Camelia

Si la rose est la vedette de la belle saison, le camélia lui fait écho pendant les mois d’hiver.

Il se joue du froid pour déployer une floraison généreuse, déclinant des teintes raffinées et des fleurs d’une diversité de formes incroyable.

A lire aussi :

Le meilleur emplacement pour le camélia

Installez-le à l’abri des courants d’air froid et des rayons brûlants du soleil. Plus la terre reste fraîche en été, plus le camélia résiste au soleil.

N’hésitez pas à le planter sous le couvert de grands arbres feuillus en évitant la proximité de gros arbres à enracinement superficiel qui pompent toute l’eau.

La présence d’un auvent protège les fleurs les plus fragiles des intempéries et évite notamment aux fleurs blanches de rouiller. Épargnez-lui l’exposition Est que le soleil d’hiver chauffe trop rapidement après une nuit froide.

Le meilleur substrat pour le camélia

Acide (pH autour de 6), frais, drainé et fertile ! Si votre sol est calcaire ou neutre, aménagez une fosse spéciale et tapissez le fond avec un feutre de jardin ou plantez en pot. Attention à la terre de bruyère pure, trop légère et trop pauvre.

Améliorez-la avec autant d’humus. En pot, donnez un peu de corps au substrat en incorporant un terreau argileux type rosiers.

Plantation du camélia sans risque

Immergez la motte avant de planter pour bien l’hydrater. Le trou de plantation doit être égal à deux fois le volume de la motte, plus large que profond car l’enracinement est superficiel.

Améliorez le drainage en plaçant une couche de billes d’argile au fond du trou (et pas des graviers blancs, calcaires !).

Quelques précautions pour le camélia en pot

Le camélia en pot peut vivre de longues années en pot si celui-ci fait au moins 40 cm de diamètre. Chaque début de printemps, remplacez 5 cm de la surface par un substrat tout neuf.

Le pot permet de profiter de fleurs parfaites si on peut les abriter du froid et des intempéries dans une serre ou une véranda non chauffée (5 à 10°C).

Son talon d’Achille…

Les racines superficielles sont sensibles à la sécheresse et au froid. La meilleure parade : le paillage avec une bonne litière de feuilles mortes ou de tontes de gazon selon la saison.

Bien nourrir le camélia

Le paillage régulier avec des matières organiques enrichit le sol.

Complétez avec un apport printanier d’engrais (plantes de terre de bruyère) pour doper la croissance et la formation des futurs boutons floraux.

Et conservez un substrat toujours frais toute l’année par des arrosages réguliers à l’eau non calcaire.