feu bacterien

Le feu bactérien en résumé :

Nom latin : Erwinia amylovora
Nom commun : Feu bactérien
Type : Maladie bactérienne

Symptômes : Flétrissement des fleurs, chancres, exsudat poisseux

Redouté dans les vergers où il s’attaque aux pommiers, poiriers et autres fruitiers de la même famille, le feu bactérien peut rapidement décimer une plantation s’il n’est pas pris en charge rapidement.

Qu’est-ce que le feu bactérien ?

Comme son nom l’indique, le feu bactérien est causé par la bactérie Erwinia amylovora. La maladie n’affecte que les végétaux de la famille des Rosacées : pommier, poirier, cotoneaster, sorbier (Sorbus), aubépine (Crataegus), photinia (Photinia ou Stranvaesia) et buisson ardent (Pyracantha). À noter qu’elle ne semble pas s’attaquer aux fruits à noyau comme les pruniers, les cerisiers, les pêchers et les nectariniers qui sont pourtant classifiés dans la famille des Rosacées.

Arrivée en France dans les années 70, la maladie s’est vite répandue et fait l’objet d’une surveillance constante. Certaines espèces de végétaux, jugées trop sensibles, sont d’ailleurs interdites de plantation en France (arrêté du 12 août 1994).

Reconnaître les symptômes

Pour lutterefficacement contre le feu bactérien, il est primordial de savoir reconnaître ses symptômes :

  • Des chancres (nécroses de l’écorce) apparaissent sur les branches et le tronc.
  • feu bacterien symptômes Un exsudat blanc et visqueux suinte sous forme de gouttelettes des chancres par temps humide.
  • Les fleurs flétrissent puis meurent au moment de la floraison.
  • Les jeunes pousses avortent lorsque l’infection se propage dans l’écorce interne (appelée également phloème ou liber).
  • Les feuilles, les branches, les bouquets floraux semblent brûlés et prennent une teinte brun-rougeâtre caractéristique, qui donne son nom à la maladie.

Une des spécificités du feu bactérien est sa rapidité de progression. Une branche peut mourir en seulement quelques jours et un arbre en quelques mois.

Propagation de la maladie

Comme beaucoup de maladies cryptogamiques ou bactériennes, des températures chaudes et une atmosphère humide sont les conditions idéales de propagation du feu bactérien. C’est à ce moment‑là que les chancres exsudent le plus, facilitant ainsi la diffusion de la bactérie Erwinia amylovoravia les oiseaux, le vent, la pluie, les insectes, etc.

La maladie est active du printemps jusqu’à l’automne avec un pic en reprise de végétation et notamment après la floraison où la bactérie profite des petites plaies laissées par la chute des pétales. Les plaies liées à la taille sont également une porte d’entrée pour la maladie.

Traiter le feu bactérien

Il n’existe pas de traitement curatif (chimique ou non) pour le feu bactérien. La seule façon de lutter est d’adopter certains gestes qui limiteront la contagion.

  1. Lorsque la maladie est déclarée, éliminez les parties infectées en les coupant:
    • Pelez l’écorce pour en révéler la coloration brun-rouge ; signe d’une infection.
    • À partir du point de contamination, coupez au moins 30 cm de bois sain pour les petites branches et au minimum 60 cm pour les plus grandes.
    • Désinfectez vos outils entre chaque coupe !
    • Brûlez toutes les parties coupées.
  2. Enlevez les chancres. La bactérie y séjournant l’hiver, elle contaminera à nouveau votre arbre le printemps suivant.
  3. Si un sujet est trop atteint, arrachez-le et brûlez-le.
  4. Enlevez les fleurs secondaires avant qu’elles ne s’ouvrent.

Conseil malin

Important : il est primordial de brûler tous les déchets végétaux contaminés par le feu bactérien. La désinfection des outils quels qu’ils soient (et quelle que soit l’opération) est également obligatoire. À noter que même hors période d’infection, il est fortement conseillé de le faire.