Connexion
Accueil / Le Jardinage / Reportage / La terre de bruyère : définition, avantages, utilisation

La terre de bruyère : définition, avantages, utilisation

Terre de bruyère
1

Rhododendron, Camélia, Calluna d’été et d’hiver…Ces plantes, vous les connaissez parfaitement bien, et savez qu’elles ont besoin d’un sol à tendance acide. La terre de bruyère s’impose donc ! Mais que se cache-t-il vraiment derrière ce terme « terre de bruyère » ? Et surtout comment et pour quelles plantes l’utiliser ?

Pour aller plus loin :

La terre de bruyère, c’est quoi exactement ?

Pour faire simple, la terre de bruyère pourrait être définie comme le substrat dans lequel poussent les bruyères ! C’est une terre de lande, très acide, que l’on trouve aussi dans les sous-bois de résineux. Elle est naturellement issue de la décomposition des végétaux comme les bruyères ou les épines et écorces de conifères, qui intervient à l’ombre ou à mi-ombre. Cette terre de bruyère affiche un pH de l’ordre de 4 à 5.

Comme peu de jardins possèdent naturellement une terre acide, il est possible de s’en procurer dans le commerce. Or, il existe deux types de terre de bruyère : la véritable terre de bruyère forestière et la terre dite « de bruyère » :


La véritable terre de bruyère forestière :

  • Terre de bruyère definition particularitéElle est essentiellement composée de débris végétaux de bruyères et/ou de conifères (feuilles, rameaux, épines…) décomposés, cultivés dans des forêts contrôlées, et de sable. Cette terre vient le plus souvent de Sologne, elle reste plus onéreuse car rare.

La terre dite « de bruyère » :

  • Elle est reconstituée et composée de terre siliceuse, de sable, de déchets végétaux, d’écorces et d’aiguilles de pin, de compost, et parfois de tourbe, brune ou blonde ou bien de fertilisants naturels comme la corne séchée, le guano…. Comme les tourbières sont très longues à se reconstituer, il est préférable d’utiliser des terres de bruyères sans tourbe. À noter que la mention « dite » apparaît rarement sur les emballages !

Avantages et limites de la terre de bruyère

La terre de bruyère affiche un taux d’acidité (toujours inférieur à 6) parfaitement adapté aux plantes acidophiles. C’est également une terre riche en humus car elle est directement issue de la décomposition de déchets végétaux. C’est une terre légère et parfaitement drainante qui se réchauffe très vite au printemps.

Pour autant, ces avantages peuvent aussi devenir des défauts dès lors que la terre de bruyère est mal utilisée ! En effet, la terre de bruyère contient peu d’éléments nutritifs tels que l’azote et le phosphore. Elle est en outre très perméable de par sa teneur en sable et n’a aucune capacité de rétention d’eau. Une fois sèche, la terre de bruyère est difficilement réhumidifiable.

Comment utiliser la terre de bruyère ?

La combinaison de ces qualités et défauts oblige à utiliser la terre de bruyère avec précaution. En effet, un sol trop acide réduit considérablement l’activité de la micro-faune présente dans le sol comme les vers de terre, les collemboles…car ils n’y trouvent pas suffisamment d’éléments nutritifs.

C’est pourquoi, que ce soit pour les plantations en pot ou en pleine terre, il est primordial de ne jamais utiliser la terre de bruyère seule. Il faut absolument la mélanger avec de la bonne terre de jardin à parts égales. Il suffit de mélanger la terre extraite du trou avec la terre de bruyère.

Pour renforcer l’acidité du sol, il est également possible d’ajouter un paillage constitué d’aiguilles et d’écorces de pin.

Quels végétaux planter dans la terre de bruyère ?

Quelques exemples de plantes de terre de bruyères :

Quelques précautions avec la terre de bruyère

  • Planter les plantes de terre de bruyère plutôt à mi-ombre ou à l’ombre, par exemple en sous-bois, le long d’un mur abrité du vent ou à l’ombre d’une haie
  • Bien arroser en été pour garder le sol frais mais éviter les sols gorgés d’eau en hiver

©iMarzi/994yellow/Roberto Zocchi/AdobeStock


Écrit par Pascale Bigay | L'écriture a ponctué la vie de Pascale. Tout comme la nature, la botanique, le jardinage... C'est pourquoi à travers ses mots, elle vous fait partager ses expériences et ses découvertes de jardinage, ses plantations de vivaces ou d'arbustes, ses recettes du potager, la vie de ses poules...
Un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *