinerie.

Une croissance rapide mais facilement contrôlable

  • Eriobotrya japonica - néflier du japon cultureLe néflier du Japon pousse dans tous les sols – calcaires, sablonneux – même s’il affiche une certaine préférence pour les terres riches, fraîches et acides. Il supporte également la culture dans un grand bac et vous offre un sujet au port graphique en quelques années après le semis.
  • L’arbre peut mesurer jusqu’à 9 m mais se maintient aisément dans un volume réduit grâce à une taille douce pratiquée après la récolte printanière soit entre mai et août selon les variétés.
  • En revanche ses racines peu ramifiées supportent assez mal la transplantation. Plantez-le de préférence dans une zone abritée d’un mur et en plein soleil. Ajoutez de la poudre d’os en grattant superficiellement la terre au printemps.

Quelques parasites

  • Le néflier du Japon peut être sensible aux pucerons et présenter une poussière noire sur les feuilles due à leurs piqûres. Cette fumagine  produite par un champignon a peu d’incidence sur la santé de l’arbre mais est assez inesthétique.
  • Le ver de la mouche du fruit peut impacter la saveur des fruits.
  • Des taches brunes sur les feuilles et les fruits traduisent une attaque de tavelure. La traiter au cuivre ou au purin de prêle, de janvier à avril, une fois par mois.

Conseil malin

Ne confondez pas le néflier du Japon avec le néflier commun (Mespilus germanica). Ce dernier originaire du nord de l’Europe est caduc et sa fructification ne craint pas le froid. Au contraire, ses petits fruits bruns se mangent blets soit après le passage d’une gelée ou d’un stockage au frais.


Pour aller plus loin : Néflier du Japon : nos conseils de culture

©İsmet Şahin, ©Dimitris Vetsikas,  ©caeuje ©acongar


Écrit par Eva Deuffic | Eva est une passionnée de jardins et de jardinage et c'est avec sa plume qu'elle nous emporte et nous fait rêver.
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *